En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 846.80 PTS
-0.02 %
4 843.00
-0.04 %
SBF 120 PTS
3 865.11
-0.08 %
DAX PTS
11 058.90
-0.28 %
Dowjones PTS
24 404.48
-1.22 %
6 646.81
+0.00 %
1.136
-0.02 %

Face à l'avancée des migrants au Mexique, Trump va déployer l'armée à la frontière

| AFP | 332 | Aucun vote sur cette news
Des migrants honduriens de la caravane en route vers les Etats-Unis, le 25 octobre 2018 à Mapastepec, au Mexique
Des migrants honduriens de la caravane en route vers les Etats-Unis, le 25 octobre 2018 à Mapastepec, au Mexique ( Johan ORDONEZ / AFP )

Malgré la fatigue croissante, les migrants honduriens ont poursuivi jeudi leur périple dans le sud du Mexique, en direction des Etats-Unis qui s'apprêtent à déployer 800 militaires à la frontière pour les stopper.

Ces milliers de Honduriens, qui fuient la violence et la misère dans leur pays, sont partis à l'aube de Mapastepec vers Pijijiapan, dans l'Etat du Chiapas (sud), qu'ils ont atteint dans l'après-midi après sept heures de marche.

"Oui, nous y sommes arrivés!" ont lancé les migrants en arrivant dans cette localité de 50.000 habitants.

D'autres, qui avaient pu monter sur des camions pour effectuer l'étape, les avaient précédés et se détendaient en jouant au football ou en se lavant dans la rivière.

La "caravane" doit encore parcourir plus de 3.000 km pour atteindre la frontière des Etats-Unis, ce qui devrait lui prendre environ un mois et demi, selon leurs calculs.

Des migrants honduriens de la caravane en route vers les Etats-Unis, à bord d'un camion, le 25 octobre 2018 à Mapastepec, au Mexique
Des migrants honduriens de la caravane en route vers les Etats-Unis, à bord d'un camion, le 25 octobre 2018 à Mapastepec, au Mexique ( Johan ORDONEZ / AFP )

"La seule chose dont j'ai peur c'est qu'ils nous renvoient au Honduras", confie à l'AFP Angel Josué Flores, un maçon de 20 ans, tandis qu'un hélicoptère de la police fédérale survole les migrants à basse altitude.

Alejandra Lopez, 28 ans, travaillait dans une entreprise de textile de San Pedro Usula, quand son mari a été tué, il y a six mois, par le gang criminel des Maras.

"Ils voulaient notre maison" raconte cette jeune femme, qui voyage avec ses quatre enfants, dont un de deux ans.

La majorité des migrants progressent à pied sur un trajet qui longe la côte Pacifique mexicaine, certains portant des enfants sur les épaules, quelques-uns même en chaise roulante.

"J'ai besoin de me faire opérer, je veux le faire aux Etats-Unis car dans mon pays personne ne m'aide", confie Sergio Caceres, 40 ans, dans une chaise roulante que pousse un ami rencontré dans la caravane. Il espère retrouver de l'autre côté de la frontière deux soeurs qui lui envoient régulièrement de l'argent pour subsister.

Des migrants honduriens de la caravane en route vers les Etats-Unis, se reposent à Pijijiapan, le 25 octobre 2018 au Mexique
Des migrants honduriens de la caravane en route vers les Etats-Unis, se reposent à Pijijiapan, le 25 octobre 2018 au Mexique ( Guillermo Arias / AFP )

L'ONU estime qu'environ 7.000 personnes font partie de la caravane qui a quitté le 13 octobre le Honduras. Les migrants progressent en masse pour des raisons de sécurité sur un périple qu'ils savent dangereux.

"Nous voulons arriver sains et saufs. Nous savons que ce pays est dangereux, mais au Honduras, c'est encore pire, ils tuent pour rien", explique José Anibal Mejia, 27 ans, tout en avançant sur la route avec sa fille de huit ans.

"Tous les Honduriens qui sont ici veulent vivre le rêve américain", dit-il.

- 800 militaires américains -

Des migrants honduriens de la caravane en route vers les Etats-Unis, se lavent et lavent leurs vêtementS dans une rivière, le 25 octobre 2018 à Pijijiapan, au Mexique
Des migrants honduriens de la caravane en route vers les Etats-Unis, se lavent et lavent leurs vêtementS dans une rivière, le 25 octobre 2018 à Pijijiapan, au Mexique ( Guillermo Arias / AFP )

En pleine campagne pour les élections législatives de mi-mandat, le président américain Donald Trump tempête depuis plusieurs jours contre ces migrants, dénonçant un "assaut".

