En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 298.98 PTS
-1.48 %
5 296.00
-1.35 %
SBF 120 PTS
4 202.21
-1.31 %
DAX PTS
11 467.34
-0.72 %
Dowjones PTS
25 786.05
-0.68 %
7 456.76
-0.49 %
1.128
-0.78 %

Venezuela: l'opposition décrète l'état d'alerte après 100 heures de panne

| AFP | 306 | Aucun vote sur cette news
Le président de l'Assemblée nationale Juan Guaido, à Caracas, le 11mars 2019
Le président de l'Assemblée nationale Juan Guaido, à Caracas, le 11mars 2019 ( Federico Parra / AFP )

L'Assemblée nationale, dominée par l'opposition, a placé lundi le Venezuela en "état d'alerte", arguant de la situation "calamiteuse" du pays, confronté à une catastrophe alimentaire et sanitaire après 100 heures de panne de courant.

Le décret soumis au Parlement par son président Juan Guaido, également président par intérim autoproclamé reconnu par une cinquantaine de pays, fait appel à la "coopération internationale" pour sortir le pays de l'ornière.

Malgré le retour progressif du courant dans plusieurs quartiers de Caracas, la situation reste chaotique pour la population: se procurer de l'eau et de la nourriture à un prix abordable devient une véritable gageure plus de quatre jours après le déclenchement de la pire panne qu'ait connue le pays. Et le moindre bloc de glace se négocie, comme tout le reste, en dollars, jusque dans les moindres recoins du pays.

Le ministre de l'Information Jorge Rodriguez a annoncé que, sur ordre du président Nicolas Maduro, mardi serait de nouveau chômé: le pays qui sortait à peine des vacances de carnaval est à l'arrêt depuis vendredi matin.

Devant les députés réunis en session extraordinaire, M. Guaido a de nouveau appelé la population à manifester mardi: "Demain, à trois heures, tout le Venezuela dans les rues !", a-t-il lancé.

"Non, la situation n'est pas normale au Venezuela et nous n'allons pas laisser s'installer cette tragédie", a-t-il insisté. Il a demandé aux "ambassadeurs" qu'il a nommés pour le représenter à l'étranger de coordonner le soutien international au Venezuela.

"Pas de pétrole pour Cuba"

Il a également décrété la suspension des livraisons de pétrole à Cuba, défendant la nécessité de faire "des économies d'énergie", au moment où la population est confrontée à la pire crise énergétique de l'histoire du pays, malgré ses colossales réserves d'or noir.

Surtout, M. Guaido a affirmé que Cuba menait "une mission obscure" au Venezuela, acccusant ses services de renseignement de faire partie de l'appareil d'Etat.

"Plus de pétrole pour Cuba!" s'est-il écrié, alors qu'en vertu d'accords bilatéraux signés avec l'ex-président Hugo Chavez, le Venezuela envoie environ 90.000 barils par jour à son allié socialiste.

Cette mesure a peu de chances d'être appliquée tant que M. Maduro bénéficie du soutien de l'armée, qui gère l'industrie pétrolière. Mais elle a aussitôt suscité une vive réaction de La Havane a qui a dénoncé dans un communiqué des "mensonges".

De son côté, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a dénoncé "le rôle central de Cuba et de la Russie", selon lui, pour "saper les rêves démocratiques et le bien-être des Vénézuéliens".

Selon la Constitution, la proclamation de l'état d'alerte - phase préliminaire à l'état d'urgence - ouvre théoriquement la voie aux quelque 250 tonnes d'aide humanitaire stockées par l'opposition aux portes du Venezuela et bloquées par le gouvernement, qui dénonce une tentative masquée d'intervention militaire américaine.

Nicolas Maduro lors d'une manifestation à Caracas le 9 mars 2019
Nicolas Maduro lors d'une manifestation à Caracas le 9 mars 2019 ( HO / Venezuelan Presidency/AFP )

M. Maduro a attribué la panne électrique géante qui affecte l'ensemble du pays à une attaque "cybernétique" fomentée par les Etats-Unis avec l'opposition contre la principale centrale hydroélectrique vénézuélienne, qui fournit près de 80% de l'électricité du pays.

Pillages et décès

Une explication qualifiée de "scénario hollywoodien" par M. Guaido, qui a dénoncé devant les députés "la corruption et l'impéritie" des services publics chargés de l'électricité.

Des personnes utilisent leur téléphone là où ils ont du réseau, à Caracas le 9 mars 2019,
Des personnes utilisent leur téléphone là où ils ont du réseau, à Caracas le 9 mars 2019, ( Matias DELACROIX / AFP )

L'eau et la nourriture commençant à manquer, le gouvernement à procédé aux premières distributions d'eau dans les quartiers populaires. Des pillages ont été cependant signalés à Caracas et Maracaibo, dans l'ouest.

Selon des ONG, la panne a déjà provoqué la mort d'au moins 15 malades dans les hôpitaux - dont très peu sont équipés de générateurs en état de marche. Ces bilans ont été démenti dimanche par le ministre de la Santé Carlos Alvarado.

Mais il est impossible de savoir ce qui se passe dans le pays, faute de moyens de communication.

Parallèlement, Washington a sanctionné lundi la banque russe Evrofinance Mosnarbank et ceux qui font affaire avec elle pour son "soutien" au pouvoir en place à Caracas.

Le gouvernement du président Donald Trump avait déjà annoncé une série de sanctions économiques, notamment contre la compagnie pétrolière publique PDVSA.

La confrontation entre MM. Guaido et Maduro dure depuis le 23 janvier. Mike Pompeo a reconnu que les Etats-Unis auraient "préféré que les choses se passent plus rapidement". "Mais j'ai pleine confiance", a-t-il aJouté". "Les choses bougent dans la direction voulue par les Vénézuéliens et vont continuer ainsi", a affirmé le secrétaire d'Etat américain.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 22/03/2019

Stallergenes Greer signe la hausse de la semaine sur le SBF120...

Publié le 22/03/2019

Recrue de choix pour Papa John's...

Publié le 22/03/2019

Le plongeon continue pour Cellnovo...

Publié le 22/03/2019

Suez NWS a décroché trois contrats de gestion de l'eau et de valorisation des déchets dans la région de la Grande Baie, en Chine, pour un montant...