5 281.58 PTS
+1.13 %
5 278.5
+1.14 %
SBF 120 PTS
4 231.68
+1.11 %
DAX PTS
12 451.96
+0.86 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
-0.36 %
Nikkei PTS
21 720.25
+1.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Jusqu'à 3.000 jihadistes de l'EI pourraient revenir en Europe

| AFP | 482 | 3 par 1 internautes
Drapeau et panneau de l'organisation État islamique (EI) le 11 septembre 2015 à Daquq en Irak
Drapeau et panneau de l'organisation État islamique (EI) le 11 septembre 2015 à Daquq en Irak ( MARWAN IBRAHIM / AFP/Archives )

Entre 1.200 et 3.000 Européens ayant vécu ou combattu avec l'organisation État islamique (EI) en Irak et Syrie pourraient revenir en Europe, selon un rapport d'analystes qui appelle les pays concernés à préparer minutieusement la gestion de ces retours à risques.

"La plupart des pays membres de l'Union européenne", dont la France, "s'attendent à une augmentation lente mais progressive des retours de combattants" de l'EI et du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ancien front al-Nosra, lié à Al-Qaïda), souligne le Réseau européen de sensibilisation à la radicalisation (Radicalization awareness network, RAN), créé par la Commission européenne.

Le nombre de ces "revenants" devrait notamment augmenter si le "califat" autoproclamé de l'EI, qui a beaucoup cédé de territoire en Syrie et Irak ces derniers mois, "est vaincu militairement ou s'effondre", note-t-il dans un rapport remis en juillet aux pays membres de la Commission.

Diverses estimations prévoient "entre 1.200 et 3.000 retours" d'Européens avec "des antécédents différents", en grande partie "des femmes et des enfants", ajoute le RAN, qui estime qu'"environ 30%" sont déjà rentrés, au su des autorités - ils sont alors souvent arrêtés - ou clandestinement.

Selon le RAN, "plus de 42.000 combattants terroristes étrangers" ont rejoint l'EI "depuis plus de 120 pays" entre 2011 et 2016 - un afflux d'une ampleur inédite dans l'histoire du jihad dans le monde - dont "plus de 5.000" d'Europe.

Ces derniers sont pour beaucoup partis "de Belgique, de France, d'Allemagne et du Royaume-Uni, d'Autriche, du Danemark, de Finlande, d'Italie, des Pays-Bas, d'Espagne et de Suède", ajoute-t-il, en précisant que le taux de retour "est plus élevé", proche de la moitié, pour le Danemark, la Suède et le Royaume-Uni.

15 à 20% sont morts sur place, 30 à 35% sont déjà rentrés et environ 50% sont encore en Syrie et en Irak, selon l'Union européenne.

Selon la justice française, sur un millier de Français partis en zone jihadiste irako-syrienne, environ 300 y sont morts et 700 adultes (dont 300 femmes) s'y trouvaient encore en juin, avec quelque 400 enfants. Le rapport, citant lui aussi des chiffres de responsables français, parle, lui, d'environ 460 mineurs français, dont la moitié ont moins de cinq ans et un tiers sont nés là-bas.

Alors que la mobilisation des combattants étrangers a semblé atteindre un pic en 2015, la perspective de retours importants est "une préoccupation sérieuse et croissante" en Europe, sachant que certains "revenants" ont participé aux attaques de novembre 2015 à Paris et de mai 2014 et mars 2016 à Bruxelles, souligne le rapport.

Ils peuvent également revenir car ils ont perdu leurs illusions, ont des remords, par opportunisme (ils sont toujours radicaux mais veulent de meilleures conditions de vie), pour intégrer une cellule jihadiste dormante en Europe, ou de manière involontaire (lorsqu'ils sont arrêtés), explique-t-il.

Le rapport distingue deux générations de "revenants". La première, majoritairement masculine, inclut ceux qui sont allés en Syrie pour raisons humanitaires ou combattre le régime de Bachar al-Assad, plus portés à revenir désillusionnés et possiblement moins violents que la seconde, l'actuelle, plus aguerrie, idéologisée et peut-être de retour en Europe avec le souhait d'y mener des attaques.

"La plupart d'entre eux seront victimes de traumatismes pour avoir causé ou été témoins de violences", souligne enfin le RAN qui, au-delà du constat, présente un catalogue de mesures pour encadrer au mieux ces retours, notamment une évaluation rapide des niveaux de dangerosité, un traitement complet et individualisé de chaque cas mettant l'accent sur la normalisation et la resocialisation.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/02/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement   SA au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…

Publié le 16/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

Publié le 16/02/2018

SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET FINANCIÈRE DE L'ARTOIS   COMMUNIQUÉ DE PRESSE   Chiffre d'affaires 2017 Le 16 février 2018 …

Publié le 16/02/2018

      Bilan semestriel du contrat de liquidité GAUMONT contracté avec la société EXANE BNP PARIBAS   Neuilly-sur-Seine, le 16 février…

Publié le 16/02/2018

Prismaflex International a levé 1,8 million d'euros auprès d'un nombre restreint d'investisseurs institutionnels français dans le cadre d'une augmentation de capital avec suppression du droit…

CONTENUS SPONSORISÉS