En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 097.50
-0.30 %
SBF 120 PTS
4 088.01
-0.38 %
DAX PTS
11 573.34
-0.14 %
Dowjones PTS
25 522.02
+0.56 %
7 186.93
+1.00 %
1.149
+0.30 %

L'Irak et la Syrie près de défaire l'EI

| AFP | 946 | Aucun vote sur cette news
Carte de la zone frontalière entre le Syrie et l'Irak où le groupe jihadiste de l'Etat islamique est retranché après avoir été chassé de Deir Ezzor en Syrie et d'Al-Qaïm en Irak
Carte de la zone frontalière entre le Syrie et l'Irak où le groupe jihadiste de l'Etat islamique est retranché après avoir été chassé de Deir Ezzor en Syrie et d'Al-Qaïm en Irak ( Kun TIAN / AFP )

En resserrant l'étau autour du groupe Etat islamique (EI) des deux côtés de la frontière, l'Irak et la Syrie veulent en finir avec les jihadistes mais doivent se préparer à les voir ressurgir ailleurs que dans ce réduit, préviennent les experts.

Sans donner de détail, des sources militaires font état d'une coopération entre les armées syrienne et irakienne pour reprendre le dernier carré de l'EI acculé dans une zone largement désertique le long de la vallée de l'Euphrate qui chevauche l'Irak et la Syrie.

Le général irakien Yahya Rassoul, porte-parole du Commandement conjoint des opérations, parle sans plus d'"une coopération avec l'armée syrienne" et une source militaire syrienne rapporte l'existence d'une "salle des opérations réunissant Syriens, Russes, Irakiens et Iraniens à Bagdad".

Deir Ezzor Quoiqu'il en soit, l'objectif est le même. Se débarrasser des jihadistes qui ont perdu une grande partie des territoires conquis en 2014.

Vue de la ville de Deir Ezzor lors d'une opération des forces syriennes contre les jihadistes de l'EI, le 2 novembre 2017
Vue de la ville de Deir Ezzor lors d'une opération des forces syriennes contre les jihadistes de l'EI, le 2 novembre 2017 ( STRINGER / AFP )

Pour Michael Knights, chercheur au Washington Institute for Near East Policy, la Syrie et l'Irak "attaquent le même ennemi" et au vu des victoires rapides à Tal Afar et Hawija en Irak, la reprise de la zone frontalière côté irakien pourrait ne prendre que "deux semaines".

Au terme de cette bataille, l'Irak mettrait fin à plus de trois années d'occupation par l'EI de près d'un tiers de son territoire. La Syrie aussi pourrait chasser rapidement les jihadistes de la province de Deir Ezzor, limitrophe de l'Irak et dont ils ne contrôlent plus que 35%.

Mais pour le colonel Ryan Dillon, porte-parole de la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, les jihadistes qui vont parvenir à s'échapper vont "se cacher dans le désert".

- 'Désert' -

L'armée syrienne reprend Deir Ezzor
L'armée syrienne reprend Deir Ezzor ( Paz PIZARRO / AFP )

Ils rejoindront la vallée de l'Euphrate, remuante zone frontalière connue pour ses trafiquants et par laquelle passaient déjà il y a une quinzaine d'années jihadistes et autres combattants extrémistes, ajoute le colonel américain.

"Le caractère désertique de ces pans de territoire rendra difficile leur pacification totale, des résidus de l'EI pourraient continuer d'être actifs après la défaite", abonde Karim Bitar, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris).

Les forces irakiennes et les unités paramilitaires du Hachd al-Chaabi avancent vers la ville d'al-Qaïm, le 3 novembre 2017
Les forces irakiennes et les unités paramilitaires du Hachd al-Chaabi avancent vers la ville d'al-Qaïm, le 3 novembre 2017 ( AHMAD AL-RUBAYE / AFP )

En fait, les jihadistes "sont revenus là où ils étaient en 2013", assure à l'AFP M. Knights. "Ils vont reprendre l'insurrection des débuts", celle d'avant la proclamation en juin 2014 de leur "califat" aujourd'hui en lambeaux.

"Dans de nombreux endroits, ils ont retrouvé leurs capacités de 2013" et ont encore plusieurs caches possibles à travers le territoire irakien, dit-il, citant les villes de "Ramadi, Fallouja, la ceinture entourant Bagdad et des zones des provinces d'Al-Anbar et de Diyala".

Depuis leurs caches, "ils vont essayer de mener des attaques pour déstabiliser les autorités localement; et poursuivre les opérations extérieures et médiatiques -soit en les organisant soit en inspirant des assaillants à l'étranger- pour conserver un vernis de légitimité", assure le colonel Dillon à l'AFP.

- 'Le fantasme s'écroule' -

Les forces syriennes tirent sur des positions jihadistes, le 2 novembre 2017 à Deir Ezzor
Les forces syriennes tirent sur des positions jihadistes, le 2 novembre 2017 à Deir Ezzor ( STRINGER / AFP )

Dans la province syrienne de Deir Ezzor, l'EI est attaqué sur deux fronts, celui des forces du régime de Bachar al-Assad, qui viennent de reprendre le chef-lieu éponyme, et celui des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants dominée par les Kurdes et soutenue par les Etats-Unis.

L'armée syrienne est elle soutenue militairement par les alliés russe et iranien dans sa guerre contre les rebelles et les jihadistes. "En Syrie, rien n'aurait été possible sans la couverture aérienne de la Russie", note M. Bitar.

De même, en Syrie comme en Irak, "les Iraniens cherchent à s'assurer de la continuité territoriale leur permettant de sécuriser les canaux d'approvisionnement du Hezbollah", mouvement chiite libanais soutenu par Téhéran, poursuit ce spécialiste du Moyen-Orient.

Vendredi, les forces irakiennes ont déjà marqué un point important, assure M. Bitar. Leur reprise de l'important poste-frontière d'al-Qaïm vers la Syrie "est symbolique".

Les défaites du groupe Etat islamique dans les villes de Syrie et d'Irak
Les défaites du groupe Etat islamique dans les villes de Syrie et d'Irak ( Jean Michel CORNU / AFP )

"Le fantasme du califat qui aurait effacé les frontières de Sykes-Picot est en passe de s'écrouler", dit-il, en référence aux accords franco-britanniques sur le partage du Moyen-Orient à la fin de la Première guerre mondiale.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

Communiqué de presse Le 18 octobre 2018     Croissance du Chiffre d'Affaires et nette augmentation de la rentabilité portées par des offres de services…

Publié le 19/10/2018

Comme nous l'avions prévu, les risques de baisse sur FAURECIA se sont avérés réels. Nous conseillons donc d'encaisser rapidement la plus-value sur le turbo put (V932S). Recommandé le 16/10/2018…

Publié le 19/10/2018

Bis repetita. Daimler vient de lancer un nouvel avertissement sur ses résultats 2018. Le constructeur automobile allemand s'attend désormais à un résultat d'exploitation (Ebit) «…

Publié le 19/10/2018

Un accord salarial a été conclu vendredi entre Air France et les organisations syndicales représentatives CFDT, CFE-CGC/UNAC, FO/SNPNC, SPAF et UNSA aérien Air France (sol et PNC). Ces…

Publié le 19/10/2018

Bigben Interactive émet 295.575 actions nouvelles d'une valeur nominale de 2 euros chacune en paiement d'une partie de la transaction...