En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 591.69 PTS
+0.20 %
5 523.00
-
SBF 120 PTS
4 424.76
+0.21 %
DAX PTS
12 313.16
+0.63 %
Dowjones PTS
26 597.05
-0.22 %
7 810.71
+1.26 %
1.115
-0.04 %

Israël s'apprête à voter, l'avenir de Netanyahu en jeu

| AFP | 308 | Aucun vote sur cette news
Une arabe israélienne marche devant une affiche électorale montrant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à Haïfa (nord), le 4 avril 2019
Une arabe israélienne marche devant une affiche électorale montrant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à Haïfa (nord), le 4 avril 2019 ( AHMAD GHARABLI / AFP )

Les Israéliens doivent élire mardi leur Parlement et décider si Benjamin Netanyahu, figure dominante au point de paraître imbattable, reste le meilleur garant de leur sécurité et de leur prospérité, ou si son long règne entaché du soupçon de corruption a trop duré.

Les plus de six millions d'Israéliens invités à se rendre aux urnes ne choisissent pas directement leur Premier ministre, qui sera issu de la majorité parlementaire. Mais le scrutin qui s'ouvre à 07H00 locales (04H00 GMT) a toutes les allures d'un référendum pour ou contre "Bibi", surnom sous lequel le connaissent tous ses compatriotes.

Et l'issue du vote s'annonce incertaine.

M. Netanyahu, 69 ans, dont plus de 13 années passées au pouvoir à mener les opérations militaires de son pays et à parler d'égal à égal aux grands de ce monde, est engagé dans une bataille indécise pour un cinquième mandat avec un novice en politique, le général Benny Gantz.

Jusqu'au bout d'une campagne acrimonieuse, les sondages ont placé le Likoud, son parti de droite, au coude-à-coude avec la liste centriste Bleu-blanc de M. Gantz. Mais, avec une trentaine de sièges prédits à chacun, l'un et l'autre restent loin de la majorité absolue (61 sur 120) et devront s'allier à d'autres formations pour gouverner.

Benjamin Netanyahu
Benjamin Netanyahu ( Vincent LEFAI / AFP )

A ce jeu, les projections sont plus favorables à M. Netanyahu. Chef d'une coalition gouvernementale réputée la plus à droite de l'histoire d'Israël, il pourrait rempiler à la tête d'une coalition encore davantage "droitisée".

Les experts mettent toutefois en garde, invoquant la part considérable des indécis. Ils citent aussi le risque que certaines listes supposées s'allier au Likoud ne franchissent pas le seuil de 3,25% des voix requis pour être représentées à la Knesset.

"A première vue, le Likoud a une majorité", dit Gideon Rahat, professeur de sciences politiques, "mais cela peut changer parce que les sondages ne disent pas vraiment quel parti passera ce seuil".

Nicotine

La victoire semblait assurée quand, en décembre, M. Netanyahu a provoqué ces élections anticipées avant l'échéance de novembre 2019.

Une affiche électorale montre à Tel-Aviv le 29 mars 2019 les portraits du général Benny Gantz (à gauche) et du Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), rivaux pour les prochaines élections législatives, tandis qu'en-dessous est inscrit
Une affiche électorale montre à Tel-Aviv le 29 mars 2019 les portraits du général Benny Gantz (à gauche) et du Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), rivaux pour les prochaines élections législatives, tandis qu'en-dessous est inscrit "Qui ramènera nos soldats?" ( JACK GUEZ / AFP/Archives )

Une manoeuvre de plus de la part de cet homme réputé maître stratège, afin de se draper dans la légitimité d'une victoire électorale face aux menaces d'inculpation, jugent beaucoup.

Depuis, il a vu émerger un sérieux concurrent en la personne de M. Gantz. Et, en février, le procureur général a annoncé son intention d'inculper M. Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires de dons reçus de la part de milliardaires, d'échanges de bons procédés entre gouvernants et patrons, et de tentatives de collusion avec la presse.

L'une des grandes questions est de savoir si la suspicion et l'autoritarisme associés à son nom prendront le dessus sur ses réussites diplomatiques, la stabilité militaire aux frontières ces dernières années et la croissance économique. Rien n'est moins sûr.

