En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 160.52 PTS
-0.15 %
5 169.50
+0.08 %
SBF 120 PTS
4 093.58
-0.17 %
DAX PTS
11 309.21
+0.09 %
Dowjones PTS
25 917.72
+0.13 %
7 079.34
+0.34 %
1.133
+0.19 %

Hong Kong offre au Pakistan une étoile gastronomique

| AFP | 244 | Aucun vote sur cette news
Asim Hussain dans son restaurant le New Punjab Club, le 16 janvier 2019 à Hong Kong
Asim Hussain dans son restaurant le New Punjab Club, le 16 janvier 2019 à Hong Kong ( ISAAC LAWRENCE / AFP )

C'est en partie grâce aux vieux fours en terre cuite de son père qu'Asim Hussain, restaurateur à Hong Kong, a réalisé un rêve: obtenir pour son établissement la première étoile Michelin jamais décernée au monde à un restaurant pakistanais.

Il espère que ce succès permettra de donner un coup de projecteur à une cuisine souvent ignorée.

Comme celle de bon nombre des 85.000 habitants de Hong Kong originaires de l'Asie du Sud, sa famille vit là depuis plusieurs générations.

Son arrière-grand-père est arrivé dans ce qui était un poste avancé de l'empire colonial britannique durant la Première Guerre mondiale, où il s'occupait des mess des soldats de la couronne. Son père, entrepreneur aux casquettes multiples, diplomate à ses heures, avait aussi dans les années 1980 et 1990 un restaurant de curry.

Des plats préparés au restaurant le New Punjab Club, le 16 janvier 2019 à Hong Kong
Des plats préparés au restaurant le New Punjab Club, le 16 janvier 2019 à Hong Kong ( ISAAC LAWRENCE / AFP )

Asim Hussain, 33 ans, co-dirige un groupe qui comptait déjà une vingtaine de restaurants à Hong Kong dans son portefeuille quand il a décidé de se lancer dans son aventure la plus personnelle et la plus risquée: un établissement servant les plats du Punjab, berceau de sa famille au Pakistan où il fut envoyé en internat à six ans.

C'est son père qui lui a suggéré de récupérer les deux tandoor, fours servant à la préparation de plats tandoori, qui prenaient la poussière dans son restaurant aujourd'hui fermé.

Un plat pakistanais cuisiné dans un four tandoor au restaurant New Punjab Club, le 16 janvier 2019 à Hong Kong
Un plat pakistanais cuisiné dans un four tandoor au restaurant New Punjab Club, le 16 janvier 2019 à Hong Kong ( ISAAC LAWRENCE / AFP )

"Il est d'une génération qui ne jette rien", dit Asim Hussain. "En fait, on a des meilleurs résultats qu'avec des fours neufs car ce genre de choses se bonifient avec l'âge", ajoute-t-il dans son restaurant décoré de tableaux de peintres pakistanais.

Ces fours, des fréquents aller-retour avec Lahore pour perfectionner les recettes et l'embauche du chef Palash Mitra ont valu au New Punjab Club une étoile à l'édition Hong Kong-Macao du Michelin à peine 18 mois après son ouverture.

"Source de fierté"

Asim Hussain dans son restaurant le New Punjab Club, le 16 janvier 2019 à Hong Kong
Asim Hussain dans son restaurant le New Punjab Club, le 16 janvier 2019 à Hong Kong ( ISAAC LAWRENCE / AFP )

Cette réussite a fait les gros titres au Pakistan, où il est peu probable qu'un restaurant obtienne une telle distinction dans un avenir proche et où les chefs se sentent de longue date ignorés, dans l'ombre des cuisines reconnues de l'Inde voisine.

"On est très fiers, on est très heureux", dit à l'AFP Waqar Chattha, à la tête de l'un des restaurants les plus connus d'Islamabad. "Dans la fraternité de la restauration, c'est une grande réussite. Cela crée aussi en quelque sorte un nouveau standard pour les autres".

Des chefs préparent des plats pakistanais dans les cuisines du restaurant New Punjab Club, le 16 janvier 2019 à Hong Kong
Des chefs préparent des plats pakistanais dans les cuisines du restaurant New Punjab Club, le 16 janvier 2019 à Hong Kong ( ISAAC LAWRENCE / AFP )

M. Hussain est prompt à souligner que son établissement ne sert qu'un seule type de cuisine parmi les nombreuses spécialités régionales de son pays, les plats épicés et souvent bien lestés en viande du Punjab. La facture n'est pas non plus aérienne, y dîner peut coûter jusqu'à une centaine d'euros par tête.

