En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.50 %

Japon: le Premier ministre Abe se sent assez fort pour réformer la Constitution

| AFP | 221 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe se réjouit après avoir été réélu à la tête de son Parti libéral-démocrate, à Tokyo le 20 septembre 2018
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe se réjouit après avoir été réélu à la tête de son Parti libéral-démocrate, à Tokyo le 20 septembre 2018 ( Martin BUREAU / AFP )

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a affirmé jeudi qu'il engagerait le processus de révision de la Constitution pacifiste du Japon après avoir été largement réélu à la tête de son parti, une victoire qui lui donne la possibilité de rester à la tête du pays jusqu'en 2021.

M. Abe a gagné 553 voix des 807 exprimées, dont 329 des 405 députés et sénateurs membres de sa formation, le Parti libéral-démocrate (PLD). Son rival Shigeru Ishiba a obtenu un score honorable chez les représentants des militants et sympathisants.

Réécrire en partie la charte constitutionnelle est "un but pour le parti", a-t-il redit jeudi lors d'une conférence de presse.

"Nous allons soumettre une proposition dans le but d'obtenir une large compréhension" de l'opinion, a-t-il assuré.

Son souhait est d'inscrire dans l'article 9 l'existence des Forces d'autodéfense, une armée qui n'est censée entrer en action que pour défendre le pays face à une attaque extérieure.

Il faut l'accord des 2/3 des élus de chaque chambre et la majorité à un referendum pour amender le texte, mais la première condition est en théorie remplie.

"Avec vous tous, je veux travailler à la réforme de la Constitution. La bataille (électorale) est finie. Construisons un nouveau Japon en joignant les mains et en nous unissant!", a-t-il lancé.

"L'élection était vue comme un vote de confiance pour juger son travail jusqu'à présent, et M. Abe a réussi à l'emporter. Mais il ne peut pas tant se féliciter du résultat car il n'a pas gagné massivement", a souligné pour l'AFP Shinichi Nishikawa, politologue de l'Université Meiji à Tokyo.

Le parti est divisé en factions dont les élus membres sont disciplinés et votent en fonction de l'orientation donnée par le chef de chacune d'elles, dont beaucoup sont pro-Abe.

En revanche, auprès des 1,04 million de sympathisants et militants (dont les votes sont aussi regroupés en 405 voix), M. Abe n'a obtenu que 224 suffrages, contre 181 pour M. Ishiba qui, en théorie, va ainsi pouvoir peser dans le débat au sein du parti.

"M. Abe a néanmoins gagné un billet pour entrer dans les livres d'histoire en tant que Premier ministre le plus longtemps en fonction", a souligné M. Nishikawa.

- Comme en 1964 -

M. Abe avait reconnu pendant la campagne que la confiance en son gouvernement avait été en partie affectée par les scandales qui ont occupé la presse depuis deux ans: il a notamment été accusé de favoritisme envers des amis.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe (D) après sa réélection à la tête de son Parti libéral-démocrate, aux côtés de son rival Shigeru Ishiba, à Tokyo le 20 septembre 2018
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe (D) après sa réélection à la tête de son Parti libéral-démocrate, aux côtés de son rival Shigeru Ishiba, à Tokyo le 20 septembre 2018 ( Martin BUREAU / AFP )

Si cette élection au sein du parti revêt une telle importance, c'est que ce scrutin désigne de facto le Premier ministre puisque le fauteuil de chef du gouvernement échoit pour ainsi dire automatiquement à celui qui préside la formation majoritaire à la diète.

La majorité du PLD est écrasante face à une opposition en lambeaux depuis qu'elle a perdu aux législatives de fin 2012, incapable de se relever d'une gestion jugée désastreuse de l'après-tsunami et de l'accident de Fukushima en mars 2011.

Plusieurs défis attendent cependant M. Abe et l'absence de plébiscite des militants devrait, selon des analystes, le contraindre à faire avancer réellement les dossiers économiques.

"L'année prochaine, nous aurons le changement d'empereur, puis le sommet du G20 pour la première fois (au Japon) et l'année suivante, nous aurons les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo", a-t-il lui-même souligné.

Et de signifier qu'il espérait renouveler la performance de 1964 quand les premiers JO de Tokyo avaient donné un élan économique et une stature internationale au Japon.

"Nous allons relever le défi de créer la nouvelle place du Japon en renouvelant le pays", a-t-il encore promis.

Outre la nécessité de donner un coup de fouet pour trouver un nouveau moteur de croissance, M. Abe a promis beaucoup pour les femmes (plus d'égalité dans la vie professionnelle), pour les enfants (places de crèche, gratuité d'une partie de la scolarité), pour les salariés (meilleur environnement de travail), pour les personnes âgées (maintien de leur prise en charge, facilité à rester en activité), le tout en pérennisant le système de protection sociale déjà mis à mal.

M. Abe se dit aussi "déterminé" à faire son retour dans le ballet diplomatique au sujet de la Corée du Nord.

"Je dois rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un" , a-t-il dit, insistant sur la nécessité "de résoudre le problème des Japonais kidnappés par la Corée du Nord" dans les années 1970-1980.

mis-kh-si-kap/uh/ia

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…