En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
-0.03 %

L'Apec divisée après la passe d'armes entre Pékin et Washington

| AFP | 491 | Aucun vote sur cette news
Photo de famille des dirigeants de l'Asie-Pacifique à l'occasion du sommet de l'Apec à Port Moresby, le 18 novembre 2018
Photo de famille des dirigeants de l'Asie-Pacifique à l'occasion du sommet de l'Apec à Port Moresby, le 18 novembre 2018 ( SAEED KHAN / AFP )

Les dirigeants de l'Asie-Pacifique ne sont pas parvenus à réconcilier leurs différences dimanche à Port Moresby lors d'un sommet marqué par une passe d'armes incisive entre la Chine et les Etats-Unis, sur fond de lutte d'influence dans la région.

Pour la première fois, les dirigeants des 21 pays de la Coopération économique Asie-Pacifique (Apec) ne sont pas parvenus à un consensus sur une déclaration écrite commune, en raison du fossé qui sépare les deux premières économies au monde sur les règles du commerce international notamment.

"Vous savez qui sont les deux grands géants dans la pièce", a déclaré aux journalistes le Premier ministre papouasien Peter O'Neill alors que Pékin et Washington sont enferrés dans un conflit commercial potentiellement dévastateur pour l'économie mondiale. "Qu'est ce que je peux dire?".

Son homologue canadien Justin Trudeau a observé que "quelques pays étaient en désaccord sur certaines approches au niveau du commerce, dont les Etats-Unis et la Chine entre autres".

Selon certaines sources, les Etats-Unis avaient poussé les autres Nations en amont du sommet à accepter une déclaration qui se serait apparentée à une dénonciation de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et à un appel à la réforme profonde de cette organisation multilatérale.

Une exigence inacceptable pour Pékin, qui aurait beaucoup à perdre à une telle refonte.

- En attendant le G20 -

M. O'Neill a nié que l'absence de déclaration commune puisse être gênante pour l'Apec ou pour son pays qui organisait pour la première fois un tel raout. Les divergences de Port Moresby n'augurent cependant rien de bon pour le prochain sommet du G20 à la fin du mois en Argentine où le président chinois Xi Jinping fera face cette fois au président américain Donald Trump.

Avant même le début du sommet, le ton avait été donné par le Xi Jinping et Mike Pence.

Le vice-président américiain avait appelé les pays de la zone à se ranger derrière les Etats-Unis et à ne pas céder aux sirènes d'une diplomatie chinoise fonctionnant à coups de prêts financiers aux conditions "au mieux opaques".

"Nous ne noyons pas nos partenaires dans une mer de dettes", s'est-il emporté à la tribune d'un forum de chefs d'entreprise. "Nous ne contraignons pas, nous ne corrompons pas, nous ne compromettons pas votre indépendance."

La Coopération économique Asie-Pacifique (Apec)
La Coopération économique Asie-Pacifique (Apec) ( Laurence CHU / AFP )

Quelques minutes plus tôt, M. Xi, vedette incontestée du sommet en l'absence de M. Trump et de Vladimir Poutine, avait défendu le titanesque programme d'investissements eurasiatiques dit des "Routes de la soie" promu par son pays, en expliquant qu'il ne s'agissait "pas d'un piège comme l'ont présenté certains".

Malgré ces discours musclés, le sommet en lui-même s'est déroulé sans accroc, les dirigeants posant pour la traditionnelle photo de famille, vêtus cette année de chemises jaunes ou rouges à motifs.

MM. Xi et Pence ont même eu de brefs échanges lors d'un dîner de gala.

- "Conversation franche" -

"J'ai parlé deux fois au président Xi pendant cette conférence. Nous avons eu une conversation franche", a confié aux journalistes le vice-président américain.

Comme pour démentir tout désengagement américain face à une Chine de plus en plus présente dans la région, les Etats-Unis ont annoncé un projet conjoint avec l'Australie, le Japon et la Nouvelle-Zélande. Il vise à accélérer l'électrification de la Papouasie, avec l'idée de faire passer de 13 à 70% la proportion de la population ayant le courant.

La Papouasie est un des théâtres de la bataille d'influence que se livrent les Etats-Unis et la Chine dans le Pacifique. M. Xi a d'ailleurs inauguré à Port Moresby un "Boulevard de l'Indépendance" financé par Pékin.

Washington, et Pékin dans la foulée, ont imposé ces derniers mois des droits de douane punitifs à leurs importations mutuelles, mais l'excédent commercial chinois bat record sur record.

Le leader chinois s'est fait le chantre du multilatéralisme en s'attaquant frontalement au "protectionnisme et à l'unilatéralisme".

Combatif, M. Pence a répliqué que Washington ne céderait rien sur sa stratégie douanière "tant que la Chine n'aura pas changé son attitude".

En coulisses, certaines voix s'inquiètent des répercussions que pourrait avoir sur les économies de l'Apec la rivalité sino-américaine.

"C'est une situation contrainte, un pays qui essaie d'obliger tous les autres pays à changer des droits de douane décidés il y a des années", a déclaré à l'AFP le milliardaire irlandais Denis O'Brien, président de Digicel.

Le programme officiel du sommet a aussi été éclipsé par le simple fait que la réunion se tienne pour la première fois dans une ville à la réputation de coupe-gorge, ce qui a impliqué le déploiement d'un important dispositif de sécurité, en partie délégué à des armées étrangères.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Vivendi invoque un "manque substantiel d'indépendance" de 5 administrateurs...

Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...