Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 566.79 PTS
-0.08 %
5 553.5
-0.13 %
SBF 120 PTS
4 401.42
-0.08 %
DAX PTS
13 286.57
-0.02 %
Dow Jones PTS
29 872.47
-0.58 %
12 152.22
+0. %
1.191
+0.02 %

Halte au "floutage de gueule": mobilisations contre la loi "sécurité globale"

| AFP | 693 | 1 par 10 internautes
Les forces de l'ordre tentent de maîtriser des manifestants à l'aide d'un canon à eau, le 21 novembre 2020, à Paris
Les forces de l'ordre tentent de maîtriser des manifestants à l'aide d'un canon à eau, le 21 novembre 2020, à Paris ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées samedi en France à l'appel notamment des organisations de journalistes contre la proposition de loi "sécurité globale", adoptée la veille par l'Assemblée nationale et jugée attentatoire à "la liberté d'expression" et à "l'Etat de droit".

Une vingtaine de manifestations et rassemblements étaient prévus dans le pays, dont le principal au Trocadéro à Paris a rassemblé plusieurs milliers de personnes dans le calme.

Aux alentours de 17H, après l'ordre de dispersion diffusé par les forces de l'ordre, la tension est toutefois peu à peu montée sur la place parisienne. Des poubelles ont été incendiées et une petite dizaine de manifestants ont jeté des projectiles sur les forces de l'ordre qui ont répliqué en faisant usage de canons à eau et en chargeant, a constaté un journaliste de l'AFP.

Avant les incidents, sur la place noire de monde, pas mal de +gilets jaunes+ parmi les drapeaux du PCF, d'EELV, de FO, du NPA, une banderole d'"Extinction rébellion" ou une autre de Médiapart: "La démocratie meurt dans l'obscurité".

"Darmacron nous insécurisent", peut-on lire sur une pancarte. Parmi les slogans repris en boucle: "Tout le monde veut filmer la police ", "la rue elle est à nous". La foule scande à plusieurs reprises à l'unisson "liberté, liberté, liberté..."

Manifestation contre la proposition de loi
Manifestation contre la proposition de loi "sécurité globale", le 21 novembre 2020 à Paris ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

L'Assemblée nationale a voté vendredi soir, après l'avoir amendée, la mesure la plus controversée de la proposition de loi "sécurité globale": l'article 24 pénalisant la diffusion malveillante d'images des forces de l'ordre, tout en l'assortissant de garanties sur le "droit d'informer".

Cet article, mais aussi la possible utilisation de drones lors des manifestations et la crainte de la reconnaissance faciale par les caméras de surveillance, ont suscité une intense émotion dans les médias, qui y voient un risque d'entrave à la liberté d'informer.

Un manifestant du Trocadéro, Manuel Furtado, est "outré": "On nous dit qu'il faut limiter nos libertés pour le bien de tous mais là ça va trop loin". "On bascule dans quelque chose qui n'est pas totalement la démocratie", s'inquiète une autre manifestante, Martine Wattoux, gilet jaune sur le dos.

"Même pas drone"

Manifestation contre la proposition de loi
Manifestation contre la proposition de loi "sécurité globale", le 21 novembre 2020 à Paris ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

A Lille, quelque 800 personnes ont protesté plus tôt derrière des pancartes "Même pas drone", "Orwell was right", "floutage de gueule". Un autre millier à Rennes, idem à Montpellier. Parmi les slogans : "baissez vos armes, nous baisserons nos téléphones".

"C'est une loi faite par la police" qui "menace la liberté d'informer, de s'exprimer, de manifester", a estimé Maud, étudiante de 27 ans dans le rassemblement lillois.

Manifestation à Marseille contre la proposition de loi
Manifestation à Marseille contre la proposition de loi "sécurité globale" le 21 novembre 2020 ( CLEMENT MAHOUDEAU / AFP )

Une conférence de presse a été organisée dans la matinée au siège de la Ligue des droits de l'Homme à Paris, en présence d'Amnesty International, de représentants des syndicats de journalistes et d'un responsable d'un syndicat de policiers minoritaire, la CGT-Intérieur.

"Nous sommes inquiets de la lente déliquescence de l'Etat de droit, qui semble mener à un Etat de police", a déclaré Arié Alimi, avocat et membre du bureau national de la Ligue des droits de l'Homme.

Dans le Figaro, Sylvain Maillard, député LREM de Paris, a tenté de désamorcer la colère: le texte "n'est pas bien compris. Evidemment qu'on pourra continuer à filmer n'importe qui et bien sûr les forces de l'ordre."

Les syndicats de journalistes jugent qu'il n'y a pas besoin d'une nouvelle loi "pour faire peur", alors que le code pénal et la loi sur la liberté de la presse de 1881 punissent déjà l'incitation à la haine.

"Macron, populiste en col blanc"

Manifestation contre la proposition de loi
Manifestation contre la proposition de loi "sécurité globale", le 21 novembre 2020 à Paris ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Jean-François Cullafroz, de la CFDT, s'est félicité de la mobilisation des directeurs des rédactions des principaux médias contre l'article controversé, appelant "nos patrons de presse à prendre position" lors d'une rencontre prévue mardi au ministère de l'Intérieur.

Pour Pablo Aiquel du SNJ-CGT, Emmanuel Macron "est un populiste en col blanc". "Comment va-t-on demander à la Pologne et la Hongrie de respecter l'Etat de droit alors qu'en France on est en train de tout faire pour le mettre à mal?", a-t-il demandé.

L'article litigieux pénalise d'un an de prison et 45.000 euros d'amende la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" des forces de l'ordre en intervention quand elle porte "atteinte" à leur "intégrité physique ou psychique".

L'amendement gouvernemental réécrivant cet article 24, adopté par 146 voix contre 24 vendredi soir, spécifie que la mesure ne peut porter "préjudice au droit d'informer", et que l'intention malveillante contre les forces de l'ordre doit être "manifeste".

jlv-adm-sha-tll/jt/cbn

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
10 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/11/2020

En investissant dans 2 centrales solaires en autoconsommation, le groupe Mersen souhaite réduire sa facture énergétique et sa dépendance au réseau électrique...

Publié le 26/11/2020

Ce franchissement de seuil résulte d'une augmentation du nombre d'actions Total SE détenues à titre de collatéral...

Publié le 26/11/2020

La boutique LDLC de Besançon dispose d'un atelier permettant la réparation et le montage des ordinateurs...

Publié le 26/11/2020

I.CERAM collabore avec le Pr. Schmitto du Centre Hospitalo-Universitaire de Hanovre

Publié le 26/11/2020

Chez Miliboo, le 2ème trimestre 2020-2021 confirme la dynamique de croissance soutenue engagée au 1er trimestre, dans un contexte toujours favorable...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne