En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Hyères: Olbia, une histoire engloutie vieille de 2.000 ans

| AFP | 231 | Aucun vote sur cette news
Lenaïc Riaudel, archéologue sous-marine,  nage près des ruines du site d'Olbia, près de la plage d'Almanarre à Hyères, le 28 novembre  2018
Lenaïc Riaudel, archéologue sous-marine, nage près des ruines du site d'Olbia, près de la plage d'Almanarre à Hyères, le 28 novembre 2018 ( Boris HORVAT / AFP )

Plage de l'Almanarre, à Hyères (Var): paradis du kitesurf et de la planche à voile, et seul site archéologique sous-marin de France. Ici, quelques centimètres sous l'eau, une histoire vieille de 2.000 ans, celle du port de la cité romaine d'Olbia.

Par endroits, les blocs de calcaire sont parfaitement alignés. Ailleurs, ils gisent, épars, colonisés par les nacres, les oursins et les saupes, ces "vaches de mer" qui broutent les posidonies. Visible avec un simple masque et un tuba, l'ancienne jetée du port d'Olbia est là.

"Pour beaucoup de Hyérois, c'est seulement +la piscine+, cette partie de la plage de l'Almanarre où l'eau est toujours plus chaude", sourit Lenaïc Riaudel, archéologue sous-marine, qui fait visiter le site aux scolaires depuis 2009.

Moniteur à l'école de funboard qui surplombe le site, Yves Corlobé ignorait d'ailleurs l'existence de ces vestiges: "Je navigue ici depuis des années, je n'en avais jamais entendu parler", reconnaît-il.

Après avoir enfilé sa combinaison de néoprène et ses palmes, Lenaïc emmène ses visiteurs du jour à la découverte du "sentier archéologique sous-marin d'Olbia".

Avant d'avoir été romaine, cette cité a d'abord été une colonie-forteresse grecque, fondée par des soldats-colons venus de Massalia (Marseille), au IVe siècle avant J.-C. Mais la prise de Marseille par César, en 49 avant J.-C, amorce la romanisation de la région. Au premier siècle, les nouveaux maîtres d'Olbia bâtissent un véritable port, pour accueillir des bateaux plus importants.

"Cette jetée d'une petite centaine de mètres n'a servi que 80 ans", raconte l'archéologue: "Le port a été victime de sa position, exposé plein fer au Mistral, mais surtout de la concurrence de Toulon. Une bonne partie des blocs de pierre ont alors été pillés par les locaux".

Les ruines du site archéologique sous-marin d'Olbia, près de la plage d'Almanarre, où évolue l'archéologue sous marine Lenaïc Riaudel, le 28 novembre 2018
Les ruines du site archéologique sous-marin d'Olbia, près de la plage d'Almanarre, où évolue l'archéologue sous marine Lenaïc Riaudel, le 28 novembre 2018 ( Boris HORVAT / AFP )

Le niveau de la Grande Bleue ayant monté de près d'un mètre en 2.000 ans, tout est noyé aujourd'hui. Quelques centimètres sous l'eau par endroits. Par 3 à 4 mètres de fond maximum. Mais l'histoire est là: comme ces queues d'aronde encore visible sur les blocs, des rainures creusées pour les relier les uns aux autres, après y avoir coulé du plomb. Sur certaines pierres, le métal est d'ailleurs encore là.

Olbia, "la bienheureuse"

Après des centaines de plongées sur le site, Lenaïc Riaudel, 39 ans, en connaît chaque recoin par coeur. Comme elle connaît les noms de tous les poissons de passage, girelles-paon, sars ou daurades.

A quelques mètres de cet ouvrage romain, une épave: celle d'une tartane, coulée par environ 5 m de fond avec sa cargaison de blocs de calcaire, au milieu des posidonies. Sans doute victime d'un coup de Mistral, ce bateau s'est échoué fin XIXe sur le tombolo ouest de la Presque-île de Giens, l'un des deux cordons de grès qui relient Hyères et Giens. Avec ses pierres, il transportait aussi tout un service en porcelaine bleu et blanc du modèle "Flora" fabriqué en 1865 à Creil-Montereau en région parisienne.

Libre d'accès pour tout nageur équipé d'un masque, ce sentier sous-marin peut aussi se visiter accompagné, avec les clubs de plongée locaux. Durant les mois de juillet et août, depuis 2014, il est fléché par trois panneaux sous-marins, installés par Lenaïc et son mari, lui aussi archéologue, à la demande de la Communauté d'agglomération Toulon-Provence-Méditerranée.

Mais Olbia ("la bienheureuse" en grec ancien) est aussi visible à terre. A quelques encablures de la plage, cette cité grecque puis romaine a été habitée pendant près de 1.000 ans, avant d'être abandonnée, à l'époque mérovingienne, quand ses derniers ressortissants se réfugient sur les hauteurs, derrière les remparts de Hyères par exemple. Fortifications, thermes, sacristies, boutiques, maisons d'habitation: la cité oubliée révèle peu à peu ses secrets.

"Il y en a pour des dizaines d'années de travail pour les futurs archéologues", sourit Lenaïc, en évoquant le travail de ses collègues terrestres, une tâche entamée au début du XXe siècle avec la découverte de ce site antique.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...