5 640.10 PTS
+0.05 %
5 584.5
+0.13 %
SBF 120 PTS
4 496.56
+0.04 %
DAX PTS
13 169.92
+0.71 %
Dowjones PTS
24 882.68
-0.52 %
6 908.48
+0.04 %
Nikkei PTS
22 960.34
-

Fillette noyée à Berck: Fabienne Kabou plaide non coupable

| AFP | 274 | Aucun vote sur cette news
Croquis d'audience représentant Fabienne Kabou, le 20 juin 2016 à Saint-Omer dans le Pas-de-Calais
Croquis d'audience représentant Fabienne Kabou, le 20 juin 2016 à Saint-Omer dans le Pas-de-Calais ( BENOIT PEYRUCQ / AFP/Archives )

Le procès en appel de Fabienne Kabou, accusée d'avoir assassiné sa fillette de 15 mois en l'abandonnant à marée montante sur une plage de Berck (Pas-de-Calais), s'est ouvert vendredi devant la cour d'assises du Nord.

"Je plaide non coupable", a d'emblée déclaré Fabienne Kabou, tout en affirmant être à l'origine du décès de sa fille.

"J'estime que quelque chose ou quelqu'un a agi en moi pour assassiner ma fille. Un peu comme si quelqu'un avait commandité sa mort, par mes mains, et en faisant d'une pierre deux coups, puisqu'il a aussi ruiné ma vie", a-t-elle poursuivi.

Fabienne Kabou, 40 ans, avait été condamnée en première instance à 20 ans de réclusion criminelle. La cour avait retenu l'altération du discernement au moment des faits.

La responsabilité pénale de l'accusée, une personnalité jugée par tous comme "très intelligente" mais aussi "déroutante", avait été au centre de son premier procès en juin 2016. Les experts avaient décri une femme "dépressive" et "délirante", mais n'étaient pas d'accord sur l’existence ou non de pathologies mentales chez l'accusée.

Kabou, qui encourt la réclusion criminelle à perpétuité, avait évoqué la "sorcellerie" pour expliquer son geste. "Un mécanisme de défense contre l’effondrement", selon un expert psychiatre.

Elle avait glacé la salle d'audience en racontant son crime. D'un ton neutre, elle avait dit être venue de Paris déposer sa fille de 15 mois alors assoupie, sur le sable de la plage de Berck-sur-mer, à marée montante. "Elle ne bouge pas, elle est silencieuse, alors je rebrousse chemin en courant, avait-elle relaté, décrivant "une belle machine", "qui se passe bien jusqu'à la fin, le bus, le train, les gens charmants".

Son avocate, Me Fabienne Roy-Nansion, à l'origine de l'appel et cette fois épaulée par le pénaliste Frank Berton, avait jugé le verdict "effrayant" pour une femme "malade".

Six jours d'audience sont programmés pour ce procès, jusqu'au 15 septembre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

ÉVÈNEMENT

IMMERSION EXCLUSIVE AU COEUR DE LA BOURSE
DU 28 MAI AU 1erJUIN 2018

EN PARTENARIAT AVEC

INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT ! Cliquez ici

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/05/2018

Cinq établissements (Centres Hospitaliers de Guingamp, de Lannion-Trestel, de Paimpol, de Saint-Brieuc et celui de Tréguier) du Groupement Hospitalier...

Publié le 22/05/2018

"Le déploiement dans un village de l'île méditerranéenne illustre la flexibilité de la technologie LoRaWAN pour connecter les zones rurales"...

Publié le 22/05/2018

Nexans choisit un ancien DG de la filiale chilienne de Michelin...

Publié le 22/05/2018

Les Commissaires aux comptes se trouvent ainsi dans l'impossibilité de finaliser leurs contrôles et donc d'établir leurs rapports...