En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 451.59 PTS
-
5 468.0
+0.29 %
SBF 120 PTS
4 365.94
+0.00 %
DAX PTS
12 326.48
-
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+0.00 %
1.177
-0.01 %

Kim veut produire des ogives en masse mais tend la main à Séoul

| AFP | 782 | Aucun vote sur cette news
A Seoul, des passants regardent les voeux télévisés du leader nord-coréen, Kim Jong-Un, le 1er janvier 2018
A Seoul, des passants regardent les voeux télévisés du leader nord-coréen, Kim Jong-Un, le 1er janvier 2018 ( JUNG Yeon-Je / AFP )

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a averti Washington lundi qu'il avait le "bouton nucléaire" à sa portée, mais a tendu la main à Séoul, évoquant une possibilité de dialogue et de participation aux JO de Corée du Sud.

Dans son adresse du Nouvel An, le numéro un nord-coréen a conservé une attitude de défi après une année de tensions croissantes provoquées par la multiplication par Pyongyang des tirs de missiles balistiques et son sixième essai nucléaire, son plus puissant à ce jour.

"Nous devons produire en masse des têtes nucléaires et des missiles et accélérer leur déploiement", a déclaré M. Kim. Il a répété que le Nord avait atteint son but, accéder au statut d'Etat nucléaire, et souligné que ses programmes d'armement étaient de nature défensive.

"Nous devons toujours nous tenir prêts à mener des contre-attaques nucléaires immédiates contre les projets ennemis de guerre nucléaire", a-t-il martelé.

Pyongyang soutient avoir besoin d'armes nucléaires pour se protéger de l'hostilité de Washington et cherche à mettre au point une tête nucléaire capable de frapper le territoire continental des Etats-Unis.

Le président américain Donald Trump a riposté aux opérations militaires nord-coréennes en alliant les menaces - il s'est engagé à la tribune de l'ONU à "détruire totalement" la Corée du Nord en cas d'attaque lancée par Pyongyang - et les insultes à l'endroit de Kim Jong-Un, qualifié de "petit homme-fusée".

- 'On verra', dit Trump -

Tests de missiles et essais nucléaires nord-coréens
Tests de missiles et essais nucléaires nord-coréens ( Laurence CHU / AFP )

Pour certains experts, cette surenchère dans l'injure et l'outrance pourrait avoir eu l'effet inverse de celui escompté, en encourageant Pyongyang dans sa fuite en avant.

La Corée du Nord "peut affronter n'importe quelle menace nucléaire des Etats-Unis, elle dispose d'une (force de) dissuasion forte qui est capable d'empêcher les Etats-Unis de jouer avec le feu", a lancé M. Kim.

"Le bouton nucléaire est toujours sur mon bureau. Les Etats-Unis doivent prendre conscience que ce n'est pas du chantage mais la réalité", a-t-il averti.

Comme on l'interrogeait dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, sur ce "bouton nucléaire", M. Trump s'est borné à répondre: "on verra, on verra".

Parallèlement, M. Kim a adopté un ton conciliant à l'égard de Séoul, laissant entendre pour la première fois que le Nord pourrait envoyer le mois prochain une délégation aux jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud.

"J'espère sincèrement que les jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang seront menés avec succès", a-t-il dit. Le Nord et le Sud doivent "tourner le dos au passé, améliorer leurs relations et mettre en place des mesures décisives pour réaliser une percée dans les efforts pour parvenir à la réunification" de la péninsule.

La Maison Bleue, la présidence sud-coréenne, a salué la proposition. "Si les jeux sont une réussite, cela contribuera à la paix non seulement sur la péninsule coréenne mais également dans la région et le monde".

- Percée -

Certains analystes estiment que Pyongyang cherche par ce biais à faire baisser d'un cran les tensions avec Washington.

Simulation d'attaque nucléaire
Simulation d'attaque nucléaire ( Gal ROMA / AFP )

Le risque de frappe préventive américaine est "plus élevé que jamais" et M. Kim veut abandonner "la confrontation au profit de la coexistence pacifique avec les Etats-Unis", a jugé Koh Yu-Hwan, professeur de sciences politiques à l'Université Dongguk.

"Quand il dit que le bouton nucléaire est sur son bureau, il laisse entendre que le Nord n'a pas besoin de mener des essais nucléaires ou d'ICBM dans un avenir prévisible" même s'il veut développer "des capacités massives de représailles nucléaires", a-t-il relevé.

Pour le professeur Yang Moo-Jin, de l'Université des études nord-coréennes de Séoul, le dirigeant nord-coréen "tend le rameau d'olivier au Sud car les Etats-Unis devraient continuer cette année les pressions et les sanctions contre le pays". "De manière générale, il met l'accent sur la paix plutôt que sur la confrontation".

En décembre, à l'instigation de Washington, le conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité - donc avec la voix de la Chine, principal allié de Pyongyang - un nouveau train de sanctions visant le pétrole et les travailleurs nord-coréens à l'étranger.

Beaucoup d'experts estiment que Washington doit dialoguer avec Pyongyang. Mais le Nord, qui soutient que son arme nucléaire n'est pas négociable, revendique de traiter d'égal à égal avec les Etats-Unis, comme deux puissances nucléaires.

Washington a toujours dit qu'il n'accepterait pas une Corée du Nord dotée de l'arme nucléaire et que Pyongyang devait prendre des mesures concrètes de désarmement avant toute discussion, laquelle doit avoir pour but sa dénucléarisation.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Suite à un article de presse paru hier dans le quotidien brésilien Valor Economico et conformément à l'article 17.7 du Règlement Abus de Marché, repris par la recommandation AMF, Vicat confirme…

Publié le 21/09/2018

Date : 9/21/2018Sous-jacent : Cac 40 (ISIN : FR0003500008).Warrant : Call 75DOB (ISIN : NL0012718530).Échéance : 21/12/2018Prix d'exercice : 5450,0000Point pivot : 5419,00Notre préférence :…

Publié le 21/09/2018

Mainstay Medical International affiche un chiffre d'affaires des six premiers mois de l'année à 0,4 million de dollars (contre 0,3 million de dollars...

Publié le 21/09/2018

Le Comité des médicaments à usage humain (CHMP : Committee for Medicinal Products for Human Use), comité scientifique de l'Agence européenne du médicament (EMA : European Medicines Agency) a…

Publié le 21/09/2018

Ipsen a annoncé aujourd'hui que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP : Committee for Medicinal Products for Human Use), comité scientifique...