En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 491.17 PTS
+0.73 %
5 492.0
+0.73 %
SBF 120 PTS
4 396.06
+0.69 %
DAX PTS
12 415.99
+0.73 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+0.00 %
1.178
+0.04 %

Il y a 40 ans, les accords de Camp David

| AFP | 204 | Aucun vote sur cette news
Jimmy Carter avec Anouar al-Sadate (à gauche) et Menahem Begin (à droite) le 6 septembre 1978 à Camp David
Jimmy Carter avec Anouar al-Sadate (à gauche) et Menahem Begin (à droite) le 6 septembre 1978 à Camp David ( / FILES/CONSOLIDATED NEWS PICTURES/AFP )

Le 19 novembre 1977, Sadate arrive à Jérusalem pour une visite de deux jours, serrant la main à ses ennemis jurés. Il s'entretient avec le chef du gouvernement israélien et propose devant la Knesset (Parlement) une paix "juste et durable" dans toute la région.

La visite est historique, car jusqu'ici tous les contacts égypto-israéliens étaient secrets.

Mais il faudra dix mois d'échanges diplomatiques ardus avant que les pourparlers ne prennent corps.

- Un accord à l'arraché -

En août 1978, le président américain Jimmy Carter invite son homologue égyptien Anouar al-Sadate et le Premier ministre israélien Menahem Begin à des pourparlers afin de "chercher un cadre pour la paix au Proche-Orient".

Le sommet commence le 5 septembre à Camp David, résidence de weekend des présidents américains, une vingtaine de chalets noyés dans la forêt à une centaine de kilomètres de Washington. Les trois dirigeants sont entourés de leurs principaux conseillers diplomatiques et militaires.

Pendant les treize jours du sommet, Camp David est complètement isolé du reste du monde.

Pas moins de 23 versions des accords envisagés son discutées, sans compter les innombrables révisions. Les séances de travail se poursuivent jour et nuit. Le sommet frôle même la rupture.

Mais tout se joue au cours des dernières heures à l'issue d'une navette incessante de Jimmy Carter entre Sadate et Begin.

Le 17 septembre, l'accolade chaleureuse entre les deux ennemis après la signature des documents de paix stupéfie le monde.

- Premier traité de paix israélo-arabe -

Anouar al-Sadate (à gauche) et Menachem Begin (à droite) signent le traité de Washington en présence de Jimmy Carter (au centre) le 26 mars 1979
Anouar al-Sadate (à gauche) et Menachem Begin (à droite) signent le traité de Washington en présence de Jimmy Carter (au centre) le 26 mars 1979 ( - / FILES-CONSOLIDATED NEWS PICTURES/AFP )

Les deux documents signés sont intitulés "Cadre pour la paix au Proche-Orient" et "Cadre pour la conclusion d'un traité de paix entre l'Egypte et Israël". Le préambule souligne que "la base convenue pour un règlement pacifique du conflit entre Israël et ses voisins est la résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations unies, dans toutes ses parties".

Aux deux documents sont jointes des lettres de "clarification" échangées lors du sommet. Celles-ci confirment un désaccord total entre l’Égypte et Israël sur Jérusalem, et des divergences sur l'avenir de la Cisjordanie et de Gaza.

L'accord soulève les foudres des Arabes qui estiment que l’Égypte, porte-flambeau du pan-arabisme sous Nasser, déséquilibre les forces au Proche-Orient, et reprochent à l'accord d'ignorer l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

En novembre, le président égyptien et le Premier ministre israélien se voient attribuer le Nobel de la paix pour avoir "rompu la glace qui séparait leurs deux peuples".

Le 26 mars 1979, ils signent à Washington le premier traité de paix israélo-arabe aux termes duquel l’Égypte récupérera la péninsule du Sinaï en 1982.

Le traité est dénoncé par les pays arabes comme une "paix séparée" et une forme de trahison, en particulier vis-à-vis des Palestiniens. Les Arabes rompent leurs relations avec l’Égypte, qui se retrouve suspendue de la Ligue arabe.

Menahem Begin (à droite) et Anouar al-Sadate le 20 novembre 1977 à Jerusalem
Menahem Begin (à droite) et Anouar al-Sadate le 20 novembre 1977 à Jerusalem ( / FILES-IPPA/AFP )

Très critiqué dans son propre pays, Sadate est assassiné en octobre 1981 par des islamistes.

La politique de modération de son successeur Hosni Moubarak, qui rappelle l'ambassadeur égyptien de Tel-Aviv après l'invasion israélienne du Liban en 1982, et son manque d'empressement envers Israël tempère la colère arabe.

En 1994, la Jordanie devient le deuxième pays arabe à normaliser ses relations avec Israël.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

L’équipe de TradingSat.com, séduite par les qualités graphiques de court terme de VALLOUREC, entrevoit un potentiel intéressant sur cette action qui constituera le sous-jacent d’un turbo Call…

Publié le 21/09/2018

Comme annoncé le 5 septembre dernier, une nouvelle transaction a été signée par Apax Partners SAS : l'acquisition auprès de SK Capital de la société italienne AEB Group, leader mondial des…

Publié le 21/09/2018

Un broker relève pourtant sa cible

Publié le 21/09/2018

En dépit d'un marché à nouveau bien orienté, STMicroelectronics évolue autour de l'équilibre en matinée après trois séances de progression...