En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 563.24 PTS
-0.23 %
5 515.50
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 407.30
-0.21 %
DAX PTS
12 303.80
-0.08 %
Dowjones PTS
26 597.05
-0.22 %
7 784.41
+0.00 %
1.112
-0.27 %

Gaza: Israël rouvre les points de passage après six jours de fermeture

| AFP | 220 | Aucun vote sur cette news
Un Palestinien lance une pierre en direction des soldats israéliens postés de l'autre côté de la barrière frontalière entre la bande de Gaza et Israël, lors du premier anniversaire des
Un Palestinien lance une pierre en direction des soldats israéliens postés de l'autre côté de la barrière frontalière entre la bande de Gaza et Israël, lors du premier anniversaire des "Grandes marches du retour", le 30 mars 2019 à l'est de Gaza city ( MAHMUD HAMS / AFP )

Israël a rouvert dimanche les points de passage vers Gaza, sur fond de négociations en vue d'une trêve, après six jours de fermeture liée au tir d'une roquette sur son territoire et à une nouvelle montée des tensions avec le Hamas.

Cette décision, annoncée par une porte-parole du ministère de la Défense, a été prise malgré cinq tirs de roquettes depuis la bande de Gaza vers Israël dans la nuit de samedi à dimanche, qui ont provoqué en représailles des tirs de chars israéliens sur des positions du Hamas, mouvement au pouvoir depuis 2007 dans l'enclave palestinienne.

Les échanges de feu n'ont pas fait de victime, ont précisé l'armée et des témoins à Gaza.

Le point de passage d'Erez, pour les personnes, et celui de Kerem Shalom, pour les marchandises, avaient été fermés lundi après qu'une roquette tirée de la bande de Gaza s'est abattue sur une maison dans le centre d'Israël, faisant sept blessés légers.

La réouverture des points de passage intervient au lendemain de rassemblements de dizaines de milliers de Gazaouis le long de la frontière entre l'enclave palestinienne et Israël, hermétique et lourdement gardée par l'armée israélienne.

Cette photo prise le 30 mars 2019 depuis le kibboutz israélien de Nahal Oz montre des gaz lacrymogènes tirés par les soldats israéliens pour disperser des manifestants palestiniens réunis le long de la barrière frontalière entre Gaza et Israël
Cette photo prise le 30 mars 2019 depuis le kibboutz israélien de Nahal Oz montre des gaz lacrymogènes tirés par les soldats israéliens pour disperser des manifestants palestiniens réunis le long de la barrière frontalière entre Gaza et Israël ( Jack GUEZ / AFP )

Des heurts qui ont éclaté avec les soldats israéliens ont fait quatre morts et des centaines de blessés palestiniens, sans atteindre toutefois l'intensité susceptible de provoquer l'escalade redoutée.

Les Gazaouis étaient appelés à marquer le premier anniversaire d'une mobilisation contre le blocus imposé par Israël depuis plus de dix ans sur l'enclave, et pour le droit au retour sur les terres qu'eux-mêmes ou leurs parents ont fuies ou dont ils ont été chassés à la création d'Israël en 1948.

Au moins 262 Palestiniens ont été tués depuis le début du mouvement, appelé "Grandes marches du retour", au cours des manifestations ou dans des frappes israéliennes de représailles à des actes hostiles en provenance de l'enclave sous blocus. Deux soldats israéliens ont été tués.

"Préparés à toute éventualité"

Après des semaines de tensions et dans un contexte compliqué par l'approche des législatives israéliennes le 9 avril, cet anniversaire a suscité de vives craintes qu'un nouveau conflit éclate avec l'Etat hébreu.

Un véhicule militaire israélien est posté près de la barrière frontalière entre Israël et la bande de Gaza, où des dizaines de milliers de Palestiniens manifestent, le 30 mars 2019, photographié depuis le kibbutz israélien de Nahal Oz
Un véhicule militaire israélien est posté près de la barrière frontalière entre Israël et la bande de Gaza, où des dizaines de milliers de Palestiniens manifestent, le 30 mars 2019, photographié depuis le kibbutz israélien de Nahal Oz ( Jack GUEZ / AFP )

L'armée israélienne avait déployé des milliers de soldats et des dizaines de tireurs d'élite, ainsi que des chars et de l'artillerie.

Dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réaffirmé que son pays restait "préparé à une opération de grande envergure" à Gaza.

"J'ai donné l’ordre de laisser les forces de l'armée en alerte, nous sommes préparés à toute éventualité, y compris à une opération de grande envergure", a-t-il déclaré lors d'une cérémonie à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv pour accueillir le président brésilien Jair Bolsonaro.

Israël avait envoyé ces derniers jours des renforts autour de l'enclave.

L’Egypte, intermédiaire traditionnel entre le Hamas et Israël qui se sont livré trois guerres depuis 2007, s'emploie à instaurer une trêve durable alors que le mouvement islamiste palestinien et l'Etat hébreu passent tous deux pour réticents à un nouvel affrontement et sont sous pression.

Des manifestants palestiniens lancent des pierres et incendient des pneus lors du premier anniversaire des
Des manifestants palestiniens lancent des pierres et incendient des pneus lors du premier anniversaire des "Grandes marches du retour", le long de la barrière frontalière entre la bande de Gaza et Israël, le 30 mars 2019 à l'est de Gaza city ( MAHMUD HAMS / AFP )

Le Hamas a fait face récemment à des manifestations contre le marasme économique à Gaza, enclave coincée entre Israël, Egypte et Méditerranée et éprouvée par les conflits, la pauvreté et l'enfermement. Les rassemblements ont été sévèrement réprimés.

Quant au Premier ministre israélien, au pouvoir depuis une décennie mais confronté à une forte concurrence aux législatives, il est accusé par ses adversaires de faiblesse face au Hamas, mais ne veut pas s'engager dans une nouvelle guerre avant les élections.

Le Hamas cherche dans les tractations à alléger le blocus israélien. Israël justifie le blocus par la nécessité de contenir le Hamas et réclame au préalable le retour au calme le long de la frontière.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/04/2019

Peu d'évolution à noter sur Vilmorin après une publication sans grande surprise et la confirmation des objectifs de chiffre d'affaires et de marge...

Publié le 25/04/2019

Une erreur s’est glissée hier dans notre dépêche sur Fountaine Pajot : le chiffre d’affaires a progressé de 81,4% et non de 80%. Le texte corrigé suit.Fountaine Pajot a fini mercredi en…

Publié le 25/04/2019

Tesla a dévoilé hier soir ses résultats du premier trimestre 2019. Ainsi, le constructeur américain de véhicules électriques a publié une perte nette de 702 millions de dollars sur la période,…

Publié le 25/04/2019

La très belle performance trimestrielle d'Hermès ne permet pour le moment pas au titre (-0,8% à 173,8 euros) d'enchaîner une neuvième séance...