"Je ne suis pas arrogant ni ignare au point de prétendre que c'est le meilleur restaurant pakistanais au monde. Il y a de meilleurs restaurants pakistanais que celui-ci au Pakistan", ajoute-t-il. Malgré tout, cette étoile est une "grande source de fierté" pour les 18.000 Pakistanais de Hong Kong, selon lui.

"C'est une histoire personnelle très confidentielle qui prend vie. Cette culture, cette cuisine est méconnue en dehors du Pakistan, en dehors du Punjab, et à notre modeste niveau, nous avons mis un coup de projecteur sur ce travail, sur qui nous sommes et d'où nous venons".

L'enseigne du restaurant Chattha's, le 18 janvier 2019 à Islamabad, au Pakistan
L'enseigne du restaurant Chattha's, le 18 janvier 2019 à Islamabad, au Pakistan ( FAROOQ NAEEM / AFP )

L'arrivée du Michelin et d'autres guides gastronomiques occidentaux en Asie n'a pas été sans controverse.

Les esprits chagrin reprochent souvent aux critiques de faire la part belle aux normes culinaires, goûts et style de service occidentaux.

Se revendiquer Pakistanais

Daisann McLane est l'une de ces détractrices. Le débarquement du Michelin à Bangkok l'année dernière a "complètement changé la scène gastronomique là-bas, et pas en bien", accuse-t-elle.

Un serveur transporte des plats pakistanais dans la cuisine du restaurant Chattha's, l'un des plus réputés d'Islamabad, le 18 janvier 2019
Un serveur transporte des plats pakistanais dans la cuisine du restaurant Chattha's, l'un des plus réputés d'Islamabad, le 18 janvier 2019 ( FAROOQ NAEEM / AFP )

Elle organise des tournées culinaires dans les établissements moins sélect de Hong Kong, comme les "dai pai dong" -ces stands installés en pleine rue, les cantines d'Afrique et d'Asie du Sud cachées dans le labyrinthe du complexe résidentiel de Chungking Mansion, ou encore les "cha chan teng" connus pour leurs thés sucrés.

Elle est "ravie" que le New Punjab Club ait été récompensé mais elle a ses réserves. "Beaucoup de cuisines du monde sont sous les radars à Hong Kong et elles ne sont pas remarquées par le Michelin ou les grands guides".

En attendant, certains pensent que toute récompense est bonne à prendre pour la gastronomie pakistanaise.

Sumayya Usmani, cheffe à la double nationalité britannique et pakistanaise, a essayé pendant des années d'attirer l'attention sur les saveurs typiques de la cuisine pakistanaise.

Waqar Chattha, propriétaire du restaurant Chattha's, l'un des plus réputés d'Islamabad, le 18 janvier 2019 au Pakistan
Waqar Chattha, propriétaire du restaurant Chattha's, l'un des plus réputés d'Islamabad, le 18 janvier 2019 au Pakistan ( FAROOQ NAEEM / AFP )

Quand elle avait contacté des éditeurs au sujet de son livre de recettes, beaucoup avaient hésité.

Mais ces dernières années, les choses ont changé, estime-t-elle. En Occident, les restaurants gérés par des Pakistanais, qui pouvaient jadis se présenter comme indiens, proclament plus fièrement leur vrai héritage culinaire, dit-elle.

"C'est bien que les gens n'aient plus peur de se qualifier de Pakistanais", déclare-t-elle à l'AFP.

Asim Hussain explique que le plus dur commence. "Je plaisante avec les gars et je dis +On est le premier restaurant punjabi pakistanais à obtenir une étoile, ne soyons pas le premier à en perdre une+".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2019

Tendance confirmée au 4ème trimestre

Publié le 19/02/2019

Sur l’ensemble de l’année 2018, le groupe M6 a affiché un résultat net par du groupe de 181 millions d’euros, en hausse de 14,8%. Le résultat opérationnel s’élève à 275 millions, en…

Publié le 19/02/2019

Legrand annonce l’acquisition de Universal Electric Corporation, spécialiste américain des « busways », des systèmes d’alimentation électrique par jeux de barres métalliques. Reconnues de…

Publié le 19/02/2019

Harvest, numéro 1 de l'édition de solutions digitales pour les métiers du conseil financier et patrimonial, enregistre une croissance de +10,1% de...

Publié le 19/02/2019

Rachat d'Universal Electric Corporation