En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 207.24 PTS
-4.3 %
4 165.00
-5.23 %
SBF 120 PTS
3 303.23
-4.1 %
DAX PTS
9 544.75
-3.94 %
Dow Jones PTS
21 036.09
-4.02 %
7 536.97
-3.54 %

JO-2020: le monde entier a les yeux braqués vers le CIO

| AFP | 166 | Aucun vote sur cette news
Les anneaux olympiques sur le fronton du siège du Comité international olympique, le 18 mars 2020 à Lausanne
Les anneaux olympiques sur le fronton du siège du Comité international olympique, le 18 mars 2020 à Lausanne ( Fabrice COFFRINI / AFP )

Le monde entier, paralysé par la pandémie de coronavirus, a les yeux braqués sur le Comité international olympique (CIO), dans l'attente d'une décision sur le sort des JO de Tokyo, événement sportif majeur de l'année 2020, l'un des derniers à n'avoir pas été rayé du calendrier.

Le CIO se calfeutre. A Lausanne, sur la porte vitrée de son siège flambant neuf, érigé au bord du lac Léman, une petite affiche: "La Maison olympique est fermée".

Depuis vendredi dernier, les quelque 600 employés restent chez eux, "conformément aux recommandations des autorités sanitaires", explique l'instance. Et ils continuent à oeuvrer à la préparation des JO de Tokyo, par télétravail.

Le président allemand, Thomas Bach, est l'un des rares encore présents au siège, entouré du directeur général, le Belge Christophe De Kepper, et de quelques directeurs.

"Seul le président est présent et quelques directeurs, dans des bureaux séparés", confie à l'AFP une source proche de la direction.

Thomas Bach, le président du Comité international olympique, le 3 mars 2020 au siège de l'Institution à Lausanne
Thomas Bach, le président du Comité international olympique, le 3 mars 2020 au siège de l'Institution à Lausanne ( Fabrice COFFRINI / AFP/Archives )

Depuis mardi, M. Bach enchaîne les réunions téléphoniques avec les fédérations internationales, les Comités nationaux olympiques (CNO) et les représentants des sportifs, répétant inlassablement son message: le CIO est "déterminé à oeuvrer pour le succès des JO de Tokyo".

- "Encore 4 mois devant nous" -

"Tout le monde réalise que nous avons encore quatre mois devant nous", avant les JO, a encore expliqué mercredi soir M. Bach, après sa réunion avec des représentants des athlètes du monde entier.

Mardi, le CIO a demandé aux fédérations internationales de lui fournir pour la fin mars des propositions pour finaliser leur programme de qualifications, alors que seuls 57% des sportifs sont qualifiés.

Selon des sources interrogées par l'AFP, aucune des 28 fédérations représentées aux JO d'été n'a demandé au patron du CIO s'il envisageait un report des Jeux de Tokyo prévus pour s'ouvrir le 24 juillet.

"Nous sommes très optimistes sur la tenue des Jeux olympiques de Tokyo aux dates prévues", a déclaré jeudi à l'AFP le serbe Nenad Lalovic, président de la Fédération internationale de lutte (Fila) et influent membre de la Commission exécutive du CIO.

Désormais seul dans son bureau du siège de la fédération à Corsier-sur-Vevey (Suisse), M. Lalovic "organise des consultations téléphoniques avec les fédérations membres", en vue de soumettre au CIO "à la fin du mois" un plan pour boucler le programme de qualifications, alors que seuls "45% des lutteurs" ont aujourd'hui en poche leur sésame pour Tokyo. "On va reporter tous les tournois de qualification en juin", ajoute celui qui a sauvé la place de la lutte dans le programme olympique.

Mais face aux inquiétudes grandissantes des sportifs, combien de temps le CIO pourra-t-il tenir ? La seule journée de mardi a vu le report de l'Euro de football, de la Copa America, du tournoi de tennis de Roland-Garros ou encore de la classique cycliste Paris-Roubaix.

La flamme olympique devant le drapeau du Japon, pendant la cérémon ie de passation de la flamme entre la Grèce et le Japon dans un stade panathénaïque vide, le 19 mars 2020 à Athènes
La flamme olympique devant le drapeau du Japon, pendant la cérémon ie de passation de la flamme entre la Grèce et le Japon dans un stade panathénaïque vide, le 19 mars 2020 à Athènes ( ARIS MESSINIS / AFP )

"Il n'est pas nécessaire de prendre de décisions radicales", a assuré mercredi un porte-parole du CIO ajoutant que "toute spéculation", sur un éventuel report "à ce stade serait contre-productive", encourageant aussi "tous les athlètes à continuer de se préparer pour les JO du mieux qu'ils peuvent".

- les JO "dépassent tout" -

"Les JO dépassent tout en termes d'organisation, de budget et de prestige", confie un cadre d'une grande fédération. "On peut donc comprendre que le CIO se donne du temps pour prendre une décision radicale qui engage aussi l'avenir du sport mondial".

Jeudi matin, lors d'une scène surréaliste, dans un stade panathénaïque d'Athènes vide en raison du coronavirus, la Grèce a transmis la flamme olympique aux organisateurs japonais des JO qui vont maintenant l'acheminer par avion jusqu'à Tokyo.

Mais face à ce que certains qualifient d'obstination, de plus en plus de sportifs appellent isolément à un report, tels les athlètes français Kévin Mayer et Pascal Martino-Lagarde ou la perchiste grecque Katerina Stefanidi. Tout comme le président de la Fédération française de natation, Gilles Sezionale.

Si beaucoup de présidents de fédérations internationales, dont la plupart ont leur siège à Lausanne, suivent la ligne du CIO, en interne le discours est souvent tout autre.

Un passant portant un masque antivirus devant le logo des Jeux olympiques 2020 de Tokyo, le 19 mars 2020 à Tokyo
Un passant portant un masque antivirus devant le logo des Jeux olympiques 2020 de Tokyo, le 19 mars 2020 à Tokyo ( Kazuhiro NOGI / AFP )

"Je suis choqué, confie un cadre d'une grande fédération, sous couvert d'anonymat. Si le CIO décidait de repousser (les JO), au moins tout le monde pourrait se préparer en conséquence plutôt que d'avancer sans savoir où l'on va".

"Si le CIO prétend se soucier de la santé des sportifs, alors qu'il reporte les Jeux, avance un cadre d'une autre fédération. Car en ne prenant aucune décision, il expose les sportifs à un risque majeur".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 01/04/2020

Engie maintient son Assemblée générale annuelle 2020 mais coupe son dividende au titre de 2019...

Publié le 01/04/2020

Des discussions seront engagées avec les autorités réglementaires pour déterminer la meilleure voie de poursuite de développement du produit

Publié le 01/04/2020

Hopscotch a publié un résultat net part du groupe en forte baisse en 2019, tombant ainsi à 1,56 million d'euros, contre 2,92 millions en 2018. Le résultat opérationnel du groupe s'élève à 3,8…

Publié le 01/04/2020

Veolia a annoncé la suspension des perspectives annoncées pour l’exercice 2020, la durée de la crise sanitaire et son impact sur l’économie mondiale n’étant pas encore connus.  Le numéro…

Publié le 01/04/2020

L'épidémie de coronavirus Covid-19, définie comme pandémie par l'OMS le 12 mars 2020, a déclenché une crise sanitaire mondiale sans précédent de par...