En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 985.45 PTS
-
4 945.0
-0.50 %
SBF 120 PTS
3 977.96
+0.00 %
DAX PTS
11 244.54
-
Dowjones PTS
25 017.44
-1.56 %
6 642.92
+0.00 %
1.145
+0.03 %

L'Arabie saoudite reconnaît que Khashoggi a été tué dans son consulat d'Istanbul

| AFP | 329 | Aucun vote sur cette news
Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le 15 décembre 2014 à Manama, à Bahreïn
Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le 15 décembre 2014 à Manama, à Bahreïn ( MOHAMMED AL-SHAIKH / AFP/Archives )

L'Arabie saoudite a reconnu samedi que le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, dont la disparition depuis le 2 octobre avait eu un retentissement mondial, avait été tué à l'intérieur du consulat saoudien à Istanbul.

La confirmation de la mort de Khashoggi a été faite dans les premières heures de samedi par l'agence de presse officielle saoudienne, SPA.

"Les discussions entre Jamal Khashoggi et ceux qu'il a rencontrés au consulat du royaume à Istanbul (...) ont débouché sur une rixe, ce qui a conduit à sa mort", a déclaré l'agence, citant le parquet.

- "Une rixe" -

Des manifestants portant des masques de Donald Trump et du prince saoudien Mohammed ben Salmane rassemblés devant la Maison Blanche pour demander justice dans la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le 19 octobre 2018 à Washington
Des manifestants portant des masques de Donald Trump et du prince saoudien Mohammed ben Salmane rassemblés devant la Maison Blanche pour demander justice dans la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le 19 octobre 2018 à Washington ( Jim WATSON / AFP )

Le procureur général saoudien Cheikh al-Mojeb a publié un communiqué sur le déroulement des faits. "Les discussions qui ont eu lieu entre lui et les personnes qui l'ont reçu au consulat saoudien à Istanbul ont débouché sur une bagarre et sur une rixe à coups de poing avec le citoyen Jamal Khashoggi, ce qui a conduit à sa mort, que son âme repose en paix", a déclaré le procureur.

Le directeur d'un centre de réflexion pro-saoudien, considéré comme proche de la direction du royaume, a donné une autre version de la cause du décès. "Khashoggi est mort d'un étranglement au cours d'une altercation physique, pas d'une rixe à coups de poings", a déclaré cet expert, Ali Shihabi, disant s'appuyer sur une source saoudienne haut placée.

Simultanément, le royaume a annoncé la destitution d'un haut responsable du renseignement saoudien, Ahmad al-Assiri, et celle d'un important conseiller à la cour royale, Saoud al-Qahtani.

Un policier turc procède à une fouille du consulat saoudien à Istanbul, le 15 octobre 2018
Un policier turc procède à une fouille du consulat saoudien à Istanbul, le 15 octobre 2018 ( Bulent KILIC / AFP/Archives )

Ces hommes sont deux proches collaborateurs du prince héritier Mohammed ben Salmane, surnommé MBS, sur lequel la pression était montée ces derniers jours à propos de l'affaire Khashoggi.

La grande proximité des deux personnages limogés avec le prince héritier a été soulignée par un analyste du Baker Institute de l'université de Rice, aux Etats-Unis. "Renvoyer Saoud al-Qahtani et Ahmad al-Assiri, c'est aller aussi près de MBS qu'il est possible d'aller", a relevé cet analyste, Kristian Ulrichsen.

"Intéressant de voir si ces mesures s'avèrent suffisantes. Si le goutte à goutte de détails supplémentaires (sur la mort de Khashoggi) continue, il n'y a plus de tampon pour protéger MBS", a-t-il estimé.

Ryad a par ailleurs annoncé que 18 personnes, toutes de nationalité saoudienne, avaient été arrêtées dans le cadre de l'enquête.

