En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 447.44 PTS
-
5 443.00
-
SBF 120 PTS
4 358.59
-
DAX PTS
12 765.94
+0.82 %
Dowjones PTS
25 199.29
+0.32 %
7 390.13
-0.19 %
Nikkei PTS
22 826.19
+0.14 %

Gaza: mort du principal suspect de l'attentat contre le Premier ministre palestinien

| AFP | 302 | Aucun vote sur cette news
Un membre des forces de sécurité du mouvement palestinien Hamas est en position à Nusseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 22 mars 2018, lors d'un raid ayant débouché sur l'arrestation d'un suspect dans un attentat contre le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah
Un membre des forces de sécurité du mouvement palestinien Hamas est en position à Nusseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 22 mars 2018, lors d'un raid ayant débouché sur l'arrestation d'un suspect dans un attentat contre le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah ( MAHMUD HAMS / AFP )

Le principal suspect dans l'attentat contre le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah est décédé de ses blessures jeudi dans la bande de Gaza après son arrestation lors de laquelle deux membres des forces de sécurité du Hamas ont été tués.

M. Hamdallah était sorti indemne de l'attaque contre son convoi le 13 mars lors d'une rare visite dans l'enclave palestinienne, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas. Des responsables palestiniens avaient dénoncé une "tentative d'assassinat".

Cet incident était intervenu alors que l'Autorité palestinienne, dirigée par le président Mahmoud Abbas et qui n'exerce plus ses prérogatives limitées que sur des parties de la Cisjordanie, occupée par Israël, essaie depuis des années de reprendre le contrôle de Gaza au Hamas qui s'en est emparé par la force en 2007.

Après des années de dissensions, le mouvement islamiste a accepté en octobre de rétrocéder à l'Autorité le pouvoir à Gaza, au moins civil. Mais le processus patine.

Des policiers du mouvement palestinien Hamas recherchent à Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 22 mars 2018 un homme suspecté d'être impliqué dans une attaque contre le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah
Des policiers du mouvement palestinien Hamas recherchent à Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 22 mars 2018 un homme suspecté d'être impliqué dans une attaque contre le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah ( MOHAMMED ABED / AFP )

Le ministère de l'Intérieur à Gaza, contrôlé par le Hamas, a indiqué jeudi que le principal suspect de l'attentat du 13 mars avait été blessé avec un complice lors d'une opération ayant débouché sur leur arrestation à Nousseirat, dans le centre de l'enclave palestinienne.

Il a annoncé un peu plus tard que les deux suspects étaient décédés des suites de leurs blessures lors du raid. Un troisième suspect a été arrêté.

Deux membres des forces de sécurité du mouvement islamiste ont également péri dans l'opération, avait indiqué plus tôt un haut responsable du Hamas, Salah al-Bardawil.

Un correspondant de l'AFP a vu les corps des deux membres du Hamas dans un hôpital et un officier de police sur place a confirmé les morts, sous couvert de l'anonymat.

Des échanges de tirs avaient eu lieu plus tôt à Nousseirat alors que les membres des forces de sécurité du Hamas recherchaient activement le suspect de l'attentat contre M. Hamdallah.

- Appel d'Abbas -

Des dizaines de barrages avaient été mis en place à travers l'enclave palestinienne où les véhicules étaient fouillés, selon un correspondant de l'AFP.

Le Hamas avait également empêché aux Palestiniens de Gaza de franchir la frontière vers le territoire israélien, selon le correspondant sur place. Un petit nombre de Palestiniens dotés d'un permis spécial israélien sont généralement autorisés à quitter l'enclave sous blocus.

Lundi, le président palestinien Mahmoud Abbas avait accusé le Hamas d'être directement impliqué dans l'attentat, non revendiqué, et annoncé de futures sanctions contre le mouvement islamiste.

Mercredi, le Hamas avait dit être à la recherche du principal suspect de l'attaque, l'identifiant comme Anas Abou Koussa, né en 1993.

Photo d'une des voitures du convoi du Premier ministre palestinien Rami Hamdallah, victime d'une explosion à son entrée dans la bande de Gaza, le 13 mars 2018
Photo d'une des voitures du convoi du Premier ministre palestinien Rami Hamdallah, victime d'une explosion à son entrée dans la bande de Gaza, le 13 mars 2018 ( MOHAMMED ABED / AFP/Archives )

Une source de sécurité du Hamas avait alors affirmé que des enquêteurs étaient en train d'interroger trois personnes, dont deux membres des services de renseignement de l'Autorité palestinienne.

Une autre source de sécurité a indiqué que la bombe aurait pu être posée par des salafistes radicaux.

Selon un ministre du gouvernement de M. Hamdallah, deux engins de 15 kilos avaient été disposés le 13 mars le long de la route. Le second n'avait pas explosé.

L'accord de réconciliation d'octobre entre le Hamas et l'Autorité palestinienne avait suscité un prudent espoir de voir s'améliorer les conditions de vie très difficiles des habitants de Gaza.

Les mises en garde se multiplient devant la détérioration de la situation dans l'enclave palestinienne, éprouvée par les guerres avec Israël, les blocus israélien et égyptien, la pauvreté, le chômage et les pénuries d'eau et d'électricité.

Jeudi, M. Abbas a de nouveau appelé le Hamas à remettre le pouvoir à l'Autorité palestinienne.

"Si le Hamas ne rétrocède pas la totalité (du pouvoir) au gouvernement, il va devoir assumer les conséquences d'un échec des efforts égyptiens" en vue d'une réconciliation entre Palestiniens, a-t-il prévenu.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2018

Le RevPar (Revenu par chambre) s'établit à 262,29 euros...

Publié le 18/07/2018

L'environnement de marché demeure très porteur pour Voltalia au Brésil...

Publié le 18/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/07/2018

Le chiffre d'affaires de HighCo au 1er semestre 2018 s'élève à 89 ME...

Publié le 18/07/2018

Forbes France a décerné à Esker le prix de la Croissance...