5 502.99 PTS
-0.20 %
5 497.0
-0.30 %
SBF 120 PTS
4 393.44
-0.28 %
DAX PTS
13 193.07
-0.40 %
Dowjones PTS
25 792.86
-0.04 %
6 737.14
+0.00 %
Nikkei PTS
23 868.34
-0.35 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'existence d'un charnier de Rohingyas reconnue par l'armée birmane

| AFP | 376 | 1 par 1 internautes
Des soldats birmans patrouillent dans un camp près du village d'Ukhia, entre la Birmanie et le Bangladesh, le 16 septembre 2017
Des soldats birmans patrouillent dans un camp près du village d'Ukhia, entre la Birmanie et le Bangladesh, le 16 septembre 2017 ( DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives )

L'armée birmane a admis mercredi son implication dans le massacre de dix Rohingyas, reconnaissant également pour la première fois l'existence d'un charnier de membres de cette minorité musulmane dans l'Etat Rakhine (nord), victimes d'exactions depuis des mois.

"Des habitants du village d'Inn Din et des membres des forces de sécurité ont reconnu avoir tué dix terroristes bengalis", a indiqué le bureau du chef de l'armée sur Facebook, revenant sur des faits survenus le 2 septembre dans l'Etat Rakhine.

Le message utilise un terme péjoratif pour désigner les Rohingyas, victimes d'une campagne de répression telle de la part de l'armée birmane que l'ONU a évoqué une opération de nettoyage ethnique.

Carte localisant le premier charnier de Rohingyas reconnu par l'armée birmane
Carte localisant le premier charnier de Rohingyas reconnu par l'armée birmane ( Paul DEFOSSEUX / AFP )

Le message sur Facebook confirme également pour la première fois l'existence d'une charnier de victimes rohingyas dans cette région où l'armée a lancé sa campagne de répression contre la minorité musulmane.

Jusqu'ici, l'armée birmane a toujours nié les accusations émises par des Rohingyas qui ont fait état de massacres, de viols et d'actes de tortures à l'encontre de leur communauté.

Les violences dans l'Etat Rakhine ont débuté fin août par des attaques de postes de police par la rébellion de l'Armée du salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA), qui dénonce les mauvais traitements subis par cette minorité.

L'opération militaire lancée ensuite a poussé environ 655.000 Rohingyas à fuir au Bangladesh voisin depuis le mois d'août. L'ONU a évoqué des éléments de "génocide".

Dans son compte-rendu, l'armée précise que les forces de sécurité ont fait prisonniers dix Rohingyas et les ont tués alors que des violences faisaient rage à Inn Din et dans ses environs.

"La décision a été prise de les tuer dans un cimetière", précise-t-elle dans le message posté, en assurant que "des mesures seront prises contre les villageois impliqués dans le massacre et les membres des forces de l'ordre qui ont enfreint leurs règles d'engagement".

"C'est une reconnaissance assez saisissante par l'armée birmane d'actes répréhensibles", a estimé l'expert Richard Horsey.

Selon lui, "cela pourrait ne pas être une coïncidence" que cette reconnaissance intervienne le jour même où deux journalistes birmans de l'agence Reuters ont été mis en examen pour atteinte au "secret d'Etat" pour avoir enquêté sur le conflit dans l'Etat de Rakhine.

Wa Lone, 31 ans, et Kyaw Soe Oo, 27 ans, sont accusés de détenir des documents relatifs aux opérations des forces de sécurité dans cet Etat.

Leur inculpation a douché les espoirs internationaux d'une libération rapide des deux reporters arrêtés le 12 décembre.

Si le pays a aboli en 2012 la censure, certaines lois continuent à entraver la liberté de la presse et les journalistes birmans estiment que l'autocensure reste forte, notamment lorsqu'il s'agit de questions relatives à l'armée ou à la religion.

Dans un pays marqué par un fort nationalisme bouddhiste, les musulmans rohingyas représentent la plus grande population apatride du monde depuis que la nationalité birmane leur a été retirée en 1982, sous le régime militaire.

Victimes de discriminations, ils n'ont pas de papiers d'identité et ne peuvent pas voyager ou se marier sans autorisation. Ils n'ont accès ni au marché du travail ni aux services publics comme les écoles et hôpitaux.

burs-rs/apj/sm/glr/ces

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2018

Casino chute de 5,12% à 48,14 euros, signant la deuxième plus forte baisse du SBF 120 et retrouvant son plus bas niveau depuis fin novembre 2017. Les investisseurs sanctionnent la révision à la…

Publié le 17/01/2018

Le groupe a publié ses revenus 2017 est une estimation de ses résultats, ce matin...

Publié le 17/01/2018

Le groupe Crédit Agricole et le groupe BEI, composé de la Banque Européenne d’Investissement et de sa filiale le Fonds Européen d’investissement, se mobilisent pour soutenir les PME et…

Publié le 17/01/2018

Le groupe veut se servir d'Hinkley Point C comme d'une vitrine...

Publié le 17/01/2018

30 euros dans le viseur

CONTENUS SPONSORISÉS