En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.139
-0.05 %

Gard: poursuite de la garde à vue des deux responsables de la colonie allemande inondée

| AFP | 339 | Aucun vote sur cette news
Des sauveteurs dans le camping inondé de Saint-Julien-de-Peyrolas le 9 août 2018
Des sauveteurs dans le camping inondé de Saint-Julien-de-Peyrolas le 9 août 2018 ( Boris HORVAT / AFP )

Les gardes à vue des deux responsables allemands de la colonie de vacances installée sans autorisation à Saint-Julien-de-Peyrolas (Gard) où neuf enfants ont été légèrement blessés par la montée des eaux et un homme a disparu, se poursuivaient samedi, a-t-on appris auprès du parquet de Nîmes.

"Il est désormais établi que l’endroit où se trouvait la colonie était dans une zone à risque inondable et que les responsables du camping le savaient", a déclaré à l'AFP le procureur de le République de Nîmes, Eric Maurel.

Le président et le vice-président allemands de l'association Jugendförderung Saint-Antonius propriétaire du terrain de camping de la colonie sont en garde à vue depuis jeudi 18H00 dans le cadre d'une enquête de flagrance ouverte pour "blessures involontaires, mise en danger de la vie d'autrui, travail dissimulé et exploitation d'un camping sans autorisation".

Les recherches se poursuivaient samedi pour retrouver un Allemand de 66 ans, un accompagnateur de la colonie, qui se trouvait sur le terrain privé occupé par celle-ci pendant les violents orages de jeudi.

Les fortes pluies qui se sont abattues sur Saint-Julien-de-Peyrolas, dans le nord du Gard, avaient entraîné l'évacuation de quelque 180 personnes dont les enfants de la colonie. Neuf d'entre eux ont été légèrement blessés et les tentes, caravanes et installations ont été dévastées par le ruisseau du Valat d'Aiguèze, proche de la rivière Ardèche, transformé en torrent.

Selon des pompiers sauveteurs, certains enfants ont été retrouvés "accrochés dans les arbres", l'eau, arrivée en vague brutale, étant montée au moins jusqu'à la taille d'un adulte.

La colonie était devenue de fait un camping, sans autorisation de la préfecture et "était installée en zone inondable", avait souligné le procureur au lendemain des inondations.

Le maire de Saint-Julien-de-Peyrolas, René Fabrègue, "avait alerté les responsables de l'association. Il avait même saisi le tribunal administratif et dans les 48 heures avant le drame, les autorités municipales avaient alerté les responsables de l'association sur le danger à rester là en raison de la montée éventuelle des eaux", selon le parquet.

"Tout au long de l'année le procureur de la République en lien avec les services de la préfecture, les différentes administrations concernées et l'ensemble des élus du Gard travaillent sur la question du risque inondation qui est un sujet extrêmement sensible pour le Gard", a souligné M. Maurel.

A cause de fortes pluies sur le centre-est et le sud-est de la France, 750 personnes ont été évacuées dans l'ensemble du Gard jeudi, classé en vigilance orange pour des orages-pluies-inondations.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 09/12/2018

Manifestation pro-Brexit soutenue par l'Ukip (Parti pour l'indépendance du Royaume Uni) à Londres le 9 décembre 2018 ( Adrian DENNIS / AFP )La Première ministre Theresa May a prévenu dimanche…

Publié le 08/12/2018

Contrôle de police sur des gilets jaunes près de l'Arc de Triomphe, le 8 décembre 2018 à Paris ( Thomas SAMSON / AFP )Plus de 950 personnes ont été interpellées en France samedi en début…

Publié le 07/12/2018

Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )La Bourse de Paris s'est un peu redressée vendredi (+0,68%),…

Publié le 05/12/2018

Des bâtiments de Iakoutsk en Sibérie, où le permafrost fond sous l'effet du réchauffement climatique, le 26 novembre 2018 ( Mladen ANTONOV / AFP )Édouard Romanov enjambe des câbles…

Publié le 05/12/2018

Le maire de Beaune Alain Suguenot le 18 novembre 2018 à Beaune ( ROMAIN LAFABREGUE / AFP/Archives )La garde à vue du maire LR de Beaune (Côte-d'Or) Alain Suguenot, démarrée mardi dans le…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…