En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 982.63 PTS
+1.07 %
5 980.0
+1.04 %
SBF 120 PTS
4 703.39
+1.02 %
DAX PTS
13 376.90
+0.71 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0. %
1.114
+0.23 %

Inondations: la Côte d'Azur tente de mesurer les dégâts, toujours deux disparus

| AFP | 478 | Aucun vote sur cette news
Conséquence des inondations à Nice le 25 novembre 2019
Conséquence des inondations à Nice le 25 novembre 2019 ( VALERY HACHE / AFP )

Routes endommagées, trains toujours perturbés, agriculteurs désemparés : la Côte d'Azur tentait lundi de mesurer l'étendue des dégâts causés par les pluies exceptionnelles et les inondations qui ont fait au moins quatre morts et deux disparus au cours du week-end et relancé la polémique sur le bétonnage des sols.

Dans le Var, ces deux personnes disparues étaient toujours recherchées lundi : un septuagénaire sorti inspecter sa maison à Saint-Antonin-du-Var et pour lequel la gendarmerie a organisé en vain une battue avec l'appui d'un hélicoptère, de chiens et de nombreux bénévoles; et un homme qui avait pris sa voiture entre Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var) et Seillons-Source-d'Argens samedi et n'a plus donné signe de vie depuis.

Les intempéries ont fait quatre morts : trois d'entre eux, otages de leurs véhicules submergés, et un quatrième noyé lorsque l'embarcation des pompiers qui l'avaient secouru a chaviré.

Photo fournie par la sécurité civile le 24 novembre 2019 montrant une zone inondée au Luc, dans le Var
Photo fournie par la sécurité civile le 24 novembre 2019 montrant une zone inondée au Luc, dans le Var ( Handout / Securite Civile/AFP )

Dans les Alpes-Maritimes et le Var, où l'alerte rouge avait été déclenchée samedi et les sirènes actionnées, les déplacements restaient compliqués lundi. Le trafic ferroviaire n'était toujours pas revenu à la normale, occasionnant "beaucoup de retard et des trains annulés", selon la SNCF.

S'il est encore "trop tôt" pour une estimation chiffrée des dégâts selon la Région, une trentaine de communes du Var ont déjà fait remonter des demandes de reconnaissance d'état de catastrophe naturelle dans le cadre de la procédure accélérée, selon la préfecture.

Le conseil départemental des Alpes-Maritimes a quant à lui annoncé au moins 7 millions d'euros d'aide pour les sinistrés, les agriculteurs, et surtout, pour la réparation d'ouvrages publics endommagés.

Les deux départements, où 500 foyers étaient privés d'électricité lundi en milieu de journée selon Enedis, ont été touchés entre vendredi et dimanche par des pluies diluviennes. Des vagues impressionnantes ont déferlé sur le littoral et de nombreux cours d'eau ont débordé. A certains endroits du Var, il est tombé l'équivalent de deux à trois mois de pluie en 24 à 48 heures.

La plus grosse crue a été celle de l'Argens qui a débordé, montant à plus de sept mètres dans la nuit de samedi à dimanche à Roquebrune-sur-Argens, un niveau de crue "qu'on ne retrouve que tous les 50 ans", selon le patron du Service départemental d'incendie et de secours (Sdis) du Var.

"Tout est perdu, je ne sais plus quoi faire", s'est désespéré auprès de l'AFP Stéphane Morsea, 52 ans, dont l'entreprise de maraîchage emploie une trentaine de salariés à Puget-sur-Argens. C'est en canoë qu'il est allé inspecter ses champs ravagés.

"Ce sont des hauteurs d'eau jamais vues, un tsunami. Le bitume de la route s'est soulevé et est parti dans mon champ (des jeunes pousses de mesclun, ndlr), quelle culture peut résister à ça ? Il y a 70 cm d'eau dans l'entrepôt, les machines de conditionnement sont inondées, il faut les renvoyer pour changer l'électronique. Si on actionne l'assurance, ils vont nous éjecter", a-t-il poursuivi, évoquant le cas de sa précédente compagnie qui avait cessé de l'assurer après les inondations catastrophiques de 2010.

L'Etat joue double jeu et ce sont toujours les mêmes qui morflent en aval", a fustigé de son côté Sylvain Audemard, secrétaire général de la FDSEA du Var, dénonçant l'urbanisation débridée, notamment au Muy selon lui, au lendemain de la venue sur place du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Ce dernier a reconnu des "fautes d'aménagement" tout en assurant qu'il y avait désormais une prise de conscience des élus quant aux risques provoqués par l'urbanisation et l'imperméabilisation des sols.

"On bétonne et on s'étonne", a critiqué France Nature Environnement, en dressant une liste noire des permis de construire et les ouvertures à l'urbanisation accordée dans les deux départements inondés, par exemple pour un projet d'hôtel à Cogolin ou un nouveau centre commercial entre Nice et Cannes.

"Il est consternant qu'aucune leçon ne soit tirée de ces drames qui se répètent pourtant chaque année", a dénoncé l'association.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/12/2019

The Walt Disney Company France a renforcé son partenariat stratégique avec le Groupe Canal+ en permettant à tous les abonnés de Canal+ d'avoir accès à...

Publié le 16/12/2019

L'action a perdu plus de 7% un peu plus tôt en séance...

Publié le 16/12/2019

Alstom a complimenté l'autorité des transports de la Nouvelle-Galles-du-Sud (TfNSW) pour la mise en service commercial du tram de Sydney (CBD and...

Publié le 16/12/2019

La Commission européenne a autorisé, en vertu du règlement européen sur les concentrations, l'acquisition du contrôle conjoint de Dalkia...