5 264.35 PTS
+0.43 %
5 249.50
+0.36 %
SBF 120 PTS
4 202.86
+0.25 %
DAX PTS
12 586.39
+0.14 %
Dowjones PTS
22 412.59
+0.21 %
5 973.60
+0.00 %
Nikkei PTS
20 347.48
+0.18 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Infanticide de Berck: peine plus clémente en appel pour Fabienne Kabou

| AFP | 74 | Aucun vote sur cette news
Croquis d'audience représentant Fabienne Kabou, le 20 juin 2016 à Saint-Omer dans le Pas-de-Calais
Croquis d'audience représentant Fabienne Kabou, le 20 juin 2016 à Saint-Omer dans le Pas-de-Calais ( BENOIT PEYRUCQ / AFP/Archives )

Fabienne Kabou a été condamnée vendredi en appel par la cour d'assises du Nord à 15 ans de réclusion criminelle pour avoir assassiné sa fille en l'abandonnant à marée montante sur une plage de Berck (Pas-de-Calais), une peine allégée par rapport à celle prononcée en première instance.

Le verdict rendu par la cour, qui a retenu l'altération du discernement, a été assorti d'un suivi socio-judiciaire de huit ans avec injonction de soins. En juin 2016, Kabou avait été condamnée à 20 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises du Pas-de-Calais.

Son avocate, Fabienne Roy-Nansion, a souligné une "merveilleuse victoire" et s'est dite "très émue".

"C'est un combat de quatre ans pour tenter de faire comprendre que cette femme est malade et qu'elle doit être soignée davantage que d'être enfermée. C'est une décision humaine qui retient l'élément essentiel: l’altération", a-t-elle affirmé devant la presse.

C'est une décision "beaucoup plus humaine qu'en première instance, cinq années d'emprisonnement c'est très long et c'est évident que les jurés ont considéré que cette altération du discernement devait peser sur le quantum de la peine", a estimé de son côté Jean-Philippe Broyart, avocat de l'association Enfance et Partage, partie civile.

Selon ses aveux, Fabienne Kabou, 40 ans, s'était rendue le 19 novembre 2013 de son domicile de Saint-Mandé, en région parisienne, à Berck-sur-mer dans le but de noyer la petite Adélaïde âgée de 15 mois - qui n'aura pas eu d'existence légale, faute d'avoir été inscrite à l'état civil.

- 'Fil du rasoir de l'abolition' -

La responsabilité pénale de l'accusée, une personnalité jugée par tous comme "très intelligente" mais aussi "déroutante", a été, comme en première instance, au centre de ce nouveau procès qui a débuté vendredi dernier. Ainsi, les experts se sont succédé à la barre pour tenter d'éclairer la cour sur sa personnalité.

Si tous ont retenu l'altération du discernement au moment des faits, des psychiatres ont estimé que Fabienne Kabou était "malade mentale", alors que des psychologues ont affirmé qu'il n'y avait chez elle qu'une "structure névrotique".

Mais la défense a répété tout au long du procès qu'il n'y avait pas de doute: Fabienne Kabou, écrouée depuis son interpellation en 2013, est "malade". "Juger c'est comprendre, elle est malade. Trois psychiatres l'ont dit, ils la mettent sur le fil du rasoir de l'abolition du discernement", a ainsi lancé lors de sa plaidoirie Me Frank Berton aux jurés.

Pour tenter d'expliquer son geste, Fabienne Kabou, qui encourait la réclusion criminelle à perpétuité, a affirmé devant la cour avoir été "guidée" par une "énergie malveillante".

"Quelque chose, ou quelqu'un, a agi en moi pour assassiner ma fille. Un peu comme si quelqu'un avait commandité sa mort, par mes mains", a-t-elle expliqué le premier jour. Puis, mercredi, elle s'est défendue en assurant que c'était une "voyante" qui l'a incitée à faire ce "voyage à la mer".

La sorcellerie ? Des explications "de pure opportunité", a balayé l'avocate générale, Pascale Girardon qui avait requis 18 ans de réclusion criminelle.

"On cherche des explications à un geste qui nous paraît incompréhensible, monstrueux, il faut les chercher un peu dans la maladie mentale, mais aussi beaucoup dans son ancrage dans la réalité", avait-elle insisté.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 14/09/2017

Croquis d'audience représentant Fabienne Kabou, le 20 juin 2016 à Saint-Omer dans le Pas-de-Calais ( BENOIT PEYRUCQ / AFP/Archives )Une peine de 18 années de réclusion a été requise jeudi…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2017

CAC 40 : nouveau gap haussier L'indice CAC 40 a ouvert ce matin un nouveau gap haussier, le quatrième en quelques séances. Le précédent avait été suivi d'un pull back avant…

Publié le 21/09/2017

Focus Home Interactive, éditeur de jeux vidéo, perd 2,44% à 26,78 euros après avoir annoncé le report de la date de sortie de l’action-RPG Vampyr et du jeu d’investigation-RPG Call of…

Publié le 21/09/2017

Bruxelles, 21 septembre 2017 - Solvay a lancé une offre de rachat des obligations émises comme suit : les obligations senior émises pour un montant de USD 400 millions,…

Publié le 21/09/2017

Solocal, mis en cause ces derniers mois par des actionnaires individuels pour sa mauvaise communication à propos de sa restructuration financière, a annoncé la mise en place d'un nouveau dispositif…

Publié le 21/09/2017

Focus Home Interactive recule de 2,4% à 26,8 euros en matinée à Paris, après avoir revu son objectif de chiffre d'affaires annuel à la baisse suite au...

CONTENUS SPONSORISÉS