5 258.19 PTS
+0.04 %
5 250.0
-0.05 %
SBF 120 PTS
4 211.97
-0.04 %
DAX PTS
12 364.96
-0.17 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
+0.00 %
Nikkei PTS
21 925.10
-1.01 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Kenya: la vie reprend à Nairobi, Odinga réfléchit à la suite

| AFP | 240 | Aucun vote sur cette news
Des opposants au président kényan Uhuru Kenyatta brandissent le portrait du leader de l'opposition Raila Odinga lors d'une manifestation à Nairobi, le 13 août 2017
Des opposants au président kényan Uhuru Kenyatta brandissent le portrait du leader de l'opposition Raila Odinga lors d'une manifestation à Nairobi, le 13 août 2017 ( MARCO LONGARI / AFP )

La vie a repris timidement lundi à Nairobi, les sympathisants de l'opposition kényane ayant été priés de rester chez eux par leur leader Raila Odinga, qui réfléchissait à la marche à suivre pour mieux s'opposer à la réélection du président Uhuru Kenyatta.

En signe de deuil pour les 16 personnes, dont une fillette de neuf ans, tuées dans les violences survenues entre l'annonce de la victoire de M. Kenyatta vendredi soir et samedi soir, M. Odinga a demandé à ses partisans de ne pas travailler lundi et d'attendre qu'il annonce sa stratégie mardi.

Le reste de la population de Nairobi, capitale de l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est, qui avait des allures de ville morte depuis le scrutin du 8 août, a mis à profit ce répit pour commencer à reprendre une activité à peu près normale.

Violences post-électorales au Kenya
Violences post-électorales au Kenya ( Paz PIZARRO / AFP )

Kenneth Kiruja, un expert en informatique de 30 ans, est retourné à son bureau pour la première fois depuis l'élection. "La semaine dernière, rien ne se passait", a-t-il raconté à l'AFP. "Mais la vie doit continuer. Nous avons eu les élections et nous avons choisi qui nous voulions."

Alex Kilonzo, 33 ans, était le seul marchand de fruits ouvert dans un quartier habituellement animé. Il a admis avoir été tenté par la grève, mais y avoir renoncé simplement parce qu'il n'a "pas d'argent".

Le chef de la police de Nairobi, Japheth Koome, s'est aussi voulu positif. "La situation est presque de retour à la normale. Les Kényans ont envie d'avancer et d'aider le pays", a-t-il estimé, affirmant que la sécurité prévalait dans la ville.

Déjà dimanche, la tension avait baissé d'un cran dans les bidonvilles de Kibera, Mathare, et Kawangware, à Nairobi, ainsi que dans la ville de Kisumu (ouest), les fiefs de l'opposition qui avaient concentré l'essentiel des violences entre manifestants et policiers.

- Des options limitées -

Les violents affrontements en soirée à Mathare entre des membres de l'ethnie luo de M. Odinga et des partisans kikuyu du président Kenyatta, qui ont fait au moins deux blessés graves, avaient cependant rappelé combien la situation demeure précaire.

Avant cet incident, dont ont été témoins des photographes de l'AFP, M. Odinga avait rompu un silence de près de 48 heures en s'adressant à des milliers de supporteurs en liesse à Kibera et Mathare.

De violents affrontements ont opposé dans le bidonville de Mathare à Nairobi des membres de l'ethnie kikuyu du président Uhuru Kenyatta et des partisans luo de l'opposant Raila Odinga, le 13 août 2017
De violents affrontements ont opposé dans le bidonville de Mathare à Nairobi des membres de l'ethnie kikuyu du président Uhuru Kenyatta et des partisans luo de l'opposant Raila Odinga, le 13 août 2017 ( MARCO LONGARI / AFP )

"Nous n'avons pas encore perdu. Nous n'abandonnerons pas. Attendez que j'annonce la marche à suivre après-demain" (mardi), avait-il déclaré sous les applaudissements nourris.

"Parce que Jubilee (le parti au pouvoir) a ses policiers et soldats partout, ne quittez pas vos maisons demain (lundi). N'allez pas au travail demain", avait-il ajouté, dénonçant à nouveau une élection "volée".