Face à M. Netanyahu, "les Israéliens sont comme les fumeurs qui voudraient vraiment arrêter, mais qui croient ne pas pouvoir fonctionner sans leur dose constante de nicotine", résume le quotidien Haaretz.

M. Gantz, fort de ses états de service d'ancien parachutiste et chef d'état-major (2011-2015) propose une poigne de fer pour la défense du pays, une vision libérale sur les questions de société, et surtout, une alternative réconciliant les Israéliens entre eux après des années de division.

Le général israélien Benny Gantz, ancien chef d'état-major et à la tête de la liste
Le général israélien Benny Gantz, ancien chef d'état-major et à la tête de la liste "Bleu-Blanc" pour les prochaines élections législatives, donne une conférence de presse à Tel-Aviv, le 1er avril 2019 ( JACK GUEZ / AFP )

Confronté à M. Netanyahu, parfois surnommé "King Bibi", M. Gantz assure: "Aucun dirigeant israélien n'est roi". "Le moment est venu pour lui de quitter son poste avec dignité".

M. Netanyahu et le Likoud ont riposté par un feu roulant d'attaques personnelles contre ses adversaires, sur le thème "Netanyahu contre les autres", malgré les différences de programme peu perceptibles sur le conflit avec les Palestiniens, l'Iran ou le Golan syrien.

Record en vue

"Ce qui compte, c'est celui qui dirige, le navigateur diplomatique", disait M. Netanyahu vendredi au quotidien Israel Hayom. "Je me bats contre les plus grands ennemis d'Israël. Pas eux".

Donnant un sérieux coup de barre à droite, il n'a pas rechigné à une manoeuvre qui pourrait faire entrer au parlement le représentant d'un parti décrié comme raciste. Sans hésiter non plus à heurter l'importante communauté arabe, avec une nouvelle tirade sur Israël, nation "uniquement du peuple juif".

Samedi soir, dans ce qui semble un ultime appel du pied à l'électorat de droite, il a assuré prévoir l'annexion des colonies israéliennes en Cisjordanie occupée en cas de réélection, ce qui sonnerait le glas de la solution dite "à deux Etats", c'est-à-dire la création d'un Etat palestinien coexistant avec Israël.

Parallèlement, face à l'inexpérience en diplomatie de ses adversaires, il a aligné les signaux positifs venus de l'étranger, de la reconnaissance par le président Donald Trump d'une souveraineté israélienne sur la partie du Golan syrien annexée par Israël, au rapatriement des restes mortels d'un soldat israélien disparu depuis la guerre du Liban en 1982, avec l'aide de la Russie.

Mais, au bout du compte, la campagne n'a guère changé l'équilibre des blocs, estime Abraham Diskin, professeur de sciences politiques.

Le président américain Donald Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le lundi 25 mars à la Maison Blanche
Le président américain Donald Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le lundi 25 mars à la Maison Blanche ( Brendan Smialowski / AFP )

De nombreux scénarios sont possibles et, "quels que soient les résultats, former une coalition n'aura probablement jamais été aussi compliqué depuis 1961", avance M. Diskin, faisant référence aux mois nécessaires à David Ben Gourion pour constituer un gouvernement.

Ce même Ben Gourion, père fondateur de l'Etat d'Israël, dont M. Netanyahu pourrait battre le record de longévité en juillet en cas de réélection.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/04/2019

es deux microcathéters ont rejoint le portefeuille de Guerbet à l'issue de l'acquisition d'Accurate...

Publié le 24/04/2019

Worldline annonce son chiffre d'affaires pour le premier trimestre de 2019...

Publié le 24/04/2019

L'annonce était plus ou moins attendue...

Publié le 24/04/2019

Guidance réitérée sur le chiffre d'affaires et l'Ebitda

Publié le 24/04/2019

Mersen a affiché un chiffre d’affaires consolidé pour le premier trimestre 2019 de 240 millions d’euros, en croissance de 8,4 % à périmètre et change constants. En tenant compte d’un effet…