En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 100.72 PTS
-
6 101.50
+1.12 %
SBF 120 PTS
4 798.09
+0.9 %
DAX PTS
13 526.13
+0.72 %
Dow Jones PTS
29 348.10
+0.17 %
9 173.73
+0.53 %
1.109
+0.04 %

"Il nous reste les mots": dialogue entre les pères d'un tueur et d'une victime du Bataclan

| AFP | 386 | Aucun vote sur cette news
Georges Salines et Azdyne Amimour le 13 janvier à Paris, avec le livre qu'ils ont écrit à quatre mains,
Georges Salines et Azdyne Amimour le 13 janvier à Paris, avec le livre qu'ils ont écrit à quatre mains, "Il nous reste les mots" ( Philippe LOPEZ / AFP )

Azdyne Amimour et Georges Salines ont tous deux perdu un enfant le 13 novembre 2015 à Paris; l'un est le père d'un tueur, l'autre d'une victime. Ils ont pourtant voulu dialoguer et publient aujourd'hui le fruit de leurs échanges: "Il nous reste les mots".

"Je voulais partager cette peine avec lui, lui dire que nous ne sommes pas une famille de terroristes, et que je condamne avec la plus grande fermeté tout ce qui s'est passé", dit à l'AFP le père de Samy Amimour, un des membres du commando du Bataclan.

A l'hiver 2017, Azdyne Amimour écrit à Georges Salines pour le rencontrer.

Le père de Lola Salines, alors président de l'association de victimes "13onze15: Fraternité et Vérité" est "perplexe" mais aussi "curieux" de l'entendre. Sa fille éditrice, qui était au Bataclan avec une amie, avait 28 ans, comme Samy Amimour.

Plus d'un an après leur rencontre, les deux pères se lancent dans un projet de livre. S'engage alors un échange entre deux hommes qui se racontent leur vie: leur jeunesse à Sète (Hérault) et Annaba (Algérie), leurs voyages, les films regardés en famille, les livres qui les ont marqués ...

A Drancy (Seine-Saint-Denis) chez les Amimour, Samy, cadet de la fratrie, est un adolescent influençable et taiseux. Ses parents s'inquiètent souvent pour lui.

Une plaque commémorative sur la façade du  Bataclan, inaugurée en septembre 2019
Une plaque commémorative sur la façade du Bataclan, inaugurée en septembre 2019 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

Dans la famille, l'islam n'est pas central, le père se définit comme "croyant mais pas pratiquant". Pour lui, Samy a "déraillé"; il a voulu partir en Afghanistan et au Yémen, pour finir par rejoindre le groupe État islamique en Syrie en septembre 2013.

Chez les Salines, on a vogué au gré des postes du père, médecin de santé publique, passé par la Martinique et l’Égypte. Lola est la benjamine d'un trio très "complice". Son père loue son sens de l'humour, la décrit comme chaleureuse.

Des regrets et des questions

Les pères s’épanchent sur leurs regrets: si Lola avait accepté un poste au Québec... Si Samy était rentré avec son père quand celui-ci était parti le chercher en Syrie...

Georges Salines, président de l'association
Georges Salines, président de l'association "13Onze15 Fraternité-Vérité", et père de Lola tuée au Bataclan en novembre 2015 ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Dans leur livre qui dresse le portrait de deux familles françaises, les deux pères veulent se trouver des points communs: leur affection pour l’Égypte, ou des sympathies communistes.

Une démarche "thérapeutique", pour Azdyne Amimour.

Pour Georges Salines, ce livre publié la semaine dernière s'inscrit dans la continuité de son livre paru en 2016, "L’indicible de A à Z", et dans son action de prévention de la radicalisation entamée au lendemain des attentats.

Surgit inévitablement la question du pardon.

Quand le père de Samy demande "pardon pour son fils", le père de Lola balaie la question: M. Amimour "n'a pas de pardon à demander, il n'est coupable de rien, et moi je ne peux pas accorder de pardon parce qu'il n'y a plus personne pour me le demander".

"Vous étiez à mille lieues de l’intolérance, du sectarisme et de la violence, (...) tu n’es pas responsable des méfaits de ton fils (…) Le déterminisme à ses limites", répond le père de Lola.

Leurs conversations laissent des questions sans réponse.

Des fleurs devant le Bataclan en hommage aux 130 victimes des attentats du 13 novembre 2015, le 13 novembre 2019
Des fleurs devant le Bataclan en hommage aux 130 victimes des attentats du 13 novembre 2015, le 13 novembre 2019 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

Georges Salines adresse une lettre à Samy Amimour à la fin du livre: "elle tourne autour du mot pourquoi, une interrogation que j'ai depuis le 13 novembre", explique-t-il à l’AFP.

Azdyne Amimour questionne sans cesse l’impact de ses absences fréquentes pour son travail entre les 10 et 18 ans de son fils.

Les deux hommes évoquent aussi leurs expériences très différentes du deuil.

La famille Amimour n'a eu accès à la dépouille de Samy qu'au terme "de plus d'un mois de démêlés avec l'administration" et a enterré ce fils alors qu'"il faisait nuit noire".

Georges Salines souligne, lui, l’importance du soutien reçu malgré certains manquements des pouvoirs publics et rapporte son émotion lors de l'hommage national aux victimes.

Le livre donne lieu à des discussions philosophiques sur l'existence de Dieu ou la destinée, et à des désaccords. Georges Salines reconnaît la souffrance des familles de jihadistes, mais juge qu'"il est difficile pour les proches de victimes d’entendre" cette souffrance.

"Aurais-je le droit un jour de revendiquer que Samy, dans un sens, est une victime qui en a fait d’autres ?", s'interroge Azdyne Amimour.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2020

Vinci Aéroport, filiale du groupe Vinci, a vu son trafic croître de 5,7% en 2019 dans les 46 aéroports qu'elle gère, à 255 millions de passagers. Les seuils de 50 millions de passagers, des 30…

Publié le 17/01/2020

Marie Brizard Wine & Spirits (MBWS) a annoncé la conclusion ce vendredi d'un accord tripartite portant sur la cession, par les prêteurs bancaires de MBWS, de la dette bancaire de la société à…

Publié le 17/01/2020

L'action Qualcomm a bondi vendredi de 4,5% après une recommandation positive de Citi Research.

Publié le 17/01/2020

Vinci Airports annonce aborder avec confiance l'année 2020

Publié le 17/01/2020

Imerys a conclu un accord pour l'acquisition du premier producteur indien de panneaux à base de silicate de calcium pour des projets d'isolation thermique dans des industries telles que le ciment, la…