5 281.58 PTS
-
5 278.5
+1.14 %
SBF 120 PTS
4 231.68
-
DAX PTS
12 451.96
-
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
-0.36 %
Nikkei PTS
21 963.58
+1.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Trump met la dernière main à sa décision à hauts risques sur Jérusalem

| AFP | 263 | Aucun vote sur cette news
Vue de Jérusalem le 1er décembre 2017
Vue de Jérusalem le 1er décembre 2017 ( THOMAS COEX / AFP/Archives )

Donald Trump met la dernière main à sa décision sur une éventuel déménagement de l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv vers Jérusalem, qui serait considéré par les Palestiniens comme un coup fatal au processus de paix, a annoncé son proche conseiller Jared Kushner.

Le président américain "analyse encore de nombreux faits et quand il aura pris sa décision c'est lui qui voudra l'annoncer", a déclaré dimanche le gendre du milliardaire républicain lors de sa première intervention publique sur la politique américaine au Proche-Orient. "Et il fera en sorte de l'annoncer au bon moment", a-t-il ajouté lors du "Saban Forum" organisé par le think tank Brookings Institution à Washington.

Théoriquement, selon le département d'Etat américain, le président doit décider d'ici lundi s'il renouvelle, comme l'ont fait --tous les six mois-- tous ses prédécesseurs et lui-même une première fois en juin, une clause dérogatoire à la loi qui impose, depuis 1995, d'installer l'ambassade à Jérusalem. Ou alors s'il donne son feu vert à ce déménagement, comme il l'a promis durant sa campagne.

Mais selon plusieurs médias américains, Donald Trump pourrait attendre mercredi pour prononcer un discours sur le sujet -- une échéance qui n'a pas été démentie par Jared Kushner.

Des informations contradictoires ont circulé ces dernières semaines, mais plusieurs observateurs s'attendent à ce qu'il déclare Jérusalem capitale d'Israël, sans forcément aller jusqu'à y transférer immédiatement la mission diplomatique américaine.

Une décision symbolique, mais explosive: selon le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, elle "détruirait le processus de paix" que Donald Trump se dit pourtant déterminé à relancer -- tâche colossale confiée à Jared Kushner.

- 'Fanatisme et violence' -

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Aymane al-Safadi, le 11 septembre 2017 à Amman
Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Aymane al-Safadi, le 11 septembre 2017 à Amman ( KHALIL MAZRAAWI / AFP/Archives )

Les Etats-Unis risquent de se "disqualifier" en tant que médiateurs, a prévenu le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) Saëb Erekat, tandis que les islamistes du Hamas ont menacé d'une "nouvelle Intifada".

"Rien ne justifie cette décision (...) Cela ne servira pas la paix et la stabilité, au contraire cela nourrira le fanatisme et la violence", a mis en garde le chef de la Ligue arabe Ahmed Abul Gheit. Ce déménagement "bénéficiera à une seule partie, le gouvernement israélien qui est contre la paix", a-t-il ajouté.

La Jordanie, gardienne des lieux saints musulmans de Jérusalem et liée à l'Etat hébreu par un traité de paix conclu en 1994, a elle aussi mis en garde contre une "démarche aux conséquences graves" qui risque, selon elle, de "torpiller les efforts de paix et entraîner la région vers l'escalade", selon des propos du ministre des Affaires étrangères Aymane Safadi rapportés par l'agence officielle Petra.

Donald Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en septembre à New York
Donald Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en septembre à New York ( Brendan Smialowski / AFP/Archives )

Israël considère la Ville sainte comme sa capitale "éternelle et réunifiée", mais les Palestiniens estiment que Jérusalem-Est doit être la capitale de l'Etat auquel ils aspirent. Ce qui fait de son statut l'un des noeuds les plus épineux du conflit.

La communauté internationale n'a jamais reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël, ni l'annexion de sa partie orientale conquise en 1967.

