En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 726.03 PTS
+0.8 %
4 719.5
+0.89 %
SBF 120 PTS
3 739.54
+0.82 %
DAX PTS
11 746.44
+0.76 %
Dow Jones PTS
25 548.27
+2.21 %
9 442.05
+0. %
1.099
-0.12 %

Journal de bord d'un réanimateur: "la vague continue de monter"

| AFP | 425 | 5 par 1 internautes
Praticien dans un hôpital de la région parisienne, en première ligne pour traiter la déferlante de malades du coronavirus, cet anesthésiste-réanimateur livre tous les jours pour l'AFP le résumé de sa journée, vu de l'intérieur (photo d'illustration)
Praticien dans un hôpital de la région parisienne, en première ligne pour traiter la déferlante de malades du coronavirus, cet anesthésiste-réanimateur livre tous les jours pour l'AFP le résumé de sa journée, vu de l'intérieur (photo d'illustration) ( Martin BUREAU / AFP/Archives )

Praticien dans un hôpital de la région parisienne, en première ligne pour traiter la déferlante de malades du coronavirus, un anesthésiste-réanimateur livre tous les jours pour l'AFP, sous couvert d'anonymat, le résumé de sa journée en pleine crise sanitaire.

Samedi 28 mars

01H36: "La journée n'est pas finie.

La vague continue de monter. Les lits de l'unité non Covid sont en train d'être transformés en nouvelle unité Covid. Il se pourrait qu'en début de semaine prochaine, il n'y ait plus réellement d'unité non Covid et seulement quelques lits en fonction des patients déjà présents et pas transportables ailleurs.

Le manque de places en réanimation commence à modifier complètement nos pratiques et notre vision de la médecine moderne. Les patients qui étaient considérés la veille comme jeunes et sans antécédents sont maintenant pour certains trop âgés et avec trop de comorbidités.

On est obligés de prendre des décisions de limitation thérapeutique peut-être plus rapidement qu'avant chez certains malades. Encore une fois, nous n'avons pas le choix. Nous faisons en sorte quoiqu'il arrive de rester le plus humain possible et de toujours respecter la dignité de nos malades.

Est-ce finalement forcément choquant de refuser l'accès à la réanimation à des patients faute de place? Honnêtement je ne sais pas. La mortalité des patients admis en réanimation semble très très élevée...

Même avec les patients qui sont dans le service, on se demande parfois ce que l'on est en train de faire. J'entends par là qu'on se demande régulièrement le sens des thérapeutiques mises en place et si on n'est pas dans de l'obstination déraisonnable, de l'+acharnement thérapeutique+.

Je n'ai évidemment pas la réponse. Mais on parle parfois d'une mortalité de 70% en réanimation, largement plus élevée qu'en temps normal.

La stratégie en France reste pour l'instant de +sauver+ en priorité les plus jeunes.

Les capacités de l'hôpital ne sont pas loin d'être au max de ce que l'on peut proposer. Mais on trouve encore le moyen de pousser les murs et d'envisager d'autres lits de réanimation Covid.

Ici, il n'y a pas encore de manque de matériel ni de médicaments mais on en entend parler et on nous demande d'avoir des prescriptions encore plus raisonnées et simplifiées qu'à l'habitude...

On est au jour le jour, avec les modifications d'organisation, l'afflux de malades. Nous sommes fatigués, préoccupés par toutes ces questions autour de l'accès à la réanimation qui incluent le fait de refuser des patients qui étaient en bonne santé il y a encore peu de temps.

Préoccupés par toutes ces familles que nous appelons quotidiennement et qui ont du mal à comprendre, parce que c'est difficile de s'imaginer la réanimation sans jamais y avoir mis les pieds.

Et préoccupés par toutes ces discussions stériles sur les traitements spécifiques du coronavirus, qui en l'état actuel des choses nous polluent plus qu'autre chose.

Je suis très peu chez moi. Mais je pense faire partie des chanceux. Le quotidien et les repères sont extrêmement perturbés ces derniers jours pour l'ensemble des Français. Nous avons une sorte de chance de conserver un rythme professionnel, même si l'environnement est modifié, nous gardons ce repère-là dans une période où tout est décousu."

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mai 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/05/2020

En raison de l'épidémie de covid-19 Roche Bobois a annoncé que son Assemblée générale mixte se tiendra le 18 juin 2020 à 11h30 au siège social de la société, à huis clos, sans la présence…

Publié le 28/05/2020

Comme annoncé par communiqué en date du 28 février 2020, Gilles Schnepp, Président de Legrand, a proposé au Conseil d’administration, qui l’a acceptée, une nouvelle évolution de la…

Publié le 28/05/2020

Pour traverser la crise du Covid-19, easyJet (+7,82 % à 764 pence) entend supprimer jusqu’à 30 % de ses effectifs, soit 4 500 postes. Une consultation sera lancée dans les prochains jours. La…

Publié le 28/05/2020

Dans le sillage d'un marché toujours très bien orienté, Thalès grimpe de 3,8% à 71,4 euros...

Publié le 28/05/2020

SFL a émis avec succès un emprunt obligataire de 500 millions d’euros à 7 ans, échéance 5 juin 2027, assorti d’un coupon de 1,50 %. Cet emprunt, a été placé auprès d’une large base…