5 317.37 PTS
+0.15 %
5 334.5
+0.52 %
SBF 120 PTS
4 256.95
+0.13 %
DAX PTS
12 483.79
+0.18 %
Dowjones PTS
25 309.99
+1.39 %
6 896.60
+1.99 %
Nikkei PTS
21 892.78
+0.72 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'avenir de Mathieu Gallet à Radio France entre les mains du CSA

| AFP | 224 | Aucun vote sur cette news
Le PDG de Radio France Mathieu Gallet, à Paris le 15 janvier 2018
Le PDG de Radio France Mathieu Gallet, à Paris le 15 janvier 2018 ( KENZO TRIBOUILLARD / AFP/Archives )

Poussé par le gouvernement à "tirer les conséquences" de la condamnation du patron de Radio France Mathieu Gallet pour favoritisme lorsqu'il dirigeait l'INA, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a engagé mercredi une procédure inédite qui pourrait conduire à son éviction, mais sans trancher immédiatement.

Le CSA promet, dans un communiqué, que sa décision "interviendrait le plus rapidement possible dans le respect du contradictoire et notamment après la communication du jugement rendu à l’égard" du PDG de Radio France.

Mathieu Gallet a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de Créteil à un an de prison avec sursis et à une amende de 20.000 euros pour "favoritisme" lorsqu'il dirigeait l'Institut national de l'audiovisuel (INA), entre 2010 et 2014. Il avait été poursuivi pour avoir favorisé deux sociétés de conseil, qui avaient reçu plus de 400.000 euros lorsqu'il était à la tête de l'institut.

Le patron de Radio France a fait appel de ce verdict, et avait prévenu avant même le verdict qu'il ne démissionnerait pas de la présidence du groupe public et irait jusqu'au bout de son mandat, qui expire en mai 2019.

Concrètement, la procédure ouverte par le CSA s'appuie sur l'article 47-5 de la loi "Léotard" de 1986, qui lui donne le pouvoir de révoquer les dirigeants du service public audiovisuel, "par décision motivée". Cette disposition avait été instaurée en 2013, lorsque le CSA s'était vu confier, au début du quinquennat Hollande, le pouvoir de nomination de ces mêmes dirigeants.

Mardi, la ministre de la Culture Françoise Nyssen avait appelé Mathieu Gallet et le CSA à "tirer les conséquences" de sa condamnation, en jugeant que son maintien à la tête de Radio France n'était pas "acceptable".

- "Un débat juridique" -

La ministre de la Culture Françoise Nyssen à Marly-le-Roi, France, le 16 septembre 2017
La ministre de la Culture Françoise Nyssen à Marly-le-Roi, France, le 16 septembre 2017 ( LUDOVIC MARIN / AFP )

"Un dirigeant d'entreprise publique condamné pour favoritisme, ce n'est pas une situation acceptable", avait estimé Mme Nyssen dans une déclaration au journal Le Monde, après avoir rappelé la veille que "la loi en vigueur donne aujourd'hui au seul Conseil supérieur de l'audiovisuel le pouvoir de nommer et de défaire les mandats des dirigeants des sociétés de l'audiovisuel public".

Interrogé par l'AFP, l'avocat de M. Gallet, Christophe Ingrain, a salué l'initiative du CSA.

"C'est une décision qui est sage. Avec cette annonce, le CSA ouvre une procédure contradictoire. On revient à un débat serein, un débat juridique, et nous allons y prendre toute notre part", a-t-il estimé.

De son côté, le CSA s'est refusé à tout commentaire et n'a pas précisé le calendrier de la procédure.

Interrogé fin novembre par l'Association des journalistes médias sur le cas de Mathieu Gallet, le président du l'instance de régulation, Olivier Schrameck, avait souligné qu'une éventuelle condamnation du patron de Radio France constituerait une situation qui n'avait "pas de précédent".

L'article 47-5, avait-il rappelé, n'a jamais été utilisé jusqu'à présent, et en outre, la loi de 2013 qui a confié au CSA ce pouvoir de révocation, "ne prévoit aucun critère".

Non seulement la décision du CSA sur l'avenir de M. Gallet sera inédite, mais elle pourrait bien être unique dans l'histoire du régulateur. En effet, le gouvernement veut retirer au CSA son pouvoir de nomination des dirigeants de l'audiovisuel public pour le confier aux conseils d'administration concernés. Cette mesure devrait figurer dans le projet de loi sur l'audiovisuel, attendu d'ici la fin de l'année selon le calendrier annoncé début janvier par le président Emmanuel Macron.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

Publié le 23/02/2018

Eiffage, au travers de sa filiale Eiffage Énergie Systèmes, a conclu un accord en vue d’acquérir 51 % du groupe Kropman, basé à Nimègue, aux Pays-Bas, spécialisé dans les domaines multi…

Publié le 23/02/2018

AXA a annoncé avoir publié au Bulletin des annonces légales obligatoires les résolutions que le Conseil d'administration soumettra à la prochaine Assemblée générale annuelle des actionnaires,…

Publié le 23/02/2018

BLEECKER   Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au capital de 20.787.356,70 EUR 39, Avenue George V - PARIS (75008) 572 920 650 RCS PARIS       Paris, le 23…

Publié le 23/02/2018

Natixis soumettra au vote de ses actionnaires, le 23 mai, le versement d'un dividende ordinaire, payé en numéraire, de 0,37 euro par action, au titre de l'année fiscale 2017. Le dividende sera…

CONTENUS SPONSORISÉS