Mahmoud Abbas a tenté dimanche de mobiliser la communauté internationale pour peser sur la décision américaine. Il s'est entretenu notamment avec ses homologues français Emmanuel Macron et turc Recep Tayyip Erdogan, "pour leur expliquer les dangers que comporterait toute décision de transférer l'ambassade" ou reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Donald Trump a récemment expliqué vouloir "donner sa chance" à la paix "avant de penser à déménager l'ambassade à Jérusalem". Mais son vice-président Mike Pence, attendu mi-décembre à Jérusalem, vient de réaffirmer que le transfert était "sérieusement envisagé".

La décision présidentielle va-t-elle donc handicaper Jared Kushner? Le mari d'Ivanka Trump, âgé de 36 ans et dont la parole publique est rare, a pris soin dimanche d'en dire le moins possible sur sa stratégie pour réussir là où toutes les administrations américaines ont échoué: la paix entre Israéliens et Palestiniens.

"Nous pensons qu'on peut y arriver", a-t-il seulement assuré, vantant une équipe soudée qui parvient à imposer le silence radio sur ses intentions, alors que le président Trump s'est même gardé pour l'instant de soutenir la solution à deux Etats, c'est-à-dire la reconnaissance d'un Etat palestinien coexistant avec Israël.

Il n'a pas davantage précisé quand un plan de paix serait présenté.

Celui qui a noué des relations étroites avec le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a toutefois laissé entendre qu'il entendait s'appuyer sur les autres acteurs arabes de la région.

"La dynamique régionale a un rôle important qui recèle des opportunités", car "de nombreux pays veulent la même chose, des opportunités économiques et la paix pour leur peuple", a-t-il expliqué. "Ils regardent les menaces régionales et je pense qu'ils voient qu'Israël, leur ennemi traditionnel, est en fait devenu un allié naturel pour eux", a-t-il ajouté, évoquant un front commun contre l'Iran chiite ou la menace jihadiste.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 18/02/2018

Donald Trump le 15 février 2018 à la Maison Blanche ( MANDEL NGAN / AFP/Archives )Donald Trump a affirmé dimanche que la Russie avait réussi "au-delà de ses rêves les plus fous" à semer le…

Publié le 18/02/2018

Des soldats israéliens et leurs chars surveillent la frontière avec la bande de Gaza, le 18 février 2018 ( MENAHEM KAHANA / AFP )Deux Palestiniens ont été tués dimanche par des tirs…

Publié le 18/02/2018

Une vue d'une rue aux bâtiments détruits de la localité d'Arbine dans l'enclave rebelle de la Ghouta orientale près de Damas, le 17 février 2018 ( ABDULMONAM EASSA / AFP )L'armée syrienne a…

Publié le 18/02/2018

Le président Emmanuel Macron à l'Elysée, le 16 février 2018 à Paris ( Ian LANGSDON / POOL/AFP )La cote de popularité d'Emmanuel Macron a chuté de six points en février, à 44% de…

Publié le 18/02/2018

Des médecins traitent un Palestinien blessé dans un hôpital de Rafah, une localité du sud de la bande de Gaza cible de raids aériens israéliens, le 17 février 2018 ( Said KHATIB / AFP )Deux…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/02/2018

Le Premier ministre, qui visitait vendredi une usine L'Oréal, n'est pas inquiet après l'annonce par Nestlé de la non reconduction du pacte d'actionnaires qui le lie à la famille Bettencourt…

Publié le 16/02/2018

Le Gabon a annoncé vendredi la réquisition de la SEEG, filiale eau et électricité du groupe français, ainsi que son intention de résilier son contrat de concession.

Publié le 16/02/2018

Le désaccord concernant les conditions de diffusion des chaînes de TF1 sur le réseau d'Orange se poursuit. Orange a annulé des campagnes publicitaires prévues sur TF1...

Publié le 16/02/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement   SA au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…

Publié le 16/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

CONTENUS SPONSORISÉS