5 309.23 PTS
+0.13 %
5 306.0
+0.11 %
SBF 120 PTS
4 251.61
+0.01 %
DAX PTS
12 461.91
-0.07 %
Dowjones PTS
25 075.11
+1.12 %
6 810.39
+0.76 %
Nikkei PTS
21 736.44
-1.07 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Nucléaire: des militants de Greenpeace s'introduisent dans la centrale de Cruas-Meysse

| AFP | 543 | Aucun vote sur cette news
Le site de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, en Ardèche, le 10 octobre 2017
Le site de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, en Ardèche, le 10 octobre 2017 ( PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives )

Un mois et demi après une action à la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle), des militants de Greenpeace se sont introduits dans celle de Cruas-Meysse (Ardèche) pour "alerter" les autorités sur la "vulnérabilité" des piscines où sont entreposés les combustibles usagés.

L'action a commencé vers 06H20 et s'est terminée environ deux heures plus tard. Cette centrale, qui borde le Rhône, se situe à une quinzaine de kilomètres au nord de Montélimar (Drôme).

Vingt-deux militants de Greenpeace ont investi la centrale en trois lieux différents, un premier groupe allant à la rencontre des gendarmes pour "expliquer" leur action. Un autre s'est dirigé vers un bâtiment "accolé" à l'un des réacteurs de la centrale - le numéro quatre - pour l'escalader ou y laisser des empreintes de mains à la peinture afin de "démontrer son accessibilité".

Enfin, quatre militants se sont suspendus à un bâtiment abritant une piscine de combustibles usagés, deux le long du mur à 12 mètres du sol, deux sur un fronton. Des fumigènes ont été utilisés pour éclairer le bâtiment, d'après des vidéos diffusées par Greenpeace.

"Certains se sont effectivement attachés à un des bâtiments, il y a eu un petit feu d'artifice. L'action est désormais terminée et 22 personnes ont été interpellées; une enquête judiciaire est en cours", a indiqué à l'AFP la préfecture de l'Ardèche, soulignant "qu'à aucun moment les installations ont été mise en péril".

L'Autorité de la sûreté nucléaire (ASN), organisme indépendant, et l'exploitant EDF ont également assuré que cette intrusion n'avait "aucun impact sur la sûreté" des installations, en précisant que "les intrus sont restés en dehors de la zone nucléaire".

Comme à chaque action de ce type, EDF va porter plainte.

- 63 piscines en France -

"Nous voulons pointer du doigt les failles de sécurité des piscines d'entreposage du combustible usé, qui sont conçues comme des bâtiments classiques avec une faible résistance. Il suffirait de faire un trou pour avoir un feu de combustibles", a justifié Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire de l'ONG, en rappelant le risque terroriste en France.

"Ces bâtiments sont ceux qui contiennent le plus de radioactivité dans une centrale nucléaire. Ils ne sont pas assez protégés face au risque d’attaques extérieures", ajoute l'ONG dans un communiqué.

Le 12 octobre, des militants avaient déjà réussi à s'introduire sur le site de la centrale de Cattenom (Moselle). Le directeur général de Greenpeace France et huit militants comparaîtront le 3 janvier devant le tribunal correctionnel de Thionville pour ces faits.

Poursuivis pour "intrusion en réunion et avec dégradation dans l'enceinte d'une installation civile abritant des matières nucléaires", ils encourent cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

Début octobre, l'ONG avait publié des extraits d'un rapport d'experts qu'elle avait sollicités sur le sujet. Ils s'étaient penchés en particulier sur la capacité de résistance des piscines d'entreposage en France et dans les centrales belges de Doel et Tihange.

Et ils avaient pointé du doigt ces piscines, qui peuvent contenir plus de combustibles que les cœurs des réacteurs mais qui ne sont pas protégées comme ces derniers par des enceintes de confinement renforcées.

En incluant celles des sites de La Hague et Creys-Malville, la France compte un total de 63 piscines de ce type.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2018

Les marchés européens ont clôturé la séance en ordre dispersé, alors que les minutes de la BCE se sont montrées rassurantes. Tout changement de communication de la part de l’institution a…

Publié le 22/02/2018

Communiqué financier Tremblay-en-France, le 22 février 2018 Aéroports de Paris SA Une performance solide portée par le dynamisme du trafic et le développement du groupe à…

Publié le 22/02/2018

BNP Paribas et la fintech Paytweak signent un partenariat pour accompagner la digitalisation des commerçants en France...

Publié le 22/02/2018

L'AMF a déclaré conforme le projet d'OPA déposé par le groupe chinois BOE Smart Retail et portant sur les actions SES-imagotag qu'il ne détient pas encore, c'est-à-dire 6 386 369 titres soit…

Publié le 22/02/2018

GROUPE GORGELe groupe industriel communiquera son chiffre d'affaires annuel avant les premiers échanges.L'OREALLe n°1 mondial des cosmétiques tiendra une journée investisseurs.SESL'opérateur de…

CONTENUS SPONSORISÉS