En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Incendie à la gendarmerie de Meylan: huit interpellations

| AFP | 446 | 4 par 1 internautes
La gendarmerie de Meylan touchée par un incendie criminel, le 26 octobre 2017
La gendarmerie de Meylan touchée par un incendie criminel, le 26 octobre 2017 ( JEAN-PIERRE CLATOT / AFP/Archives )

Huit hommes ont été arrêtés mercredi dans le cadre de l'enquête ouverte après l'incendie volontaire fin octobre à la gendarmerie de Meylan en Isère, un coup de filet dans le milieu de la délinquance et non au sein de la mouvance extrême-gauche initialement suspectée.

"Ces hommes ont un profil de droit commun; la piste de l'ultra gauche semble s'éloigner", indique à l'AFP une source proche du dossier, tout en relevant que l'enquête est loin d'être bouclée.

L'incendie avait été revendiqué quelques jours plus tard sur un site proche des milieux anarcho-libertaires, par un groupe se présentant comme un collectif de femmes. Or mercredi, seuls des hommes ont été arrêtés.

Selon le quotidien régional Le Dauphiné Libéré, ils ont été interpellés à Meylan, Grenoble et La Tronche.

Contactée par l'AFP, la gendarmerie n'a pas voulu s'exprimer sur l'affaire.

Le 26 octobre, quatre voitures et une moto avaient été incendiées en pleine nuit dans l'enceinte de la gendarmerie de Meylan. Les conséquences auraient pu être "dramatiques" si le feu s'était propagé au bâtiment d'habitation voisin, au lieu d'en noircir simplement les façades, avait relevé alors le procureur de la République à Grenoble, Jean-Yves Coquillat.

Un autre incendie avait visé quelques semaines plus tôt - le 21 septembre - le garage et des locaux techniques de la caserne du groupement de gendarmerie de l'Isère à Grenoble.

- Meilleure sécurisation des casernes -

Cet incendie, comme celui du 21 septembre, avait été revendiqué sur un site proche des milieux anarcho-libertaires. Et ces incendies avaient suscité l'émoi des autorités judiciaires, qui redoutaient une escalade dans les attaques visant les institutions publiques après plusieurs actions similaires dans la région grenobloise, où la mouvance anarcho-libertaire est traditionnellement très implantée.

M. Coquillat avait jugé "particulièrement inquiétant" que les gendarmes et leurs familles aient été "directement visés". "On n'est pas passé loin d'un drame", avait-il pointé.

"Nous avons ciblé les voitures privées des flics, au détriment des quelques sérigraphiées, parce qu'on avait envie de s'attaquer plutôt aux individus qui portent les uniformes qu'à leur fonction, plutôt à leurs biens personnels qu'à leurs outils de travail", expliquaient les auteurs de la revendication.

Dans ce contexte, la sécurité des 3.900 casernes de gendarmerie va être renforcée.

"Des crédits vont être consacrés à la sécurisation des casernes et une partie du budget immobilier sera orienté sur ce chantier", indique mercredi la direction générale de la gendarmerie nationale.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…