En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 785.09 PTS
-0.89 %
5 781.5
-0.94 %
SBF 120 PTS
4 555.71
-0.93 %
DAX PTS
12 921.20
-1.41 %
Dow Jones PTS
27 909.60
-0.38 %
8 362.74
+0. %
1.107
+0.1 %

Grande-Bretagne: le parti du Brexit renonce à disputer les sièges des conservateurs

| AFP | 497 | 3 par 3 internautes
Le chef du Parti du Brexit Nigel Farage visite un monument aux morts à Hartlepool, le 11 novembre 2019
Le chef du Parti du Brexit Nigel Farage visite un monument aux morts à Hartlepool, le 11 novembre 2019 ( Paul ELLIS / AFP )

L'europhobe Nigel Farage, accusé de diviser le camp du Brexit, a renoncé lundi à disputer aux conservateurs au pouvoir plus de 300 sièges lors des élections du 12 décembre au Royaume-Uni, retirant une épine dans le pied du Premier ministre Boris Johnson.

La volonté de Nigel Farage de présenter 600 candidats (sur 650 sièges) de son Parti du Brexit aux législatives anticipées faisait craindre aux partisans d'une sortie de l'Union européenne un éparpillement des voix favorisant l'opposition et susceptible de faire dérailler le processus.

Après avoir proposé en vain une alliance à Boris Johnson en échange d'un abandon de son accord de divorce, M. Farage a revu sa proposition. Lors d'un déplacement à Hartlepool (nord-est), il a annoncé que sa formation politique ne présenterait pas de candidats dans 317 circonscriptions remportées par les conservateurs aux dernières élections de juin 2017 et se "concentrerait sur les sièges tenus par le Parti travailliste".

Aux yeux de Nigel Farage, sa décision "empêche un nouveau référendum" promis par les travaillistes. "C'est le plus important pour le pays", a-t-il déclaré.

Nigel Farage, qui fut avec Boris Johnson une figure de la campagne du "leave" lors du référendum de 2016, estime que l'accord négocié difficilement par le dirigeant conservateur ne constitue pas un vrai Brexit, maintenant selon lui le Royaume-Uni proche de l'UE pour éviter un divorce trop brusque douloureux pour l'économie.

Le Parlement britannique
Le Parlement britannique ( / AFP )

Il lui avait demandé donc demandé de l'abandonner en échange d'une alliance, en vain.

Parmi les partisans de Nigel Farage réunis à Hartepool, qui a voté à 64% pour le "leave" en 2016, sa décision a été accueillie avec enthousiasme. "Je suis avec Nigel", a déclaré à l'AFP Pat Stamper, ancien électeur du Labour de 81 ans. "C'est la seule manière de sortir de l'UE".

"Menace" de Parlement bloqué

L'annonce pourrait simplifier la tâche de Boris Johnson, qui fait campagne pour retrouver une majorité et une marge de manoeuvre lui permettant de mener le pays hors de l'Union européenne au plus tard au 31 janvier prochain, après deux reports du Brexit, initialement prévu le 29 mars.

Régissant sur Twitter, Boris Johnson s'est réjoui que Nigel Farage reconnaisse qu'il n'existe pas de "pire menace" pour le Brexit qu'un Parlement bloqué faute de majorité claire: "Les conservateurs n'ont besoin que de neuf sièges supplémentaires pour avoir une majorité" pour quitter l'Union européenne "d'ici à la fin janvier avec un accord".

L'europhobe Nigel Farage, chef de file du Parti du Brexit, à Hartlepool le 11 novembre 2019
L'europhobe Nigel Farage, chef de file du Parti du Brexit, à Hartlepool le 11 novembre 2019 ( Paul ELLIS / AFP )

Cette décision "rend plus probable une majorité" conservatrice, a commenté sur Twitter Sara Hobolt, professeure de sciences politiques à la London School of Economics (LSE).

Elle ne lui laisse pas totalement les mains libres, selon Tim Bale, Tim Bale, directeur adjoint du centre de réflexion UK in a Changing Europe: dans les circonscriptions où il se maintient, le parti du Brexit a plus de chances de "prendre des voix" aux conservateurs qu'aux travaillistes.

Le Labour, mené par Jeremy Corbyn, fait campagne en promettant qu'un gouvernement travailliste négocierait avec les 27 un nouvel accord de sortie de l'UE, plus protecteur pour les travailleurs, et le soumettrait au vote des électeurs, face à l'alternative d'un maintien dans le bloc européen.

L'un des responsables du parti, Ian Lavery, a dénoncé une "alliance entre Nigel Farage et Boris Johnson" avec le président américain "Donald Trump pour vendre notre pays".

Conservateurs et parti du Brexit "ne font désormais qu'un", a réagi pour les Libéraux-démocrates Ed Davey, chef adjoint du parti europhile.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2019

Riber a annoncé la commande d’un système de recherche en Asie. Un centre de recherche asiatique a commandé une machine de recherche MBE 412 destinée à l’étude de lasers haute fréquence,…

Publié le 10/12/2019

Rallye, la maison-mère du distributeur Casino, et trois sociétés qui lui sont affiliées, Foncière Euris, Finatis et Euris, ont annoncé avoir finalisé leurs projets de plans de sauvegarde. Le 25…

Publié le 10/12/2019

Une erreur a été commise dans le titre de la dépêche publiée à 20h51 hier : "Avenir Telecom : 3,7 ME de bénéfices semestriel"Le groupe Avenir...

Publié le 10/12/2019

Le Bélier s'envole logiquement de 24,5% à 36,9 euros pour sa reprise de cotation...

Publié le 10/12/2019

Michelin a décidé de procéder à l’annulation de 1 345 821 actions auto détenues, soit 0,75 % du nombre total de titres. La réduction de capital est effective le 9 décembre 2019 comme…