En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 847.70 PTS
-0.41 %
4 845.00
-0.40 %
SBF 120 PTS
3 870.24
-0.33 %
DAX PTS
11 089.38
-0.42 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.135
-0.17 %

Jonathann Daval maintenu en détention par la cour d'appel de Besançon

| AFP | 348 | Aucun vote sur cette news
Jonathann Daval derrière un poster de sa femme Alexia lors d'une marche silencieuse à Gray en novembre 2017
Jonathann Daval derrière un poster de sa femme Alexia lors d'une marche silencieuse à Gray en novembre 2017 ( SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives )

La cour d'appel de Besançon a rejeté mardi une nouvelle demande de mise en liberté de Jonathann Daval, suspect numéro un du meurtre de son épouse Alexia, qui a fait face pour la première fois depuis sa mise en examen aux parties civiles.

Jonathann Daval, incarcéré depuis janvier à la maison d'arrêt de Dijon, avait interjeté appel d'un premier rejet de sa demande intervenu le 11 octobre.

La décision de la cour d'appel "nous conforte et nous réconforte après les volte-face indécentes du mis en examen", qui est revenu fin juin sur ses aveux pour accuser son beau-frère Grégory Gay du meurtre, a réagi auprès de l'AFP Me Gilles-Jean Portejoie, conseil de ce dernier.

Précisant ne pas encore disposer des motivations de la décision de la chambre de l'instruction de la cour d'appel, Me Randall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval, a estimé devant la presse que l'on pouvait "raisonnablement penser que deux arguments ont prévalu".

Le premier, a-t-il dit, est "la sécurité de Jonathann (...) difficile à assurer" hors de la maison d'arrêt de Dijon, et le second "l'émoi" provoqué par cette affaire dans l'opinion publique.

A l'audience qui s'est tenue mardi matin à huis clos, l'avocat général avait requis le maintien en détention de l'informaticien de 34 ans, Me Schwerdorffer plaidant en faveur de son "assignation à résidence".

Jonathann Daval s'est exprimé par visioconférence depuis la maison d'arrêt de Dijon, apparaissant sur un grand écran disposé au-dessus des magistrats, assis devant un bureau de bois clair, les mains jointes, le visage fermé et émacié.

Il "n'a pas été extrait de sa prison pour des raisons de sécurité", a expliqué Me Schwerdorffer, trouvant son client "très stressé, extrêmement angoissé, très tendu".

Les parents d'Alexia Daval, Jean-Pierre et Isabelle Fouillot, le 30 octobre 2018 après une audience à la cour d'appel de Besançon
Les parents d'Alexia Daval, Jean-Pierre et Isabelle Fouillot, le 30 octobre 2018 après une audience à la cour d'appel de Besançon ( Sebastien Bozon / AFP )

Sur les bancs des parties civiles avaient pris place les parents d'Alexia, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, ainsi que sa soeur et son beau-frère, Stéphanie et Grégory Gay.

Selon Stéphanie Gay, Jonathann Daval est apparu "impassible, sans réactions". Il "n'avait pas l'air aussi mal en point que ce que ses avocats le laissaient entendre", même s'il est "un peu" amaigri, a observé son mari.

Toujours selon les parties civiles, Jonathann Daval n'a "absolument rien dit" à l'appui de sa demande de mise en liberté.

"On veut qu'il reste en prison", a déclaré Isabelle Fouillot, se disant "déçue" que l'informaticien de 34 ans n'ait "pas eu un mot" pour la famille en ce jour anniversaire de la découverte du corps d'Alexia.

Selon Me Schwerdorffer, Jonathann Daval, qui "s'est très peu exprimé", s'est dit "absolument désolé" de cette coïncidence du calendrier.

Sa demande de mise en liberté était la conséquence de la nouvelle version des faits qu'il avait avancée lors de son audition par le juge d'instruction, le 27 juin.

Après avoir avoué le meurtre en garde à vue, fin janvier, il était revenu sur ses aveux pour accuser Grégory Gay d'en avoir été l'auteur, invoquant un "pacte secret" conclu par la famille pour dissimuler les faits.

Randall Schwerdorffer (D), avocat de Jonathann Daval, parle aux journalistes après une audience à la Cour d'appel de Besançon, le 30 octobre 2018
Randall Schwerdorffer (D), avocat de Jonathann Daval, parle aux journalistes après une audience à la Cour d'appel de Besançon, le 30 octobre 2018 ( Sebastien Bozon / AFP )

Ces accusations sont "une provocation", a réagi Grégory Gay à sa sortie de l'audience mardi, rejetant cette version à l'unisson avec les autres membres de la famille.

Selon Me Schwerdorffer, les étapes suivantes pourraient être quatre confrontations organisées avec chacune des parties civiles, Jonathann Daval refusant en revanche de participer à une possible reconstitution du meurtre "puisqu’il conteste les faits".

L'instruction, a poursuivi l'avocat, pourrait s'achever fin 2018 ou début 2019 avant un procès "possiblement" en juin.

Jonathann Daval avait signalé la "disparition" de son épouse Alexia, censée ne pas être rentrée d'un jogging, le 28 octobre 2017. Deux jours plus tard, le corps partiellement calciné de la jeune femme avait été retrouvé dans un bois, non loin de Gray-la-Ville (Haute-Saône), où résidait le jeune couple.

Pendant trois mois, l'informaticien s'était présenté en veuf éploré avant que les enquêteurs ne l'arrêtent, estimant avoir réuni des "éléments accablants" à son encontre.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Les marchés actions européens évoluent en baisse à l’approche de la mi-séance. Le contexte est toujours empli de craintes concernant le ralentissement de la croissance chinoise et l’état de…

Publié le 22/01/2019

Soitec bondit de 11,33% à 66,80 euros sur la place de Paris, dans le sillage d’une solide publication trimestrielle. Cela a conduit le spécialiste des matériaux semi-conducteurs a relevé ses…

Publié le 22/01/2019

Résultats trimestriels...

Publié le 22/01/2019

Par courrier reçu le 21 janvier 2019 par l'AMF, la société new-yorkaise BlackRock Inc...

Publié le 22/01/2019

Safran a acquis une participation dans Oxis Energy au travers de sa filiale Safran Corporate Ventures dédiée aux investissements dans de jeunes sociétés technologiques. Oxis Energy est…