En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 789.68 PTS
-0.49 %
4 780.0
-0.51 %
SBF 120 PTS
3 806.17
-0.67 %
DAX PTS
10 733.62
-0.50 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.142
+0.27 %

Gastronomie: deux Français premiers de La Liste mais les bistrots vont mal

| AFP | 311 | Aucun vote sur cette news
Le chef Eric Ripert dans son restaurant Le Bernardin à New York, le 29 novembre 2018
Le chef Eric Ripert dans son restaurant Le Bernardin à New York, le 29 novembre 2018 ( TIMOTHY A. CLARY / AFP/Archives )

Les restaurants des Français Guy Savoy à Paris et Eric Ripert à New York sont en tête de La Liste, classement français des 1.000 meilleures tables du monde, qui déplore dans le même temps l'état souvent "lamentable" des bistrots de l'Hexagone.

Conçu à partir d'une compilation de guides et de critiques gastronomiques, le classement 2019 décerne une note de 99,75 sur 100 au restaurant triplement étoilé de Guy Savoy à la Monnaie de Paris, où l'on mange sa soupe signature d'artichaut à la truffe noire et brioche feuilletée aux champignons. Il arrive ex aequo avec Le Bernardin de Patrick Ripert à New York, également 3 étoiles, qui associe le thon et le foie gras, dans un carpaccio.

La France est troisième avec 116 meilleures tables sur 1.000, derrière le Japon (148) et la Chine (143) qui continuent de s'envoler avec une vingtaine de nouveaux restaurants dans le classement pour chacun de ces deux pays par rapport à l'année dernière.

Mais si tout va à merveille pour la gastronomie française haut de gamme", "je ne suis pas optimiste pour la France", rapporte à l'AFP Philippe Faure, ambassadeur et président de La Liste, lancée en 2015 sous l'impulsion du ministère des Affaires étrangères en réponse à l'influent mais controversé classement britannique des "World's 50 Best Restaurants", accusé de sous-représenter la gastronomie du pays.

"Si Guy Savoy voulait ouvrir des restaurants partout, il pourrait sans problème, il n'y a pas d'Espagnol, d'Italien, d'Anglais dans une situation comparable (...). Mais le haut de gamme n'arrive pas à tirer le reste de la gastronomie française", déplore-t-il.

Le chef Guy Savoy dans son établissement
Le chef Guy Savoy dans son établissement "Restaurant Guy Savoy" à la Monnaie de Paris, le 21 septembre 2017 ( Eric FEFERBERG / AFP/Archives )

"Il y a un peu de bistronomie dans les grandes villes, mais en province c'est lamentable (...) Il y a 30-40 ans on pouvait aller de Bordeaux à Lyon en voiture en s'arrêtant tous les 20 km, il y avait partout de bons bistrots, c'était savoureux, ce n'est plus du tout le cas. On mange mieux en Suisse, en Espagne, en Italie qu'en France sans guides, juste en poussant les portes", ajoute-t-il.

"Manger avec les yeux"

Les Français ont beaucoup de mal à s'installer à l'étranger par rapport aux Italiens, une cuisine "qu'on ne peut pas rater", souligne Philippe Faure.

Il explique ce phénomène notamment par la complexité des techniques culinaires françaises et un large choix d'aliments frais nécessaires.

Parmi les grandes tendances de l'année, La Liste note par ailleurs une "amélioration sensible" des restaurants russes, conséquence inattendue de l'embargo sur les aliments occidentaux en Russie.

Privés de produits ouest-européens "les agriculteurs russes ont engagé des consultants italiens, français pour le fromage, le foie gras et ils arrivent à sortir de très belles choses", souligne à l'AFP Yörg Zipprick, cofondateur de La Liste.

La classe moyenne de Moscou et de Saint-Pétersbourg commence à "se servir localement, un phénomène relativement récent". "Il y a des foies gras, des agneaux qui sont de bonne qualité, des légumes qui sont de très bonne qualité, des poissons des lacs, des rivières, des mers du Nord, des crabes", détaille M. Zipprick.

Une autre tendance "croissante" due à Instagram, "c'est de manger avec les yeux", souligne Philippe Faure pour qui la gastronomie "se consomme de plus en plus comme la haute couture". Cet engouement pour le "beau" aux dépens parfois du "bon" entre en contradiction avec la tendance, qui perdure, à rechercher des produits "nature, bio et éco-responsables".

"Il y a toute une clientèle de jeunes entre 20 et 40 ans, souvent des femmes, qui ont un restaurant préféré parce qu'ils ont vu des photos avec des fleurs, un plat comme une aquarelle et c'est ça qui les motive", souligne Yörg Zipprick.

Les prix seront remis lundi au Quai d'Orsay en présence de 80 chefs figurant sur La Liste dont la base de données couvre 180 pays.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

   En application des dispositions des articles 241-1 à 241-8 du Règlement général de l'Autorité des marchés financiers et du Règlement européen n°596/2014 du 16…

Publié le 10/12/2018

BNP Paribas Chine a obtenu une licence pour souscrire aux obligations d'entreprise 'Panda Bonds' pour les émetteurs étrangers...

Publié le 10/12/2018

Le dérapage n'a pas tardé...

Publié le 10/12/2018

    Société Européenne au capital de 151.508.201,70 euros Siège social : 22, avenue Montaigne - 75008 Paris 775 670 417 RCS PARIS   Articles L.233-8 II du Code de…

Publié le 10/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre a stoppé sa correction sur le niveau de support clé des 91.9 euros, niveau qui soutient les cours en clôture depuis avril 2017. Du côté des indicateurs…