En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Arabie, Emirats et Koweït à la rescousse de la Jordanie

| AFP | 280 | 3 par 1 internautes
Photo diffusée le 11 juin 2018 par le palais royal saoudien sur un sommet à La Mecque en Arabie saoudite autour du roi Salmane sur la crise en Jordanie
Photo diffusée le 11 juin 2018 par le palais royal saoudien sur un sommet à La Mecque en Arabie saoudite autour du roi Salmane sur la crise en Jordanie ( Yousef ALLAN / Saudi Royal Palace/AFP )

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Koweït ont accordé une aide de 2,5 milliards de dollars à la Jordanie, en proie à une grave crise économique qui a provoqué une vague de manifestations.

"Sur la base des liens fraternels étroits (...) et aussi des valeurs et principes arabes et islamiques, il a été acté que les trois pays fourniront une aide économique à la Jordanie d'un montant total de 2,5 milliards de dollars", a indiqué lundi matin l'agence officielle saoudienne SPA.

L'enveloppe, annoncée à l'occasion d'un sommet des quatre pays dans la ville sainte de La Mecque, comprend un acompte versé à la Banque centrale de Jordanie, des garanties pour la Banque mondiale "dans l'intérêt de la Jordanie", un soutien budgétaire étalé sur cinq ans et le financement de projets de développement, selon l'agence.

La rencontre s'est déroulée à l'invitation du roi Salmane d'Arabie saoudite et en présence du roi Abdallah II de Jordanie et de dirigeants des Emirats et du Koweït.

Abdallah II a "remercié" le roi Salmane pour avoir organisé ce sommet et les trois pays pour "l'ensemble de l'aide visant à surmonter cette crise".

Pour Lori Boghardt du Washington Institute for Near East Policy, "la rapidité et la vigueur avec laquelle les Etats du Golfe ont répondu est un témoignage très clair de leur inquiétude et de leur détermination à étouffer dans l'oeuf l'agitation en Jordanie", a-t-elle commenté pour l'AFP.

"Ils vont faire tout ce qu'ils peuvent pour empêcher un nouveau Printemps arabe à leur porte", a-t-elle estimé.

La Jordanie, alliée de Washington et engagée auprès du Fonds monétaire international (FMI) à mener des réformes structurelles en échange d'un prêt de 723 millions de dollars, vient d'être secouée par d'importantes manifestations contre des hausses de prix à répétition et un projet de loi fiscale.

Ce mouvement de protestation populaire contre l'austérité a conduit à la démission du Premier ministre jordanien Hani Mulqi. Pour calmer la rue et la classe moyenne, son successeur Omar al-Razzaz, qui doit encore former un gouvernement, a décidé de retirer le projet de loi controversé.

L'économie jordanienne traverse une période difficile --la Banque mondiale évoque une "faible perspective de croissance en 2018"--, 18,5% de la population est au chômage et 20% vit à la limite du seuil de pauvreté.

- Le poids des réfugiés -

Manifestation contre une réforme fiscale lancée par le gouvernement le 6 juin 2018 à Amman en Jordanie
Manifestation contre une réforme fiscale lancée par le gouvernement le 6 juin 2018 à Amman en Jordanie ( AHMAD GHARABLI / AFP/Archives )

L'accueil de centaines de milliers de Syriens ayant fui la guerre pèse aussi lourdement sur les finances publiques et Amman appelle régulièrement la communauté internationale à une aide plus importante sur ce dossier.

La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a annoncé dimanche une nouvelle aide de 20 millions d'euros à la Jordanie, "destinée à soutenir des projets en faveur des tranches les plus vulnérables de la société".

Présente dimanche à Amman, Mme Mogherini a assuré que l'Union européenne (UE) "veut soutenir la Jordanie par tous les moyens possibles, notamment économiques et financiers".

L'UE soutient la Jordanie dans différents secteurs d'activité --notamment hydraulique, énergétique et humanitaire-- pour un montant total d'un milliard d'euros depuis 2016, a précisé Mme Mogherini, insistant sur le rôle "vital" de la Jordanie dans la région.

Liée à l'UE par un accord d'association depuis 2002, la Jordanie -- pays frontalier de la Syrie, d'Israël, des Territoires palestiniens, d'Irak et d'Arabie saoudite--, bénéficie depuis fin 2010 d'un "statut avancé", ce qui ouvre la voie en particulier à des avantages commerciaux supplémentaires.

- Classe moyenne excédée -

Après une semaine de manifestations, les autorités jordaniennes ont dû reculer sur un projet de loi fiscale décrié.

Selon des analystes, les Jordaniens, toutes classes sociales confondues, sont épuisés par des hausses de prix à répétition.

Depuis janvier, le prix du pain a augmenté de 100%, le carburant a été majoré à cinq reprises et les factures d'électricité ont augmenté de 55% depuis février.

Médecins, avocats ou entrepreneurs, c'est aussi une classe moyenne excédée qui a été au coeur des récentes manifestations contre la vie chère.

Durant une semaine, ils ont été plusieurs milliers à battre le pavé une fois la nuit tombée, réclamant en priorité le retrait du projet de loi sur l'impôt sur le revenu.

"Dans d'autres pays, des mouvements de contestation comme celui-ci peuvent sembler ordinaires mais, en Jordanie, s'opposer publiquement au pouvoir relève de l'acte de bravoure", affirme Rahmé Jaafar qui n'a pas raté une seule manifestation.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…