En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.13 %

L'après-Bouteflika, aux contours incertains, s'ouvre en Algérie

| AFP | 206 | Aucun vote sur cette news
Abdelaziz Bouteflika lors d'élections locales à Alger le 23 novembre 2017
Abdelaziz Bouteflika lors d'élections locales à Alger le 23 novembre 2017 ( RYAD KRAMDI / AFP/Archives )

Après plus d'un mois de contestation, les Algériens, qui se disent déterminés à venir à bout du "système" tout entier, voient s'ouvrir mercredi une nouvelle ère, aux contours incertains, au lendemain de la démission d'Abdelaziz Bouteflika, président durant deux décennies.

Dans le sillage de ce séisme politique, le Conseil constitutionnel a "fait le constat de la vacance définitive de la présidence de la République" et en a informé le Parlement, conformément à la Constitution, selon la télévision nationale.

Aucune date n'a été annoncée pour la réunion des deux chambres du Parlement, l'Assemblée populaire nationale (APN, chambre basse) et le Conseil de la Nation, prochaine étape prévue par la Constitution.

Toujours selon la Constitution, c'est le président du Conseil de la Nation (chambre haute), Abdelkader Bensalah, 77 ans, qui est chargé d'assurer l'intérim pendant 90 jours maximum.

Abdelaziz Bouteflika remet sa lettre de démission au président du conseil constitutionnel Tayeb Belaïz, le 2 avril 2019 à Alger
Abdelaziz Bouteflika remet sa lettre de démission au président du conseil constitutionnel Tayeb Belaïz, le 2 avril 2019 à Alger ( - / ENNAHAR TV/AFP )

Il devra dans ce délai organiser une élection présidentielle à deux tours et remettre le pouvoir au nouveau chef de l'Etat élu lors de ce scrutin auquel, en tant que président par intérim, il ne peut se présenter.

Avant l'annonce choc de mardi soir, Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, aura tenté de s'accrocher coûte que coûte au pouvoir. Autrefois président tout puissant, il a finalement lâché prise quelques heures après avoir été ouvertement défié par l'armée et au bout de près d'un mois et demi de contestation populaire.

Très affaibli depuis un AVC en 2013 mais longtemps décidé à briguer un 5e mandat, le président Bouteflika a remis mardi sa lettre de démission au chef du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz, selon des images diffusées par la télévision nationale.

Cette décision "est destinée à contribuer à l'apaisement des coeurs et des esprits de mes compatriotes, pour leur permettre de projeter ensemble l'Algérie vers l'avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement", explique le chef de l'Etat dans sa lettre.

"Sortie affligeante"

Avant de se projeter sur l'"après", la presse algérienne a acté mercredi la fin d'une époque.

Abdelaziz Bouteflika "n'aurait jamais imaginé une sortie de scène aussi affligeante, lui qui avait juré de +mourir au pouvoir+", a commenté le quotidien indépendant francophone El Watan, selon qui l'armée "n'avait pas trop le choix" face au jusqu'au boutisme du président.

"Le +Tsunami+ du mouvement populaire restitue le pouvoir au peuple", a de son côté estimé le quotidien indépendant arabophone El Khabar.

Ali Benflis, ancien Premier ministre d'Abdelaziz Bouteflika devenu un de ses principaux opposants, a estimé pour sa part que la démission du président constituait "l'épilogue affligeant de deux décennies d'un immense gâchis", tout en saluant le rôle de l'armée.

A Alger, mardi soir, un concert de klaxons a accueilli la fin d'une époque, et des Algérois, munis du drapeau national, ont défilé dans le centre ville.

Manifestation contre le maintien au pouvoir du président Abdelaziz Bouteflika, le 22 mars 2019 à Alger
Manifestation contre le maintien au pouvoir du président Abdelaziz Bouteflika, le 22 mars 2019 à Alger ( - / AFP )

Depuis le 22 février, des millions de manifestants à travers l'Algérie ont réclamé dans le calme le départ d'Abdelaziz Bouteflika puis, rapidement, celui de son entourage et du "système".

