En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 195.69 PTS
-0.00 %
5 197.50
+0.08 %
SBF 120 PTS
4 123.72
+0.08 %
DAX PTS
11 436.55
+0.30 %
Dowjones PTS
25 954.44
+0.00 %
7 062.34
+0.00 %
1.136
+0.15 %

Attentat à la voiture-bélier à Londres : la police perquisitionne

| AFP | 967 | Aucun vote sur cette news
La police scientifique devant le Parlement, le 14 août 2018, où un homme a précipité sa voiture contre les barrières de sécurité, blessant plusieurs cyclistes et piétons
La police scientifique devant le Parlement, le 14 août 2018, où un homme a précipité sa voiture contre les barrières de sécurité, blessant plusieurs cyclistes et piétons ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP )

La police britannique menait mardi des perquisitions liées à l'attaque à la voiture bélier commise par un Britannique de 29 ans devant le Parlement à Londres, qui a fait trois blessés.

L'attaque est survenue peu après 07h30 (06h30 GMT) : des images diffusées par la BBC montrent le véhicule, une Ford Fiesta gris métallisé, en train de quitter sa trajectoire vers un passage piétons, puis de foncer vers deux policiers qui s'écartent in extremis avant qu'il ne percute une barrière de sécurité régulant l'accès au parlement, qui ne siège pas cette semaine.

Le conducteur, un Britannique de 29 ans, seul occupant du véhicule, a été arrêté sur place. Il n'était pas connu des services de police, a précisé Scotland Yard.

L'attaque a fait trois blessés, dont deux ont été brièvement hospitalisés tandis que le troisième avait été traité sur place.

"Nous traitons cela comme un incident terroriste", a déclaré à la presse le chef de l'antiterrorisme, Neil Basu. Le suspect est détenu pour "soupçon d'actes terroristes", et "ne coopère pas".

La police antiterroriste, chargée de l'enquête, procédait en fin d'après-midi à trois perquisitions, deux à Birmingham, et une à Nottingham (centre de l'Angleterre), en lien avec les services de police locaux. Elle a établi que le véhicule était arrivé de Birmingham à Londres lundi soir.

L'attaque a mobilisé une dizaine de voitures de police et au moins trois ambulances, ainsi que des artificiers et des chiens policiers. La station de métro la plus proche a rouvert en début d'après-midi et la police a levé son cordon, après avoir bouclé la zone toute la matinée.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montraient des policiers lourdement armés entourant le véhicule accidenté, au moment de l'arrestation du conducteur. Sur d'autres, on voit la police retenant l'homme, menotté, qui porte un jean et une veste noire.

- "Acte délibéré" -

Centre de Londres
Centre de Londres ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

"ça avait l'air d'être un acte délibéré", a raconté un témoin, Ewalina Ochab, à l'agence britannique Press Association. "Je marchais de l'autre côté de la rue, j'ai entendu du bruit et quelqu'un a crié. Je me suis retournée et j'ai vu une voiture grise roulant très vite près des barrières, peut-être même sur le trottoir", a-t-elle ajouté.

"Il y avait une cycliste à terre, manifestement blessée", a confié à PA James Maker, un cycliste présent quelques minutes après l'attaque.

"On se doutait qu'il y avait quelque chose de grave vu que c'était fermé. On a repensé à l'attentat de Londres sur le pont de Westminster", a raconté à l'AFP Emmanuel Guy, un touriste français de Cholet (ouest de la France).

La Première ministre Theresa May, en vacances en Suisse, a souhaité un "prompt rétablissement" aux blessés, et remercié les services d'urgence pour leur "formidable courage". "La menace terroriste au Royaume-Uni reste grave", a-t-elle souligné, appelant le public à "demeurer vigilant".

Une réunion interministérielle de crise a eu lieu dans l'après-midi.

Le président américain Donald Trump, qui avait critiqué la réponse des autorités britanniques aux précédents attentats, a vivement réagi sur Twitter. "Une nouvelle attaque terroriste à Londres... Ces animaux sont fous et il faut les traiter avec intransigeance et dureté !", a-t-il lancé.

- Vague d'attentats -

Le Royaume-Uni a été frappé en 2017 par une vague d'attentats, dont quatre revendiqués par le groupe Etat islamique, qui ont fait au total 36 morts et 200 blessés. Le premier d'entre eux, le 22 mars, avait précisément été commis avec une voiture-bélier sur le Westminster Bridge, qui mène au Parlement.

L'auteur de cette attaque, qui avait fait cinq morts, avait d'abord fauché des passants en montant sur le trottoir du pont avant de terminer sa course contre les grilles du Parlement. Khalid Masood était ensuite descendu et avait pénétré dans l'enceinte du bâtiment où il avait poignardé à mort un policier avant d'être abattu.

Depuis, des barrières de sécurité en béton et en acier ont été installées tout autour des grilles du Parlement et sur les trottoirs menant au pont, ainsi que dans plusieurs autres endroits de la métropole.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 21/02/2019

Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )La Bourse de Paris s'installait à l'équilibre (+0,02%) jeudi…

Publié le 21/02/2019

Johnson & Johnson a reçu plusieurs citations à comparaître de la justice fédérale américaine et du gendarme américain de la Bourse (SEC) concernant la sécurité de ses talcs. Pour le moment,…

Publié le 21/02/2019

Des inscriptions antisémites découvertes le 21 février 2019 dans le XIVe arrondissement de Paris ( Alexandre HIELARD / AFP )Des inscriptions antisémites ont été découvertes jeudi matin sur…

Publié le 21/02/2019

Le jeu BirdLab sur tablette ( Laurence COUSTAL / AFP )"Une mésange !": embusquée derrière une fenêtre de son pavillon, Lisa démarre 5 minutes d'observation des oiseaux sur ses deux…

Publié le 21/02/2019

Vallourec flambe de près de 22% à 2,11 euros, soutenu par des résultats annuels supérieurs aux attentes et des prévisions encourageantes. Les investisseurs sont rassurés par le bond du résultat…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

Doublement des capacités de production sur le site industriel de Simgui

Publié le 21/02/2019

A l’occasion de ses résultats annuels 2018, AccorHotels a annoncé qu’il changeait son nom en… Accor. Soit le nom que le groupe hôtelier arborait jusqu’en 2015. source : AOF

Publié le 21/02/2019

Durée de 8 ans, auprès de Petróleo Brasileiro...

Publié le 21/02/2019

Dans le cadre du projet CADAMIP sur la période 2018-2022...

Publié le 21/02/2019

L'annonce d'une amélioration sensible des résultats l'an passé ne suffit pas à maintenir le titre AccorHotels dans le vert...