En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 817.09 PTS
+1.58 %
4 811.0
+1.62 %
SBF 120 PTS
3 828.09
+1.55 %
DAX PTS
10 792.69
+1.61 %
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+0.00 %
1.138
+0.27 %

"Gilets jaunes": les forces de l'ordre utilisent gaz lacrymogènes et lanceur d'eau sur les Champs-Elysées

| AFP | 359 | Aucun vote sur cette news
Un gilet jaune sur les Champs Elysées le 24 novembre 2018 à Paris
Un gilet jaune sur les Champs Elysées le 24 novembre 2018 à Paris ( Bertrand GUAY / AFP )

Les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes et utilisé un camion lanceur d'eau pour éloigner des "gilets jaunes" qui tentaient de forcer un barrage installé au rond-point des Champs-Elysées à Paris, a constaté une journaliste de l'AFP.

Plusieurs milliers de manifestants convergeaient samedi matin vers la célèbre avenue dans le cadre d'une journée de mobilisation des "gilets jaunes" contre la hausse des prix du carburants, les taxes et la baisse du pouvoir d'achat.

Selon la Préfecture de police, les incidents sont liés à la présence "à l'avant du cortège d'une centaine de membres de l'ultradroite qui harcèlent les forces de l'ordre".

Des "gilets jaunes" ont notamment été vus en train de desceller des pavés ou des mettre à terre des barrières de chantier.

Mais "aucun manifestant n'est dans la zone interdite par arrêté", incluant notamment les abords de l'Élysée, la partie basse des Champs-Elysées et la place de la Concorde, assurait la Préfecture de police.

Certains "gilets jaunes" dénonçaient les violences, comme Christophe, 49 ans, venu de l'Isère avec sa femme, en train de rejoindre une rue adjacente des Champs-Elysées pour éviter les gaz lacrymogènes.

"On vient juste manifester pacifiquement et on se fait gazer. On voit comment on est reçu à Paris", peste-t-il en s'éloignant.

cal-npk-sva-epe/shu

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Les marchés actions européens rebondissent sur des rachats à bon compte après un début de semaine calamiteux. Cette embellie a été confortée par l'amélioration inattendue du sentiment des…

Publié le 11/12/2018

Copyright GlobeNewswire Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien : http://hugin.info/143549/R/2228613/875251.pdf Information…

Publié le 11/12/2018

Le groupe allemand Daimler a l’intention de consacrer d'ici 2030 plus de 20 milliards d'euros à l'achat de cellules de batteries. Cette annonce s’inscrit dans le cadre de son offensive dans la…

Publié le 11/12/2018

Suez cède 2,3% à 12,05 euros, pénalisé par le statu quo d'Engie. Son principal actionnaire (32% du capital) a finalement décidé de conserver cette participation, révèle les Echos. Ce choix…

Publié le 11/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est sous pression après avoir enfoncé, le 5 décembre dernier, le niveau de support majeur des 7.82 euros. Du côté des indicateurs techniques, le RSI…