En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
+0.51 %
4 810.50
+0.51 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.61 %
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 256.92
+0.80 %
6 687.09
+0.26 %
1.140
-0.06 %

Hand: après la fête, objectif Japon pour les Bleues

| AFP | 278 | Aucun vote sur cette news
L'équipe de France féminine de handball championne d'Europe reçue à l'Elysée par le président Emmanuel Macron (avec le trophée dans les mains) et son épouse Brigitte, en présence de la ministre des Sports Roxana Maracineanu, le 17 décembre 2017 à Paris
L'équipe de France féminine de handball championne d'Europe reçue à l'Elysée par le président Emmanuel Macron (avec le trophée dans les mains) et son épouse Brigitte, en présence de la ministre des Sports Roxana Maracineanu, le 17 décembre 2017 à Paris ( LUDOVIC MARIN / AFP )

Les handballeuses françaises ont célébré lundi leur titre de championne d'Europe avec un passage en soirée à l'Elysée, mais les esprits ne tarderont pas à se tourner vers leur prochain grand objectif, les Jeux olympiques, dernier titre qui manque à leur palmarès.

La journée qui s'annonçait riche en plateaux de télé, studios de radio et séances de dédicace a commencé sur le coup de midi au siège parisien de la Caisse d'Épargne, où elles ont été accueillies sur les airs de "Crazy in love" de Beyoncé et de "Allright" de Jain, avec des "championnes d'Europe! championnes d'Europe!".

Elle s'est terminée par une réception à l'Élysée vers 19h30, la délégation étant accueillie par le président Emmanuel Macron et la ministre des Sports Roxana Maracineanu.

"C'est toujours sympa de mettre les pieds là-bas. On sait que ce n'est pas donné à tout le monde", a dit Allison Pineau.

Les voix des joueuses étaient un peu cassées par la fête qui a suivi le sacre de Paris-Bercy. "Je ne sais pas à quelle heure je suis rentrée, je n'ai pas toute la soirée en tête, mais c'était chouette de pouvoir partager la soirée avec des gens qui nous suivent et nous soutiennent au quotidien", a raconté Manon Houette.

"La voie est royale"

L'entraîneur des handballeuses françaises Olivier Krumbholz lors de la demi-finale de l'Europe face aux Néerlandaises le 14 décembre 2018 à Paris
L'entraîneur des handballeuses françaises Olivier Krumbholz lors de la demi-finale de l'Europe face aux Néerlandaises le 14 décembre 2018 à Paris ( FRANCK FIFE / AFP/Archives )

D'ici à Tokyo-2020, il y aura une étape, le Mondial-2019, organisé en décembre prochain au Japon également, dans le sud de l'archipel, où les Bleues tenteront de conserver le titre conquis en Allemagne l'an passé et surtout d'entretenir la dynamique qui les a menées au sommet de leur sport en trois ans.

Dans la course à l'or olympique, la France a pris une longueur d'avance en décrochant la première son ticket, bonus qui accompagnait le titre européen. "On s'est enlevé beaucoup de pression. Se qualifier pour les Jeux, c'est très difficile et très important. On vit toute l'olympiade dans l'angoisse de ne pas y aller. La voie est royale, captivante", a dit le sélectionneur Olivier Krumbholz.

Ce sont même six années de travail sans la pression des TQO (tournois de qualification olympiques) dont va profiter le hand féminin français puisque les Bleues joueront quoi qu'il arrive à Paris-2024.

Les douze derniers mois resteront peut-être dans l'histoire du handball comme le moment de la passation de pouvoir entre la Norvège, dominatrice depuis près de vingt ans, et la France. L'an passé, les Bleues avaient renversé les Scandinaves en finale du Mondial et cette année ces dernières ont échoué au tour principal, même s'il faut souligner que cela n'a tenu qu'à un but au goal-average et que la Norvège jouait sans sa star Nora Mörk.

"Personnaliser des parcours"

"Les faits parlent en notre faveur. Depuis Rio, on a fait tous les Final Four (argent aux JO-2016, bronze à l'Euro-2016, or au Mondial-2017 et à l'Euro-2018). Même si la Norvège sera toujours là et ne va rien lâcher, on est peut-être au tournant d'un cycle. Je pense qu'elle va moins régner et que d'autres nations vont être amenées à le faire. Même si on reste fragiles, (c'est) un cap qui a été franchi. L'équipe de France féminine a de belles années à venir", a estimé Allison Pineau, l'une des anciennes du groupe, qui a connu la période sans médaille (2012, 2013, 2014, 2015).

Les Bleues remportent la finale de l'Euro de handball face aux Russes le 16 décembre 2018
Les Bleues remportent la finale de l'Euro de handball face aux Russes le 16 décembre 2018 ( FRANCK FIFE / AFP )

Cet avenir devrait se construire en grande partie avec les mêmes joueuses. Sur les dix-huit impliquées dans l'Euro, seules cinq ont dépassé les trente ans, et de peu: l'ailière et capitaine Siraba Dembélé (32 ans), les arrières Camille Ayglon (33 ans) et Alexandra Lacrabère (31 ans), la gardienne Amandine Leynaud (32 ans) et le pivot Béatrice Edwige (30 ans).

Aucune n'a pour le moment annoncé sa retraite. Le sélectionneur a déjà dit qu'il était prêt à "personnaliser des parcours". "On a une fille qui n'a pas encore 18 ans (Pauletta Foppa) et d'autres qui ont 33 ans. Il y a besoin de repos chez certaines qui ont beaucoup enchaîné et besoin de travail chez les jeunes. On ne va pas faire un programme à la carte, mais un programme intelligent", a dit Krumbholz.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

  Genève (Suisse) - le 15 janvier 2019 : WISeKey International Holding Ltd (WIHN.SW) (« WISeKey »), société de premier plan dans le domaine de la cybersécurité et…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…