"La démission de Bouteflika (...) est une première victoire (...) mais celle-ci ne suffit pas", ont indiqué mercredi une vingtaine d'associations de la société civile.

Elles ont dit refuser une "transition au sein même du pouvoir" et appelé à manifester à nouveau vendredi pour le "changement démocratique".

A 48 heures de possibles nouveaux rassemblements massifs, comme chaque vendredi depuis le début de la contestation, la plupart des Algérois interrogés par l'AFP ont également répété leur détermination à continuer de manifester.

Comme Yacine Saidani, ingénieur de 40 ans, beaucoup se sont dit "contents mais pas dupes".

"Le système et ses tentacules mafieuses doivent dégager. Donc les marches continueront", a déclaré Fadhéla Amara, 69 ans, son petit-fils de 10 ans à la main.

Certains ont rendu hommage au chef de l'Etat, mais regretté son acharnement, qu'ils ont souvent attribué à son frère et principal conseiller, Saïd.

"Rupture de confiance"

Lundi, la président avait annoncé dans un communiqué que M. Bouteflika démissionnerait avant l'expiration de son mandat le 28 avril.

Photos du président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 10 avril 2016 près d'Alger, et du chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaid Salah, le 20 mai 2014, à l'aéroport de la capitale algérienne
Photos du président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 10 avril 2016 près d'Alger, et du chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaid Salah, le 20 mai 2014, à l'aéroport de la capitale algérienne ( Eric FEFERBERG, Farouk Batiche / AFP/Archives )

Mais mardi, à l'issue d'une réunion des plus hauts gradés de l'armée, son chef d'état-major, le général Ahmed Gaïd Salah, a porté le coup final, estimant que ce communiqué n'émanait pas du chef de l'Etat mais "d'entités non constitutionnelles", une allusion à l'entourage du président.

Cette "accélération des événements (...) montre la rupture de confiance entre l'armée et le pôle présidentiel", a expliqué à l'AFP Hasni Abidi, directeur du Centre d'Etudes et de Recherche sur le monde arabe et méditerranéen, à Genève.

Désormais, "le départ de Bouteflika laisse le champ libre à deux acteurs, l'institution militaire et la rue algérienne. (...) C'est une première victoire (de l'armée) mais elle n'est pas définitive dans la mesure où la transition politique est le défi le plus important", a-t-il ajouté.

Principales dates de la vie du président algérien Abdelaziz Bouteflika dont les médias officiels annoncent mardi soir la démission
Principales dates de la vie du président algérien Abdelaziz Bouteflika dont les médias officiels annoncent mardi soir la démission ( Simon MALFATTO / AFP )

Semaine après semaine, le président Bouteflika, qui n'apparaît quasiment plus en public depuis son AVC en 2013, a multiplié les propositions assimilées par la rue à des manoeuvres, sans jamais réussir à calmer la contestation.

Massivement lâché jusque dans son camp, il s'est retrouvé très isolé après une première prise de position du général Gaïd Salah, indéfectible allié jusque-là, arguant que son départ du pouvoir était la solution à la crise.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a espéré mercredi que l'Algérie connaisse "une transition pacifique et démocratique".

Ancien patron des patrons, PDG du groupe leader du BTP en Algérie, Ali Haddad, que ses détracteurs accusent d'avoir bâti sa fortune avec des commandes publiques obtenues grâce à ses liens privilégiés avec l'entourage de M. Bouteflika, a été écroué mercredi par un juge d'instruction.

Il avait été arrêté dimanche à un poste-frontières avec la Tunisie, après la découverte de devises non déclarées et de deux passeports. La justice a également ouvert des enquêtes pour corruption et interdit de sortie de territoire, selon les médias, une dizaine d'influents hommes d'affaires liés au chef de l'Etat déchu.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…