En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 451.59 PTS
+1.07 %
5 457.0
+1.18 %
SBF 120 PTS
4 365.94
+0.90 %
DAX PTS
12 326.48
+0.88 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+1.05 %
1.178
+0.90 %

Faire rire avec l'info, un espace réduit entre Trump et fake news

| AFP | 376 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump à Quantico (Virginie), aux Etats-Unis, le 15 décembre 2017
Le président américain Donald Trump à Quantico (Virginie), aux Etats-Unis, le 15 décembre 2017 ( Nicholas Kamm / AFP/Archives )

Outrance, absurdité, les recettes habituelles de l'information satirique ne sont plus aussi efficaces à l'heure de l'administration Trump et des fake news. D'où la nécessité pour les sites parodiques ou les talk-shows télévisés d'évoluer pour continuer à faire rire.

The Onion, The Flipside, The Borowitz Report, ces sites parodiques, proches du Gorafi en France, se sont tous fait un nom aux Etats-Unis en malaxant l'information pour lui donner un tour humoristique, s'écartant ouvertement de la réalité.

La formule fonctionnait car à contrepied des vraies informations. Mais c'était avant que les tweets de Donald Trump et les titres accrocheurs des fake news ne brouillent les lignes.

"L'absurdité de la réalité a complètement dépassé tout ce que l'imagination aurait pu produire", constat Andy Borowitz, auteur et humoriste, qui tient depuis 2001 le "Borowitz Report", un blog d'informations satiriques.

Andy Borowitz, auteur et humoriste à New York, le 7 octobre 2017
Andy Borowitz, auteur et humoriste à New York, le 7 octobre 2017 ( Craig Barritt / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

"Ce serait vain pour moi de tenter de surpasser cette absurdité", dit-il. "Donc j'essaye plus ou moins de retranscrire ce qui se passe, peut-être avec une vision plus brute, moins policée".

Pour autant, le besoin de rire est bien là, "parce que la situation dans laquelle nous nous trouvons est tellement terrible", explique l'humoriste, pour qui l'exercice est moins complexe que durant l'ère Obama, plus lisse.

Son blog, désormais publié par le site du magazine "The New Yorker", a bien pris soin de mentionner "satire" dans le titre. "Il est très clair que nous n'essayons pas de piéger qui que ce soit", clame Andy Borowitz.

- 'Un noyau de vérité' -

Ce n'est pas le cas, en revanche, de Christopher Blair, personnage mystérieux qui se cache derrière une série de sites satiriques tels The Last Line of Defense (thelastlineofdefense.online), qui ont beaucoup fait parler depuis un an.

Il affirme à l'AFP avoir "fait l'effort de montrer clairement que (ses) sites sont de la satire", mais de nombreux sites de fact-checking lui reprochent, au contraire, d'avancer masqué, notamment pour en tirer un gain financier.

Début mars, l'un de ces articles, qui inventait l'existence d'un mandat d'arrêt visant Barack Obama, a ainsi été repris par des dizaines de sites, qui l'ont présenté comme une véritable information.

Christopher Blair explique que si son positionnement est clair pour le plus grand nombre, il cherche bien à tromper "le pire de ce que la droite a à offrir", pour stigmatiser ses réactions, dit-il, et "l'humilier, parce que ça, ça fonctionne."

"Au centre de toute notre satire, il y a un noyau de vérité", expliquait pour sa part, en mai, Cole Bolton, rédacteur en chef de The Onion, qu'il a quitté en septembre, dans un entretien au site Seven Days Vt. "Et nous voulons que les gens le voient (...), cet éclairage que nous faisons. Si nous ne faisions pas ça, nous ne serions pas des satiristes, nous serions des farceurs."

- 'Question de perception' -

C'est en cela qu'Andy Borowitz estime que son travail est proche de celui des humoristes de télévision. "Nous jouons dans le même bac à sable", dit-il.

"C'est mal comprendre Stephen Colbert (CBS), John Oliver (HBO) ou Samantha Bee (TBS)", les animateurs les plus mordants de la télévision américaine, avec Trevor Noah (Comedy Central), "que de penser qu'ils inventent des choses ou qu'ils font semblant", fait valoir Geoffrey Baym, professeur à l'université de Temple et co-auteur d'un ouvrage sur la satire.

Au contraire, "ils en appellent à un peu de vérité et de mesure dans le discours public", dit-il.

"Si vous essayez simplement de vous moquer des personnalités et des petites phrases", expliquait, en février, John Oliver, au magazine "Rolling Stone", "alors vous ne vous attaquez qu'à la forme."

"Aujourd'hui, l'argumentation directe fonctionne moins chez les gens", observe Geoffrey Baym. Or, "l'humour est justement un moyen efficace de critiquer et aussi de faire circuler de l'information".

En apparence, en l'absence d'humoristes identifiés comme conservateurs, ce terrain est totalement occupé par la satire progressiste.

Pour Andy Borowitz, cela ne veut pas dire que l'humour est, par nature, de gauche, mais que les espaces dans lesquels il s'exprime à droite ne sont pas les mêmes.

"En tant qu'auditeur progressiste", dit-il, "vous allez écouter" la vedette de la radio conservatrice Rush Limbaugh "et vous dire que ce n'est pas de l'humour, plutôt un animateur qui éructe sa haine. Mais ses auditeurs le trouvent drôle. C'est une question de perception."

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2018

Le résultat opérationnel du premier semestre 2018 de Soft Computing s'élève à 1...

Publié le 20/09/2018

Comme publié précédemment, Mauna Kea a enregistré une baisse de son chiffre d'affaires de 18% à 2,707 ME, principalement imputable au T1, mais avec...

Publié le 20/09/2018

Kerlink, spécialiste et leader mondial des réseaux et solutions dédiés à l'Internet des Objets (IoT), annonce aujourd'hui que la société a été choisie...

Publié le 20/09/2018

Au 1er semestre 2018, Alpha MOS a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 1,6 ME en baisse de (0,5) ME par rapport à la même période de l'année...

Publié le 20/09/2018

Balyo annonce le recrutement d'un Directeur Industriel et le déploiement d'un plan de recrutement ambitieux pour accompagner sa croissance...