En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 847.53 PTS
-
4 816.00
-
SBF 120 PTS
3 868.16
-
DAX PTS
11 090.11
-0.41 %
Dowjones PTS
24 404.48
-1.22 %
6 646.81
-2.03 %
1.136
+0.02 %

Khashoggi: un meurtre "planifié" dont "rien ne restera secret" selon Ankara

| AFP | 539 | 4.50 par 4 internautes
Des policiers turcs établissent un périmètre de sécurité autour d'un parking souterrain où a été retrouvée une voiture du consulat saoudien à Istanbul, le 22 octobre 2018
Des policiers turcs établissent un périmètre de sécurité autour d'un parking souterrain où a été retrouvée une voiture du consulat saoudien à Istanbul, le 22 octobre 2018 ( OZAN KOSE / AFP )

La Turquie a affirmé lundi que le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi avait été "sauvagement planifié" et promis que "rien ne resterait secret" dans cette affaire, à la veille de révélations promises par le président Recep Tayyip Erdogan.

"Nous sommes face à une situation qui a été sauvagement planifiée et des efforts conséquents ont été déployés pour dissimuler" ce meurtre, a déclaré lors d'une conférence de presse à Ankara Omer Celik, porte-parole du parti au pouvoir en Turquie (AKP).

Quelques heures plus tard, le porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan, Ibrahim Kalin, a accentué la pression en affirmant que "rien ne resterait secret" et que les enquêteurs turcs iraient "au fond de cette affaire".

Après avoir soutenu que le journaliste était ressorti vivant du consulat, les autorités saoudiennes ont finalement admis samedi que Khashoggi y avait été tué, mais ont nié toute préméditation.

Portrait du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane dans une rue de Ryad le 22 octobre 2018
Portrait du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane dans une rue de Ryad le 22 octobre 2018 ( FAYEZ NURELDINE / AFP )

Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a indiqué dimanche que Khashoggi avait été victime d'un "meurtre", évoquant une "opération non autorisée" par le pouvoir, dont Mohammed ben Salmane, dit "MBS", n'était "pas informé".

Des explications qui n'ont "pas satisfait" Donald Trump. "Nous en saurons très bientôt davantage", a dit à la presse le président américain, qui avait déjà évoqué la veille les "mensonges" de Ryad. Son gendre et conseiller Jared Kushner a de son côté conseillé à MBS "d'être transparent".

Dans la soirée, l'agence d'Etat saoudienne SPA annonçait que "MBS" avait reçu le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin.

M. Mnuchin, qui est en tournée dans la région, avait annoncé il y a quelques jours qu'il renonçait à participer au forum international sur l'investissement prévu à Ryad à partir de mardi, pour cause d'affaire Khashoggi.

Les deux hommes ont souligné de "l'importance du partenariat stratégique entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis", a indiqué SPA.

- Voiture et sosie -

La presse proche du pouvoir turc s'est efforcée lundi de démonter la version saoudienne. Ainsi, selon Yeni Safak, le chef d'un commando saoudien de 15 agents dépêchés à Istanbul pour tuer le journaliste a été directement en contact avec le bureau du prince héritier, après "l'assassinat", le 2 octobre.

Des manifestants déguisés en Donald Trump et Mohammed ben Salmane réclament justice pour Jamal Khashoggi le 19 octobre 2018 devant la Maison Blanche à Washington.
Des manifestants déguisés en Donald Trump et Mohammed ben Salmane réclament justice pour Jamal Khashoggi le 19 octobre 2018 devant la Maison Blanche à Washington. ( Jim WATSON / AFP/Archives )

L'homme en question, Maher Abdulaziz Mutreb, présenté comme un membre de la garde rapproché de "MBS" a appelé "à quatre reprises le directeur du bureau du prince héritier, Bader Al-Asaker", dont au moins un "depuis le bureau du consul général".

