En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 927.18 PTS
+1.09 %
5 919.50
+1.02 %
SBF 120 PTS
4 673.59
+1. %
DAX PTS
13 314.64
+0.83 %
Dow Jones PTS
28 719.03
+0.64 %
9 048.38
+1.07 %
1.100
-0.17 %

Irak: Washington dit refuser de "discuter d'un retrait des troupes" malgré la demande de Bagdad

| AFP | 387 | 5 par 1 internautes
Les Etats-Unis n'ont pas l'intention de discuter avec les autorités irakiennes d'un
Les Etats-Unis n'ont pas l'intention de discuter avec les autorités irakiennes d'un "retrait des troupes" américaines malgré la demande du Premier ministre irakien, a déclaré vendredi le département d'Etat américain ( AHMAD AL-RUBAYE / AFP/Archives )

Les Etats-Unis n'ont pas l'intention de discuter avec les autorités irakiennes d'un "retrait des troupes" américaines malgré la demande du Premier ministre irakien, a déclaré vendredi le département d'Etat américain.

"A ce stade, toute délégation qui se rendrait en Irak serait chargée de discuter de la meilleure manière de reconfirmer notre partenariat stratégique, pas de discuter un retrait des troupes", a affirmé la porte-parole de la diplomatie américaine Morgan Ortagus dans un communiqué.

Le Premier ministre démissionnaire irakien Adel Abdel Mahdi avait auparavant demandé au secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo l'envoi d'une délégation pour organiser le retrait des soldats américains d'Irak. Il lui a "demandé que des représentants soient envoyés en Irak pour mettre en place les mécanismes nécessaires à l'application de la décision du Parlement en vue d'un retrait sécurisé des troupes d'Irak", selon un communiqué de ses services.

Le Parlement irakien a voté en faveur de l'expulsion des 5.200 soldats américains déployés en Irak à la suite du raid mené par les Etats-Unis début janvier à Bagdad au cours duquel ils ont tué le général iranien Qassem Soleimani et son lieutenant irakien Abou Mehdi al-Mouhandis. Cette frappe a ravivé le sentiment anti-américain dans le pays.

Les troupes américaines sont déployées dans le cadre d'une coalition internationale contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

"Notre présence militaire en Irak vise à poursuivre le combat contre l'EI et, comme l'a dit le secrétaire d'Etat, nous sommes déterminés à protéger les Américains, les Irakiens et nos partenaires de la coalition", a insisté Morgan Ortagus.

Elle a toutefois ajouté, sans plus de précisions, que Washington voulait avoir une "discussion" avec le gouvernement irakien "non seulement au sujet de la sécurité, mais aussi au sujet de notre partenariat financier, économique et diplomatique". "Nous voulons être un ami et un partenaire d'un Irak souverain, prospère et stable", a-t-elle assuré.

Alors que le président américain Donald Trump a demandé mercredi à l'Otan de renforcer son implication au Moyen-Orient, la porte-parole du département d'Etat a par ailleurs annoncé que les discussions pour la mise en oeuvre de cette requête avaient commencé.

"Une délégation de l'Otan se trouve au département d'Etat pour discuter d'un rôle accru de l'Alliance atlantique en Irak, conformément au souhait du président en faveur d'un meilleur partage du fardeau dans tous nos efforts de défense collectifs", a-t-elle dit.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/01/2020

Michelin, qui restait sur cinq séances de repli, rebondit de 2,1% à 106,3 euros ce mardi...

Publié le 28/01/2020

Remy Cointreau se stabilise à 96,15 euros ce mardi, alors que le groupe de spiritueux avait déçu le marché vendredi dernier en dévoilant un repli bien...

Publié le 28/01/2020

Les attentes sont fortes pour les résultats d'Apple pour le trimestre achevé fin décembre, qui seront publiés mardi soir après la clôture de Wall Street. Le titre de la firme à la pomme a plus…

Publié le 28/01/2020

Six des 109 banques supervisées par la Banque centrale européenne disposaient d'un niveau de fonds propres insuffisant par rapport aux exigences du...

Publié le 28/01/2020

Par courrier reçu le 28 janvier 2020 par l'AMF, la société Ameriprise Financial Inc...