En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Immigration: pour expulser plus, la France veut mettre la pression sur les pays "récalcitrants"

| AFP | 442 | Aucun vote sur cette news
Des migrants attendent de la nourriture distribuée par l'association Utopia 56 à Paris le 11 octobre 2017
Des migrants attendent de la nourriture distribuée par l'association Utopia 56 à Paris le 11 octobre 2017 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

Pour augmenter les expulsions d'étrangers en situation irrégulière, la France compte explorer plusieurs pistes: rétention, concertation européenne... Mais aussi une pression accrue sur les pays d'origine pour qu'ils reprennent leurs ressortissants, au grand dam des associations qui dénoncent un "chantage".

La France a expulsé 13.000 personnes l'an dernier, alors que 91.000 étrangers en situation irrégulière avaient été interpellés. "Nous reconduisons beaucoup trop peu", a récemment affirmé Emmanuel Macron, qui a demandé de la fermeté pour la loi sur l'immigration attendue début 2018.

La récente attaque de Marseille, où deux jeunes femmes ont été tuées par un Tunisien en situation irrégulière qui venait d'être libéré suite à de "graves dysfonctionnements" dans la chaîne de l'éloignement, a indirectement remis le sujet en lumière.

Le ministre de l'Intérieur a depuis promis des moyens, notamment 200 places supplémentaires en centres de rétention.

Mais les pouvoirs publics explorent depuis plusieurs mois d'autres pistes, notamment auprès des pays d'origine. Pour expulser un étranger en situation irrégulière, il ne suffit pas de le mettre dans l'avion: son pays doit reconnaître qu'il est bien l'un de ses ressortissants, et émettre, en l'absence de passeport, un document appelé "laisser-passer consulaire".

Une patinoire à Cergy dans la banlieue parisienne, transformée en centre d'admission pour migrants, le 12 octobre 2017
Une patinoire à Cergy dans la banlieue parisienne, transformée en centre d'admission pour migrants, le 12 octobre 2017 ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

"Souvent, on transmet les demandes et il n'y a pas de réponse", soupire-t-on à l'Intérieur. Ou le consulat répond trop tard: la reconduite échoue.

Le taux de réponse dans les délais oscillait entre 30 et 35% au début des années 2010. Le gouvernement ne communique plus aujourd'hui sur les chiffres -- trop contrastés pour être parlants, dit-on au ministère, puisque "entre l'Afrique et l'Albanie, on passe de 5 à 90%".

"On a des difficultés avec presque tous les pays", témoigne sous le couvert de l'anonymat un responsable policier, pour qui "le pire, c'est avec le Mali".

Pour se donner plus de marge, le gouvernement souhaite allonger à 90 jours la durée maximum de la rétention, contre 45 actuellement, selon la première mouture de son projet de loi -- même si, souligne l'association la Cimade qui défend les étrangers, après 12 jours les taux d'expulsion chutent.

- "Tour de vis" -

Un ambassadeur aux migrations, Pascal Teixeira Da Silva, a par ailleurs été nommé, pour "travailler avec les pays de transit et d'origine" auprès des hommes et des femmes "qui se laissent enfermer" dans l'"impasse" de la migration, selon le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner.

Dans ce volet de maîtrise des arrivées, la France compte aussi identifier les réfugiés sur place, avec des missions prochaines au Tchad et au Niger.

Mais l'ambassadeur sera aussi chargé d'"accélérer la délivrance" des documents de retour par les pays "récalcitrants", a fait valoir M. Macron.

Reste à trouver les leviers.

A l'Intérieur, on souligne qu'"il peut y avoir un lien entre la réadmission et d'autres politiques".

L'attribution des visas pourrait ainsi être mise dans la balance, dans le sillage des recommandations de Bruxelles préconisant d'utiliser "tous les instruments d'incitation et les leviers disponibles".

Autre piste: l'aide financière. Un donnant-donnant souvent "tabou" du côté de l'Agence française du développement (AFD), reconnaît-on à l'Intérieur, où l'on plaide pour "flécher les fonds de développement sur des sujets migratoires".

Des migrants dans un campement improvisé à Lille le 6 octobre 2017
Des migrants dans un campement improvisé à Lille le 6 octobre 2017 ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Le fonds fiduciaire d'urgence européen mis en place en 2016 pourrait aussi être sollicité.

Car il faut de l'argent pour obtenir des résultats: l'Espagne a coopéré il y a quelques années de façon "extrêmement généreuse" avec les pays de départ, tandis que l'Allemagne a signé un accord avec la Tunisie comprenant une "grande dimension financière", souligne-t-on à l'Intérieur.

Du côté des associations, cette perspective inquiète. "C'est un chantage à l'aide au développement", affirme David Rohi, de la Cimade.

M. Rohi s'alarme aussi des premiers pas du "laissez-passer européen" permettant à un Etat de l'UE d'émettre lui-même le document permettant l'expulsion, "une substitution de souveraineté".

Des migrants dorment ou attendent sur le bord d'un chemin à Ouistreham, près de Caen, le 5 octobre 2017
Des migrants dorment ou attendent sur le bord d'un chemin à Ouistreham, près de Caen, le 5 octobre 2017 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives )

Avec les contrôles accrus aux frontières, les renvois de migrants vers l'Europe, "cela s'inscrit dans un tour de vis global", affirme M. Rohi. Mais pour lui, "ce système très répressif ne règlera pas les défis migratoires".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…