Dans le quotidien Hurriyet, un éditorialiste proche du pouvoir turc affirme que le Khashoggi, âgé de 59 ans, a été immédiatement conduit vers le bureau du consul où il a été "étranglé" par les agents saoudiens. "Cela a duré entre 7 et 8 minutes".

Le corps a ensuite été "coupé en 15 morceaux" par un médecin légiste faisant partie du commando saoudien, a ajouté M. Selvi, selon lequel le corps démembré a été sorti du consulat, mais se trouverait toujours dans un endroit inconnu à Istanbul.

Selon le médias turcs, la police a retrouvé lundi un véhicule du consulat saoudien, équipé d'une plaque d'immatriculation diplomatique, "abandonné" dans un parking souterrain d'Istanbul. Le consulat saoudien n'a pas autorisé sa fouille, selon la chaîne NTV.

L'affaire Khashoggi
L'affaire Khashoggi ( John SAEKI / AFP )

La chaîne américaine CNN a pour sa part diffusé des images de vidéosurveillance montrant, selon un responsable turc, un des agents saoudiens quittant le consulat par une porte arrière portant les vêtements dont était vêtu Khashoggi à son arrivée, ainsi qu'une barbe factice.

Il s'agissait, selon le responsable turc, d'une "tentative de dissimulation" visant à faire croire que Khashoggi avait bel et bien quitté le bâtiment comme l'avait affirmé Ryad après sa disparition.

La chaîne turque AHaber a de son côté diffusé d'autres images de vidéosurveillance montrant selon elle des employés saoudiens du consulat brûler des documents au lendemain de la mort de Khashoggi.

- Crise de crédibilité -

Ces révélations surviennent à la veille d'une intervention très attendue de M. Erdogan au cours de laquelle il a promis de révéler "toute la vérité" sur la mort de Khashoggi.

Signe toutefois du caractère sensible de cette affaire sur le plan diplomatique, le porte-parole de M. Erdogan a déclaré lundi qu'Ankara "ne voudrait pas" que ses relations avec l'Arabie saoudite, un "pays frère et ami", en "pâtissent".

Jamal Khashoggi lors d'une conférence de presse à Manama, à Bahreïn, le 15 décembre 2014
Jamal Khashoggi lors d'une conférence de presse à Manama, à Bahreïn, le 15 décembre 2014 ( MOHAMMED AL-SHAIKH / AFP/Archives )

Outre une crise de crédibilité, ce scandale international a poussé au boycott, par des responsables occidentaux et des dirigeants de firmes internationales, d'une grande conférence économique, chère au prince héritier, prévue à Ryad à partir de mardi. Le site de ce forum a été mis hors ligne lundi, victime selon les médias saoudiens d'une "attaque électronique".

Sous pression en Allemagne depuis des jours, le PDG du conglomérat industriel Siemens, Joe Kaeser, a annoncé lundi renoncer à contre-coeur à se rendre à ce forum. Le PDG de l'électricien français EDF, Jean-Bernard Lévy, en fait autant, mais celui du géant pétrolier Total Patrick Pouyanné, opposé à la "politique de la chaise vide", a confirmé sa participation.

Le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier a appelé lundi de son côté les Européens à ne plus autoriser d'exportations d'armes vers l'Arabie saoudite tant qu'elle n'aura pas fait la lumière sur le meurtre de Khashoggi.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 Janvier 2019, 19h00   Cession à Azerion des dernières activités historiques de régie en Belgique, au Portugal et d'une participation en…

Publié le 22/01/2019

WISeKey et le Blockchain Research Institute signent un accord pour créer des Centres d'excellence de la Blockchain interconnectés à travers le monde L'accord a…

Publié le 22/01/2019

Article L.233-8 II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'Autorité des marchés financiers     Dénomination sociale de l'émetteur…

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 janvier 2019 - L'Assemblée générale mixte de Sodexo s'est tenue le 22 janvier 2019 à la Seine Musicale, à Boulogne-Billancourt, sous la présidence de Sophie…