Ses options paraissent cependant limitées, la coalition d'opposition Nasa qu'il dirige ayant pour le moment écarté de saisir la Cour suprême, comme elle l'avait fait en 2013, en vain.

A moins qu'il ne cède aux pressions internationales et fasse marche arrière. L'ONU, l'Union européenne et Londres l'ont appelé à se tourner vers la justice.

La colère des partisans de l'opposition avait éclaté dès l'annonce de la victoire de M. Kenyatta, avec 54,27% des voix, contre 44,74% à M. Odinga, au terme d'un scrutin pourtant annoncé serré par les instituts de sondage.

- La dernière bataille -

L'opposition affirme que le score de M. Kenyatta est le fruit d'une manipulation du système électronique de transmission et de comptage des voix utilisé par la Commission électorale, et censé précisément prévenir les irrégularités.

L'opposant Raila Odinga, le 13 août 2017, quitte le bidonville de Mathare à Nairobi
L'opposant Raila Odinga, le 13 août 2017, quitte le bidonville de Mathare à Nairobi ( CARL DE SOUZA / AFP )

Mais les missions d'observation internationales ont globalement salué la bonne tenue des élections. Et le groupe d'observateurs indépendants kényans ELOG, qui avait déployé 8.300 personnes sur le terrain, a publié des conclusions "cohérentes" avec les résultats officialisés par la Commission.

La police a nié que des manifestants pacifiques aient été tués. Elle a affirmé que ceux qui sont morts étaient armés et commettaient des actes criminels (viols, pillages), et s'en étaient pris à des policiers.

Mais ces incidents ont remis en lumière les vieilles rancœurs inter-communautaires qui avaient nourri les violences post-électorales ayant fait plus de 1.100 morts et 600.000 déplacés en 2007-2008, après la réélection de Mwai Kibaki, déjà contestée par M. Odinga.

Le contexte des élections diffère toutefois de celui d'il y a dix ans. Les violences sont pour l'instant circonscrites aux bastions de l'opposition et seule l'ethnie Luo semble par ailleurs se mobiliser.

Vendredi soir, M. Kenyatta, au pouvoir depuis 2013, avait appelé son rival à "travailler ensemble" pour "faire grandir ce pays".

M. Odinga, qui à 72 ans livre probablement sa dernière grande bataille après ses trois précédents échecs à la présidentielle (1997, 2007, 2013), n'a pas semblé disposé à saisir la main tendue, mais il a encore le temps de s'y résigner.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/02/2018

Vue générale de l'Hémicycle le 16 octobre 2017 à Paris ( JOEL SAGET / AFP/Archives )Le projet de loi de programmation militaire (LPM), qui prévoit de consacrer 295 milliards d'euros à la…

Publié le 20/02/2018

Home Depot a dévoilé une augmentation de 2% de son bénéfice net au quatrième trimestre clos fin janvier, à 1,779 milliard de dollars soit 1,52 dollar par action. En données ajustées des…

Publié le 20/02/2018

Des gardes forestiers abattent un arbre dans la forêt de Bialowieza, le 31 mai 2016 en Pologne ( WOJTEK RADWANSKI / AFP/Archives )La Pologne a enfreint la législation européenne sur la…

Publié le 20/02/2018

Emirates reste fidèle à Arsenal...

Publié le 20/02/2018

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney a estimé que le bitcoin avait échoué à s'imposer comme monnaie ( Karen BLEIER / AFP/Archives )Le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2018

Le Crédit Suisse garde un biais négatif, tant que les lignes n'auront pas bougé...

Publié le 20/02/2018

Vicat accroît ses gains (+4,4% à 67,7 euros) au lendemain d'une publication annuelle marquée par un redressement inattendu de l'activité en France...

Publié le 20/02/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 20/02/2018

Fin de cycle, moteur à essence et capitalisation de la R&D interrogent l'analyste...

Publié le 20/02/2018

HSBC (-4,39% à 727,10 pence) croupit au fond de l’indice FTSE 100 en raison de résultats inférieurs aux attentes au quatrième trimestre et de l’absence de rachats d’actions. La première…

CONTENUS SPONSORISÉS