En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 518.90 PTS
-0.05 %
5 514.50
+0.00 %
SBF 120 PTS
4 344.68
+0.00 %
DAX PTS
12 275.30
+0.01 %
Dowjones PTS
26 727.54
+0.03 %
7 723.02
+0.00 %
1.138
-0.16 %

Le Kazakhstan élit son président, des centaines de manifestants arrêtés

| AFP | 79 | Aucun vote sur cette news
Des policiers kazakhs arrêtent des manifestants de l'opposition, le 9 juin 2019 à Nur-Sultan, alors que le pays tient ses premières élections sans l'ancien président Noursoultan Nazarbaïev
Des policiers kazakhs arrêtent des manifestants de l'opposition, le 9 juin 2019 à Nur-Sultan, alors que le pays tient ses premières élections sans l'ancien président Noursoultan Nazarbaïev ( VYACHESLAV OSELEDKO / AFP )

Des centaines de manifestants d'opposition ont été arrêtés dimanche au Kazakhstan où se déroulait une élection présidentielle inédite, la première depuis que Noursoultan Nazarbaïev a démissionné en mars après trente ans de pouvoir.

Les derniers bureaux de vote ont fermé à 15H00 GMT dans cet immense pays d'Asie centrale et le taux de participation est de 77%, selon la commission électorale centrale.

Le successeur désigné de Noursoultan Nazarbaïev, le président par intérim Kassym-Jomart Tokaïev, est quasiment certain de l'emporter face à des candidats pour la plupart inconnus, la seule réelle question étant l'ampleur de sa victoire.

Mais ce scrutin a été marqué par les plus importantes manifestations que cette ancienne république soviétique ait connues en trois ans, les protestataires ayant appelé au boycott de ce qu'ils dénoncent comme une élection truquée.

Dans les deux principales villes kazakhes, la capitale Nur-Sultan et Almaty, des journalistes de l'AFP ont été témoins de plusieurs centaines d'arrestations. Un correspondant de l'AFP a été conduit à un poste de police avant d'être libéré tandis qu'un reporter vidéo de l'AFP a vu ses équipements confisqués.

"Environ 500 personnes ont été transférées dans les commissariats de police de Nur-Sultan et d'Almaty", a déclaré à la presse le vice-ministre de l'Intérieur Marat Kojaïev, qui en a rejeté la faute sur des "éléments radicaux" ayant organisé des "manifestations non autorisées".

Deux journalistes de Radio Free Europe/Radio Liberty, un média financé par les Etats-Unis, ont notamment été brièvement détenus par la police à Almaty (sud) et Nur-Sultan, où un représentant de l'ONG Comité d'Helsinki a subi le même sort.

"Honte ! Honte ! Honte !" ou encore "La police de notre côté !", criaient certains manifestants à Almaty avant que les forces de l'ordre ne dispersent le rassemblement.

Depuis la démission de Noursoultan Nazarbaïev, le Kazakhstan est traversé par une agitation sociale rare qui a provoqué un raidissement des autorités. L'opposant le plus virulent au régime, l'ancien banquier en exil Moukhtar Abliazov, avait appelé à des manifestations dimanche.

- Une illusion -

Les bureaux de vote ont ouvert à 01h00 GMT et fermeront à 14h00 GMT au Kazakhstan, pays d'Asie centrale riche en hydrocarbures qui devrait sans surprise élire le successeur choisi par l'ancien président Noursoultan Nazarbaïev, qui a quitté le pouvoir en mars après 30 ans ininterrompus
Les bureaux de vote ont ouvert à 01h00 GMT et fermeront à 14h00 GMT au Kazakhstan, pays d'Asie centrale riche en hydrocarbures qui devrait sans surprise élire le successeur choisi par l'ancien président Noursoultan Nazarbaïev, qui a quitté le pouvoir en mars après 30 ans ininterrompus ( VYACHESLAV OSELEDKO / AFP )

Kassym-Jomart Tokaïev, 66 ans, a reçu le soutien du parti au pouvoir et de Noursoultan Nazarbaïev, qui conserve des fonctions de premier plan en dépit de sa démission. Une des premières décisions de M. Tokaïev a en outre été de renommer la capitale, Astana, en "Nur-Sultan", du nom de son prédécesseur.

Cet ancien diplomate de carrière a occupé de nombreux postes au sommet de l'Etat, de Premier ministre à ministre des Affaires étrangères et président du Sénat, le poste qu'il occupait quand Noursoultan Nazarbaïev a annoncé son départ.

Interrogé sur les manifestations en cours, M. Tokaïev a assuré qu'il avait demandé à la police de "faire preuve de retenue" tout en précisant que les violations de la loi "ne seraient pas tolérées".

"Je pense qu'en trente ans, nous avons eu quelques succès. Il y a eu du négatif aussi, mais ça existe dans tous les pays", a déclaré à l'AFP Marat Sagyndykov, un retraité de 65 ans affirmant qu'il allait voter "pour poursuivre le chemin du Leader de la Nation", le titre officiel de Noursoultan Nazarbaïev.

En revanche, Aslan Sagoutdinov, un blogueur brièvement arrêté le mois dernier pour avoir brandi une pancarte sans texte en signe de protestation ironique, a affirmé qu'il ne comptait pas participer au scrutin. "Si on vote dans une élection injuste, on leur permet de prétendre qu'elle a été juste", a-t-il expliqué par mail à l'AFP.

Il sera en tout cas difficile pour M. Tokaïev de faire aussi bien que l'ancien président kazakh, élu une première fois en 1991 puis réélu à quatre reprises avec des scores dépassant les 80%. En 2015, dans un contexte de difficultés économiques, Noursoultan Nazarbaïev avait obtenu 98% des voix pour un taux de participation de 95%.

Ces élections n'ont jamais été reconnues comme libres et justes par les observateurs internationaux et il est probable qu'il en sera de même pour celle-ci.

Et le départ officiel de l'ex-chef de l'Etat ne signifie pas qu'il quitte totalement le pouvoir, dans ce pays d'Asie centrale riche en hydrocarbures, puisqu'il reste notamment à la tête du Conseil de sécurité.

Dans un communiqué diffusé avant l'élection, l'ONG Human Right Watch (HRW) a estimé que l'idée d'une transition politique était "une illusion", dénonçant les "rafles" de manifestants et l'interruption "routinière des protestations pacifiques".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/06/2019

Les Bourses européennes sont en légère baisse à l'approche de la mi-séance. Les investisseurs jouent la prudence alors que doit s’ouvrir le sommet du G20 vendredi au Japon. Ils s'interrogent…

Publié le 25/06/2019

"La Chine c'était vraiment une situation très spécifique"

Publié le 25/06/2019

Par courrier reçu le 24 juin 2019 par l'AMF, la société par actions simplifiée Truffle Capital, agissant pour le compte de fonds dont elle assure la...

Publié le 25/06/2019

La fusion potentielle entre Renault et Fiat Chrysler Automobiles refait parler des deux côtés de l'Atlantique...

Publié le 25/06/2019

Les actionnaires de Nissan, réunis aujourd’hui en Assemblée Générale, ont approuvé l’ensemble des résolutions qui leur étaient soumises. Cela comprend donc la mise en place d’une nouvelle…