"Les lois adoptées par les démocrates font qu'il est difficile pour nous de stopper des gens à la frontière", a tweeté jeudi M. Trump.

"J'envoie l'armée pour cette urgence nationale. Ils seront stoppés!", a-t-il ajouté.

Le Pentagone doit déployer 800 militaires à la frontière avec le Mexique, pour apporter un soutien logistique, ont indiqué jeudi à l'AFP deux responsables américains.

Ces troupes de l'armée régulière, qui pourraient être envoyées depuis plusieurs bases militaires du pays, viendront renforcer les plus de 2.000 réservistes de la Garde nationale déjà sur place depuis le printemps.

Les renforts comprendront des médecins et des ingénieurs et apporteront principalement un soutien logistique et matériel, dont des tentes et des véhicules.

La caravane des migrants en direction des Etats-Unis
La caravane des migrants en direction des Etats-Unis ( Tatiana MAGARINOS / AFP )

Le ministre américain de la Défense Jim Mattis doit officialiser jeudi ou vendredi le nouveau déploiement, a précisé un responsable du Pentagone.

Bill Speaks, le porte-parole de la Marine, a indiqué que le ministère de la Défense travaillait en ce moment avec le ministère à la Sécurité intérieure "pour déterminer les détails de notre soutien" aux autorités à la frontière.

Le président américain avait auparavant menacé de couper les aides versées aux pays d'Amérique centrale qui n'ont pas bloqué ces migrants et critiqué les autorités mexicaines pour leur passivité.

Après avoir tenté de stopper la caravane à la frontière avec des policiers anti-émeute, le Mexique laisse désormais progresser la "caravane" sur son sol, parfois escortée par des policiers fédéraux et surveillée depuis des hélicoptères.

"Le Mexique n'a pas à faire le sale boulot pour les États-Unis", avait commenté mardi soir sur CNN l'ancien ministre mexicain des Affaires étrangères, Jorge Castaneda.

Selon le gouvernement mexicain, 1.743 personnes faisant partie de la caravane ont déposé une demande d'asile au cours des derniers jours.

Plus de 1.500 enfants sont présents dans la colonne, d'après les associations humanitaires.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/01/2019

Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )La Bourse de Paris perdait un peu de terrain (-0,24%) mercredi…

Publié le 23/01/2019

Yanis Varoufakis (g) et Benoît Hamon, le 12 janvier 2018 à Paris ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )Le chef de file de Générations pour les européennes, Benoît Hamon a proposé mercredi aux…

Publié le 23/01/2019

De retour d’un week-end prolongé pour jour férié, la Bourse de New York a fini en nette baisse, fragilisée par un regain d'inquiétude sur l'économie mondiale et d'incertitudes sur les…

Publié le 23/01/2019

Le chanteur américain Chris Brown, le 20 mai 2016 au festival "Mawazine" à Rabat ( FADEL SENNA / AFP/Archives )Accusé de viol par une femme à Paris, le chanteur américain de R&B Chris…

Publié le 23/01/2019

Un fan d'Elvis Presley lors d'un festival à Parkes en Australie, le 10 janvier 2019 ( PETER PARKS / AFP )Une fois par an, Parkes, localité minière endormie dans le vaste arrière-pays…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

THALES constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Put 5553S émis par SOCIETE…

Publié le 23/01/2019

Airbus Helicopters a fait part de commandes en hausse et de livraisons en baisse pour l’année 2018. Ainsi, la filiale d’Airbus a enregistré 413 commandes brutes l’an dernier (381 nettes),…

Publié le 23/01/2019

            COMMUNIQUÉ DE PRESSE           Bourse Direct lance un nouveau contrat d'assurance vie en ligne1, assuré par Generali Vie.   Bourse…

Publié le 23/01/2019

C’est désormais officiel. Les pilotes d'Air France se prononceront aujourd’hui sur un projet d'accord concernant leurs conditions de travail et leur rémunération. C’est ce qu’a annoncé…

Publié le 23/01/2019

Dans le cadre d’une publication préliminaire Ingenico, a indiqué anticiper un Ebitda 2018 à 485 millions d’euros, contre 510 millions d’euros. Et ce, en raison de la contre-performance de sa…