En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

"Gilets jaunes": près de 60% des radars dégradés

| AFP | 389 | Aucun vote sur cette news
Christophe Castaner en compagnie du directeur général de la gendarmerie Richard Lizurey lors des voeux à la gendarmerie, à Paris le 10 janvier 2019
Christophe Castaner en compagnie du directeur général de la gendarmerie Richard Lizurey lors des voeux à la gendarmerie, à Paris le 10 janvier 2019 ( FRANCOIS GUILLOT / AFP )

Près de 60% des radars ont été vandalisés depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", des dégradations dont l'impact sur la sécurité routière inquiète gouvernement et associations, alors que le nombre de tués sur les routes a chuté en 2018.

L'exécutif se refusait jusqu'à présent à chiffrer les radars endommagés ou détruits pour ne pas encourager ce phénomène qui a explosé depuis le début de la contestation des "gilets jaunes" mi-novembre.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a brisé l'omerta jeudi: "Près de 60% des radars ont été neutralisés, attaqués, détruits par celles et ceux qui se revendiquent de ce mouvement", a-t-il déclaré. Soit près de 2.000 des 3.200 radars fixes déployés sur les routes (dont 2.500 pour contrôler la vitesse).

Conséquence de ces dégradations: le nombre d'excès de vitesse a bondi de 20% en décembre, selon la Sécurité routière.

"C'est dramatique. Quand on augmente la vitesse, on augmente le nombre d'accidents. Il s'agit de vies et de morts, de blessures, de handicaps", souligne le délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe.

Un radar dégradé à Noyal-sur-Vilaine (Ille-et-Vilaine), le 8 janvier 2019
Un radar dégradé à Noyal-sur-Vilaine (Ille-et-Vilaine), le 8 janvier 2019 ( Damien MEYER / AFP/Archives )

Bien qu'endommagés, un certain nombre de radars continuent de constater les infractions, sous les yeux des autorités impuissantes. "Un radar comporte deux systèmes couplés: un qui mesure la vitesse et l'autre qui photographie. Sur ces radars (endommagés), la mesure est prise, l'information est envoyée (au centre de traitement, ndlr), mais la photo est voilée ou noire" donc inexploitable pour verbaliser, explique M. Barbe.

Cette recrudescence inquiète, alors que les autorités ont réussi à inverser la tendance à la hausse du nombre de morts enregistrée depuis 2014 (3.684 tués en 2017).

Le bilan de la mortalité routière pour 2018, attendu fin janvier, s'annonce très positif: avec 3.176 morts sur les onze premiers mois de l'année, la France comptait en novembre 193 tués de moins qu'en novembre 2017, ce qui devrait permettre d'atteindre un niveau proche du plus-bas historique de 2013 (3.427 tués).

"Condamnation à mort"

Ces attaques contre les radars -incendiés, tagués, bâchés- entendent notamment dénoncer l'abaissement, depuis le 1er juillet, de la limitation de vitesse à 80 km/h sur certains routes secondaires.

Cette mesure est, selon ses détracteurs, une nouvelle manifestation du "racket" de l'Etat. Pour le gouvernement, elle doit permettre de sauver jusqu'à 400 vies par an.

"Il n'y a pas de politique du chiffre, il y a une politique de la vie", a affirmé Christophe Castaner, qualifiant ceux qui s'en prennent aux radars "d'imbéciles, d'inconscients, d'inconséquents".

"Ces gens condamnent à mort des conducteurs et leurs passagers", accuse la présidente de la Ligue contre la violence routière, Chantal Perrichon, dénonçant une "mise en danger délibérée de la vie d'autrui". "Avec des projections de 180 à 200 morts de moins (pour 2018), on peut d'ores et déjà dire que le 80 km/h a des effets bénéfiques. Mais à cause des destructions, nous n'aurons pas le résultat escompté", déplore-t-elle.

Radar dégradé à Bonnemain, dans l'ouest de la France, photographié fin décembre 2018
Radar dégradé à Bonnemain, dans l'ouest de la France, photographié fin décembre 2018 ( DAMIEN MEYER / AFP/Archives )

Pour la déléguée générale de l'association Prévention routière, Anne Lavaud, "l'histoire a montré que les radars ont sauvé des vies". "Quand le nombre de radars est limité, la vitesse moyenne augmente. Et la vitesse est un facteur aggravant de tous les accidents", relève-t-elle.

Selon les chiffres officiels, les radars automatiques ont notamment épargné 23.000 vies entre 2003 (date d'installation des premiers appareils) et 2012.

Pour le délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, Pierre Chasseray, cette mesure ne fait au contraire "que mettre dans l'illégalité des automobilistes qui ne sont pas des fous furieux en roulant à 85 ou 90 km/h": "Le 80 km/h n'est pas efficace, ça ne contribue qu'à noircir l'esprit des automobilistes et faire jaunir les gilets".

Les autorités assurent faire le maximum pour réparer et remplacer les radars endommagés ("entre 30.000 et 70.000 euros" selon le type d'engin). "Nous avons mis beaucoup de moyens", affirme Emmanuel Barbe.

Lundi, Christophe Castaner a promis "aucune complaisance" contre les casseurs de radars. Pour l'endommagement d'un appareil, les sanctions peuvent aller jusqu'à 30.000 euros d'amende et deux ans d'emprisonnement. Une destruction est passible de 75.000 euros d'amende et cinq ans de prison.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…