En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 382.56 PTS
+1.25 %
5 375.00
+1.16 %
SBF 120 PTS
4 311.62
+0.98 %
DAX PTS
12 521.41
+0.08 %
Dowjones PTS
24 578.91
+0.48 %
7 187.80
-0.41 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Gourou condamné pour viol en Inde: de violents heurts font 32 morts

| AFP | 459 | Aucun vote sur cette news
Un adepte de Gurmeet Ram Rahim Singh face aux forces de l'ordre indiennes lors de heurts après la condamnation pour viol du gourou, le 25 août 2017 à Panchkula
Un adepte de Gurmeet Ram Rahim Singh face aux forces de l'ordre indiennes lors de heurts après la condamnation pour viol du gourou, le 25 août 2017 à Panchkula ( MONEY SHARMA / AFP )

Au moins 32 personnes ont été tuées vendredi lors de violents heurts dans le nord de l'Inde après que la condamnation pour viol d'un gourou controversé a déclenché la fureur de plus de 100.000 de ses soutiens rassemblés pour le verdict.

Selon les autorités locales, 32 personnes sont mortes et environ 180 ont été blessées à Panchkula, une ville de plus d'un demi-million d'habitants dans l'Etat de Haryana. Un précédent bilan faisait état de 22 morts.

Les autorités ont déployé des centaines de soldats alors que plus de 100.000 personnes, selon les estimations, s'étaient réunies à Panchkula après qu'un tribunal spécial eut reconnu coupable le chef spirituel Gurmeet Ram Rahim Singh du viol de deux de ses adeptes.

La nouvelle a déclenché une flambée de violence dans la ville, où un couvre-feu a été imposé et où les connexions internet avaient été suspendues la veille par mesure de sécurité.

Des policiers lancent des gaz lacrymogènes et utilisent des canons à eau face à une foule d'adeptes du gourou lançant des pierres, le 25 août 2017 à Panchkula
Des policiers lancent des gaz lacrymogènes et utilisent des canons à eau face à une foule d'adeptes du gourou lançant des pierres, le 25 août 2017 à Panchkula ( MONEY SHARMA / AFP )

Selon un journaliste de l'AFP sur place, les policiers ont lancé des gaz lacrymogènes et utilisé des canons à eau face à une foule de manifestants lançant des pierres et qui s'en était prise notamment à deux camions de télévision, renversant l'un d'entre eux.

- 'Gourou tape-à-l'oeil' -

"La situation continue d'être difficile mais nous reprenons la situation en main", a déclaré à l'AFP par téléphone un responsable local sous couvert d'anonymat, précisant que la plupart des décès étaient dus à des coups de feu. "Nous espérons pouvoir mobiliser davantage de forces durant la nuit pour reprendre contrôle".

Les tensions se sont propagées dans le pays. "Deux gares ont été brûlées dans le Pendjab (Etat voisin du nord-ouest) et deux wagons ont été incendiées à la station Anand Vihar, à New Delhi", a détaillé Neeraj Sharma, un porte-parole pour la compagnie ferroviaire Indian Railways. Des centaines de trains qui circulaient entre l'Haryana et le Pendjab ont été annulés.

Le Premier ministre indien Narendra Modi a condamné sur Twitter ces violences "déplorables", appelant tout le monde à "maintenir la paix".

Le gourou de la secte Dera Sacha Sauda (DSS) Gurmeet Ram Rahim Singh, le 8 septembre 2015 à Mumbai
Le gourou de la secte Dera Sacha Sauda (DSS) Gurmeet Ram Rahim Singh, le 8 septembre 2015 à Mumbai ( PUNIT PARANJPE / AFP/Archives )

Connu sous le surnom de "Gourou tape-à-l'oeil", en raison de son penchant pour les vêtements criards et les bijoux, il a transporté par hélicoptère dans une autre ville de l'Etat. Sa peine sera connue le 28 août.

Ce chef spirituel de 50 ans, à la tête de la secte Dera Sacha Sauda, est suivi par de nombreux fidèles dans l'Etat de Haryana (nord) et il affirme avoir des millions d'adeptes de par le monde.

La veille du verdict, les autorités indiennes avaient renforcé la sécurité dans la région, déployant 15.000 hommes, en raison de l'afflux de milliers d'adeptes.

- 400 disciples castrés -

En 2002, un courrier anonyme avait été envoyé à l'ancien Premier ministre indien Atal Bihari Vajpayee, dans lequel une femme accusait le gourou de viols.

Un adepte de Gurmeet Ram Rahim Singh face aux forces de l'ordre indiennes lors de heurts après la condamnation pour viol du gourou, le 25 août 2017 à Panchkula
Un adepte de Gurmeet Ram Rahim Singh face aux forces de l'ordre indiennes lors de heurts après la condamnation pour viol du gourou, le 25 août 2017 à Panchkula ( MONEY SHARMA / AFP )

Il a fallu des années au Bureau central d'enquête (CBI Central Bureau of Investigations) pour retrouver les victimes présumées. Ce n'est qu'en 2007 que deux femmes ont finalement déposé plainte.

Ce n'est pas la première fois qu'il se retrouve au cœur d'une polémique. En 2015, il avait été accusé d'avoir encouragé 400 de ses disciples à se faire castrer pour se rapprocher de dieu. Il a par ailleurs été poursuivi dans le cadre du meurtre d'un journaliste en 2002.

S'exprimant avant le verdict, les fidèles rassemblés à Panchkula lui ont manifesté leur soutien, certains estimant que sa secte les avaient aidés à sortir de leur dépendance à l'alcool.

Gurmeet Ram Rahim Singh s'est rendu de sa ville d'origine jusqu'au tribunal dans un important convoi de plus de 100 véhicules. Des images de télévision montraient des fidèles rassemblés le long des rues, la plupart d'entre eux sanglotant sans pouvoir se contrôler.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

3,58% du capital pour AQR

Publié le 22/06/2018

  Résultat de l'option pour le paiement en actions du dividende de l'exercice 2017       (Saint-Cloud, le 22 juin 2018) - L'Assemblée générale…

Publié le 22/06/2018

Des investisseurs qui perdent patience...

Publié le 22/06/2018

En pleine réflexion sur l'alliance qu'il a lui-même construit, Carlos Ghosn ne voit pas Renault absorber Nissan ou Mitsubishi...

Publié le 22/06/2018

La compagnie aérienne grecque Aegean Airlines a confirmé sa commande de 30 avions Airbus de la famille A320neo. Ce contrat porte sur l'acquisition de 10 A321neo et 20 A320neo. Il fait suite à un…