En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

L'Espagne menace de faire capoter le sommet sur le Brexit

| AFP | 460 | Aucun vote sur cette news
Vue générale du Rocher de Gibraltar, en octobre 2018
Vue générale du Rocher de Gibraltar, en octobre 2018 ( JORGE GUERRERO / AFP/Archives )

L'Espagne a fait planer vendredi la menace d'une annulation du sommet européen prévu dimanche à Bruxelles pour sceller un accord sur le divorce du Royaume-Uni avec l'UE, si elle n'obtenait pas des "garanties" sur l'avenir de Gibraltar après le Brexit.

Ces exigences sont le dernier obstacle restant à l'approbation unanime d'un accord global par les dirigeants européens dimanche, les négociateurs ayant finalisé à la fois un "traité de retrait" du Royaume-Uni et une "déclaration politique" ébauchant les relations post-Brexit entre Londres et l'UE.

"S'il n'y a pas d'accord (sur Gibraltar), il est clair que ce qui va se passer, c'est que le Conseil européen ne se tiendra très probablement pas", a lancé vendredi depuis la Havane le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez, jugeant que les "garanties ne sont pas encore suffisantes" et que donc l'Espagne "maintient son veto à l'accord sur le Brexit".

Madrid exige d'obtenir noir sur blanc un droit de veto sur toute négociation future concernant l'avenir de Gibraltar, une enclave britannique située dans le sud de l'Espagne qui en revendique la souveraineté.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez lors d'un meeting en Andalousie, le 18 novembre 2018
Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez lors d'un meeting en Andalousie, le 18 novembre 2018 ( CRISTINA QUICLER / AFP/Archives )

Le secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires européennes Luis Marco Aguiriano, venu à Bruxelles vendredi, a réclamé un engagement "écrit". "Nous avons exigé que ce texte soit publié par les Britanniques" avant le sommet, a-t-il déclaré devant des journalistes.

- Pas de veto -

"Nous n'avons pas l'intention de rouvrir l'accord de retrait mais nous allons travailler avec les gouvernements de Gibraltar et de Madrid sur notre future relation", avait déclaré plus tôt une porte-parole de la Première ministre britannique Theresa May à Londres.

D'intenses négociations ont eu lieu vendredi pour régler ce dernier problème, ont indiqué plusieurs sources diplomatiques.

Plusieurs sources interrogées par l'AFP ont estimé que l'Espagne ne disposait pas de "droit de veto" sur l'accord de Brexit. "Il s'agit d'une question politique, pas juridique: ce serait un vrai problème pour les 27 qu'un grand pays comme l'Espagne se désolidarise dimanche de l'approbation de l'accord de divorce", a dit une source européenne.

Gibraltar
Gibraltar ( Kun TIAN / AFP )

L'un des autres points qui continuaient à poser problème ces derniers jours, celui des futurs droits de pêche des Européens dans les eaux territoriales britanniques, a "été résolu", a dit une source diplomatique à l'issue de la réunion à haut niveau tenue vendredi à Bruxelles.

Cette question, qui n'a pas été réglée dans le traité de retrait, doit faire l'objet d'un texte séparé "dans le procès-verbal" du sommet de dimanche, selon un diplomate.

"Les choses avancent, on voit de la lumière au bout du tunnel", a estimé une autre source diplomatique.

- May samedi à Bruxelles -

Theresa May doit rencontrer samedi soir à Bruxelles le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et celui du Conseil européen, Donald Tusk, à la veille du sommet.

"C'est une ultime visite de réglage, pour caler ensemble les messages politiques qui seront délivrés publiquement dimanche", a expliqué une source diplomatique. Il ne sera "plus question de négocier quoi que ce soit".

L'UE et le Royaume-Uni ont réussi à se mettre d'accord jeudi sur la "déclaration politique" qui fixe le cadre de leurs relations post-Brexit, notamment sur le plan commercial.

La semaine passée, ils avaient conclu un accord sur le "traité de retrait" du Royaume-Uni, un texte de près de 600 pages, qui détricote les liens noués pendant plus de 40 ans d'adhésion du Royaume-Uni.

Ce texte règle notamment la question de la facture que devra payer Londres à l'UE, sans la chiffrer, et prévoit une solution controversée pour éviter en dernier recours le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord.

Mis à part un "changement mineur" dans la "déclaration politique", les représentants des pays de l'UE réunis vendredi n'ont pas modifié ces textes, selon un diplomate.

Lors du sommet dimanche, s'il a bien lieu, les dirigeants des 27 et Theresa May doivent entériner un accord global. S'ils y parviennent, tout ne sera pas terminé pour autant: l'accord de divorce devra encore être ratifié par le Parlement européen et surtout britannique.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...