5 351.51 PTS
-0.11 %
5 342.5
-0.28 %
SBF 120 PTS
4 261.47
-0.29 %
DAX PTS
13 037.18
-0.24 %
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
+0.00 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Hariri met sa démission en suspens dans l'attente de consultations

| AFP | 110 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri (D), le président libanais Michel Aoun (C) et le président du Parlement Nabih Berri (G) lors d'une cérémonie pour la fête d'indépendance le 22 novembre 2017 à Beyrouth
Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri (D), le président libanais Michel Aoun (C) et le président du Parlement Nabih Berri (G) lors d'une cérémonie pour la fête d'indépendance le 22 novembre 2017 à Beyrouth ( ANWAR AMRO / AFP )

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé mercredi que sa démission, annoncée début novembre à Ryad, était en suspens à la demande du président Michel Aoun en attendant la tenue de davantage de consultations.

"J'ai discuté de ma démission avec le président de la République qui m'a enjoint d'attendre avant de la présenter (...) pour permettre davantage de consultations (...) j'ai accepté cette requête", a indiqué M. Hariri après un entretien après M. Aoun.

D'après lui, les discussions devront porter sur "les motivations et le contexte politique" de cette démission qui avait pris le Liban et la communauté internationale par surprise lorsque M. Hariri l'a annoncée le 4 novembre depuis Ryad.

Le dirigeant, un protégé de l'Arabie saoudite, avait alors justifié sa démission en dénonçant la "mainmise" de l'Iran et du mouvement chiite Hezbollah, membre de son gouvernement, sur les affaires du Liban et leur "ingérence" dans les conflits de la région.

Il avait également affirmé craindre pour sa vie.

De retour à Beyrouth mardi soir après trois semaines d'absence, M. Hariri a espéré que le gel de sa décision "permettrait d'entamer de manière sérieuse un dialogue responsable (...) qui réglerait les différends".

"J'aspire aujourd'hui à un véritable partenariat avec toutes les forces politiques en vue de mettre les intérêts du Liban au-dessus de tout autre", a encore ajouté le Premier ministre.

"Nous sommes ouverts à tout dialogue, toute discussion dans le pays", avait affirmé lundi le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a semblé adopter un ton conciliant.

Poids lourd de la politique libanaise, le Hezbollah est le seul mouvement à ne pas avoir déposé les armes après la guerre civile (1975-1990) et son arsenal divise les Libanais.

Son intervention dans la guerre en Syrie auprès des troupes du président Bachar al-Assad a provoqué l'ire de ses détracteurs ainsi que Ryad, qui soutenait les rebelles.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le marché parisien va-t-il enchainer une troisième séance consécutive de repli ? On en prend le chemin ce matin puisque le CAC40 perd...

Publié le 15/12/2017

Après le rebond récent

Publié le 15/12/2017

Relativement atténué cette année, le thème de la consolidation du secteur des télécoms en Europe fait son retour avec l'annonce, faite ce matin, du projet de rapprochement entre T-Mobile NL et…

Publié le 15/12/2017

Nexans aligne une troisième séance de forte baisse à l'ouverture, en repli de 1,5% à 47,8 euros...

Publié le 15/12/2017

AssurCopro, leader français du courtage en assurance à destination des copropriétés, acquiert le cabinet INSOR. Il s’agit de la troisième opération significative de croissance externe…

CONTENUS SPONSORISÉS