Une forêt proche d'Istanbul, où les enquêteurs turcs ont poursuivi des recherches, le 19 octobre 2018
Une forêt proche d'Istanbul, où les enquêteurs turcs ont poursuivi des recherches, le 19 octobre 2018 ( OZAN KOSE / AFP )

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a également ordonné la création d'une commission ministérielle présidée par le prince héritier pour restructurer le service saoudien du renseignement, ont annoncé les médias officiels.

- Crise internationale -

La disparition mystérieuse de Khashoggi, qui était entré le 2 octobre au consulat d'Istanbul pour une démarche administrative et n'était pas reparu depuis, a suscité une crise internationale, rythmée notamment par les accusations de responsables turcs affirmant sous le couvert de l'anonymat que le journaliste avait été tué sur ordre au consulat, alors que la direction saoudienne niait toute implication.

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi est mort
Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi est mort ( Thomas SAINT-CRICQ / AFP )

Critique envers le prince héritier, Jamal Khashoggi vivait en exil aux Etats-Unis depuis 2017.

La confirmation de la mort du journaliste à Istanbul est intervenue peu après une nouvelle conversation téléphonique sur l'affaire Khashoggi entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et le roi Salmane.

Les deux dirigeants "ont souligné l'importance de continuer à travailler ensemble en complète coopération", selon une source à la présidence turque parlant sous le couvert de l'anonymat.

Les enquêteurs turcs ont poursuivi leurs investigations vendredi, fouillant notamment une vaste forêt proche d'Istanbul.

La reconnaissance de la mort de Khashoggi par Ryad est intervenue alors que l'administration du président américain Donald Trump avait adressé vendredi une nouvelle mise en garde à Ryad, évoquant de possibles sanctions.

- "Un pas très important" -

Le pouvoir saoudien depuis l'ascension du prince Salmane
Le pouvoir saoudien depuis l'ascension du prince Salmane ( Kun TIAN / AFP )

Après l'annonce saoudienne, répondant à un journaliste qui lui demandait s'il jugeait la version de Ryad "crédible", M. Trump a répondu: "Oui, oui". "Encore une fois, il est tôt, nous n'avons pas fini notre évaluation, ou enquête, mais je pense qu'il s'agit d'un pas très important", a-t-il dit.

Donald Trump avait admis pour la première fois jeudi que le journaliste était très probablement mort, menaçant l'Arabie saoudite de "très graves" conséquences.

"Nous sommes attristés d'apprendre que la mort de M. Khashoggi a été confirmée", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

Les Etats-Unis notent "que l'enquête sur le sort de Jamal Khashoggi progresse et que (le royaume saoudien) a entrepris des actions à l'encontre des suspects qui ont été pour l'instant identifiés", a ajouté la porte-parole.

Les Etats-Unis vont "appeler à ce que justice soit rendue dans les meilleurs délais et de manière transparente, et en accord avec l'état de droit", a dit Mme Sanders.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est déclaré dans un communiqué "profondément troublé" et "souligne la nécessité d'une enquête rapide, approfondie et transparente sur les circonstances du décès".

Des élus américains se sont montrés nettement plus durs que la Maison Blanche après l'annonce saoudienne.

Le sénateur Lindsey Graham, un proche allié de Donald Trump, a mis en doute la crédibilité de Ryad. "Dire que je suis sceptique sur la nouvelle version saoudienne sur M. Khashoggi est un euphémisme", a tweeté le sénateur républicain.

mah-ac-burs/plh/ybl

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

David Lubek monte en grade chez Casino...

Publié le 20/11/2018

Stallergenes Greer annonce que l’essai de phase III de son comprimé sublingual d’immunothérapie allergénique « STAGR320 » pour le traitement de la rhinite allergique due aux acariens a…

Publié le 20/11/2018

OSE Immunotherapeutics SA annonce que l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) et le Comité de Protection des Personnes (CPP) ont donné...

Publié le 20/11/2018

Relations presse : Florence Lièvre Tél.: 01 47 54 50 71 E-mail: florence.lievre@capgemini.com   Relations investisseurs : Vincent Biraud Tél.: 01 47 54 50 87 E-mail:…