En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

Face aux "gilets jaunes", les hésitations de la banlieue

| AFP | 291 | Aucun vote sur cette news
Protestation de
Protestation de "gilets jaunes" à Longevilles-Les-Saint-Avold, (est de la France), le 15 décembre 2018 ( JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP )

En banlieue, “ça fait trente ans qu’on porte un gilet jaune”: malgré des difficultés sociales communes, le mouvement qui secoue la France depuis cinq semaines a pour l’heure peu mobilisé dans les quartiers populaires, partagés entre défiance et résignation.

“AG à 19H” proclame une pancarte à la sortie du métro à Montreuil. Depuis le 11 décembre, une quarantaine de "gilets jaunes" se retrouvent régulièrement autour d'un brasero. Parmi eux, des retraités, des jeunes politisés, mais peu d’habitants des cinq quartiers prioritaires (QPV) de cette ville de Seine-Saint-Denis.

“Même si on manifeste, ça va changer quoi ?”, soupire dans une cité toute proche Sylviane, 57 ans, auxiliaire de vie scolaire au chômage. Dans son immeuble, seule Latifa a accroché un gilet jaune à son balcon. Cette secrétaire médicale de 53 ans regrette de ne pouvoir aller manifester - trop compliqué, avec sa fille à la maison - “mais je suis à fond sur les réseaux sociaux !”

Comme elle, beaucoup “observent, nous suivent sur internet”, assure José Espinosa, l’initiateur du mouvement à Montreuil. “Il y a un soutien réel de la population, ça a beaucoup parlé dans les cafés, dans les quartiers”, ajoute le maire, Patrice Bessac (PCF).

Des points de convergence importants existent, explique Alain Bertho, anthropologue qui travaille à Saint-Denis : notamment sur “les inégalités et la représentation politique. Deux questions à vif dans les quartiers populaires, depuis très longtemps".

Mais s“il y a des +gilets jaunes+ dans les quartiers, il y en a peu”, observe Julien Talpin, sociologue roubaisien. Dans cette ville pauvre du Nord de la France, des mères de familles ont bien tenté d’organiser des blocages filtrants, mais “il n’y avait pas grand monde”, racontent-elles.

Comment l’expliquer ? D’abord, le mouvement des "gilets jaunes" a débuté “sur des enjeux liés à la voiture”, moins utilisée dans les quartiers, avance le sociologue.

Ensuite, une “défiance” a pu freiner l’engouement pour un mouvement vite “perçu comme raciste”, après qu’une conductrice a été forcée de retirer son voile, ou que des migrants cachés dans un camion ont été dénoncés.

Il y a enfin la “résignation” très forte dans les quartiers, où, après des années de déceptions politiques, domine la “conviction que l’action collective ne sert à rien”.

“Ils étaient où en 2005 ?”

Pourtant, “le gilet jaune, on le porte depuis 30 ans”, lance Mohamed Mechmache. Sympathisant du mouvement comme la très grande majorité des Français, le militant s’agace lorsqu’on lui demande pourquoi les banlieues ne l’ont pas massivement endossé.

“Nuit Debout, les +gilets jaunes+, à chaque fois qu’il y a un mouvement hors des quartiers, on leur demande de s’y agréger, mais où étaient tous ces gens en 2005 ?”

Cette année là, il avait fondé le comité “Ac le Feu” après les émeutes - qu’il préfère appeler “révoltes sociales” - déclenchées par la mort de deux adolescents qui fuyaient la police. Depuis, “nos combats n’ont pas été beaucoup soutenus, mais nous continuons à lutter pour nos droits”, avec ou sans gilet.

Rassemblement de
Rassemblement de "gilets jaunes" à Paris, le 15 décembre 2018 ( Lucas BARIOULET / AFP )

Gilet jaune siglé “Sevran 93” sur le dos, Hocine, 26 ans, a manifesté samedi dernier à Paris, pour la deuxième fois. Parmi ceux “qui ne veulent pas venir, certains parlent des bavures policières, me disent que les gens n’ont pas soutenu la banlieue”. Lui va “au-delà de ça, car on est tous concernés”.

C’est aussi la position du Comité Adama Traoré, du nom de ce jeune homme mort lors d’une interpellation en 2016. Pour le collectif, un des rares à avoir appelé à manifester aux côtés des "gilets jaunes", des combats communs peuvent être menés.

“Personne ne pourra nous dire +vous étiez où en 2018 ?+”, estime Youcef Brakni, un des porte-parole. "Ca, ça, restera à jamais. Même ceux qui ne se sont pas déplacés ont pu lire des interviews, entendre nos paroles sur les réseaux sociaux et ça compte aussi”.

“Un jour peut-être la jonction se fera”, poursuit Alain Bertho. Selon lui, un rapprochement “symbolique” a déjà eu lieu "dans les deux sens", avec l’appel du Comité Adama et le tollé provoqué par l’arrestation des lycéens de Mantes-la-Jolie, agenouillés, mains sur la tête. Dans plusieurs villes, “des gilets jaunes se sont mis à genoux en signe de solidarité. Un des premiers depuis des années”.

“Le mouvement des +gilets jaunes+ est l’un de ceux qui a obtenu le plus de victoires ces vingt dernières années, avec des mesures qui vont bénéficier aux quartiers comme la prime d’activité”, assure aussi Julien Talpin. De quoi “combattre la résignation et montrer que la lutte paie”, y compris dans les quartiers.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…