En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 905.80 PTS
-0.07 %
4 897.0
-0.09 %
SBF 120 PTS
3 896.92
-0.12 %
DAX PTS
10 927.88
-0.01 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.00 %
1.138
+0.11 %

Euro-2024: entre Allemagne et Turquie, l'UEFA va trancher

| AFP | 315 | 3 par 1 internautes
Le stade olympique Atatürk à Istanbul, le 21 septembre 2018
Le stade olympique Atatürk à Istanbul, le 21 septembre 2018 ( OZAN KOSE / AFP/Archives )

Le coup de sifflet final du match entre l'Allemagne et la Turquie intervient ce jeudi vers 15h00: l'UEFA va révéler le nom du pays hôte de l'Euro-2024 qui réunira 24 sélections pour 51 matches.

Si l'Allemagne semble légèrement favorite, il s'agira quoi qu'il arrive d'une première: ce pays a organisé deux fois la Coupe du monde (la dernière en 2006), jamais l'Euro. La RFA a certes accueilli l'épreuve en 1988, mais c'était avant la réunification avec l'Est.

Quant à la Turquie, il s'agit là de sa 4e candidature. L'échec avait été cruel en 2010 quand la France l'avait devancée d'une seule voix pour l'organisation de l'Euro-2016.

Les membres du Comité exécutif de l'UEFA se prononcent à bulletins secrets jeudi en début d'après-midi et le nom de l'heureux élu sera annoncé vers 15h00 locales par le président slovène de l'instance, Aleksander Ceferin.

Sur les 19 membres du gouvernement du football européen, deux ne seront pas admis à voter, le président de la Fédération allemande, Reinhard Grindel et le vice-président de la Fédération turque, Servet Yardimci.

- Frictions diplomatiques -

Rivales pour accueillir le plus grand tournoi continental de football, l'Allemagne et la Turquie ont également connu des sujets de friction sur le plan diplomatique ces dernières années, du putsch manqué en 2016 contre le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a reproché à l'Allemagne la timidité de son soutien, aux arrestations de ressortissants allemands en Turquie, dont des journalistes.

M. Erdogan entame d'ailleurs ce même jeudi, juste avant l'annonce du choix de l'UEFA, une visite d'Etat en Allemagne pour tenter de réconcilier les deux pays, historiquement liés par la présence d'une forte communauté turque en Allemagne.

Les stades allemands et turcs pour la candidature à l'organisation de l'Euro 2024
Les stades allemands et turcs pour la candidature à l'organisation de l'Euro 2024 ( Thierry TRANCHANT / AFP )

Or, la question de l'immigration divise actuellement ce pays. Elle est aussi à l'origine d'une polémique qui a éclaté trois semaines avant le Mondial russe: les internationaux allemands Mesut Özil et Ilkay Gündogan, tous deux d'origine turque, ont rencontré le président Erdogan et posé pour une photo avec lui.

Les deux joueurs ont fait face à de nombreuses critiques et Özil a annoncé après le Mondial qu'il quittait la Mannschaft, disant être victime de "racisme et d'un manque de respect".

Pour autant, l'UEFA, dans son rapport d'évaluation, a délivré un satisfecit à la candidature allemande, saluant une vision basée sur l'idée que "le football peut unifier la société" et un dossier de "très haute qualité".

Avec dix stades déjà construits, le pays sera de fait largement prêt à accueillir les 51 matches et 2,7 millions de spectateurs.

- Droits de l'Homme -

Si l'UEFA estime dans le même temps que les objectifs de la candidature turque "sont en adéquation avec les objectifs à long terme de l'UEFA", elle ne manque cependant pas de soulever la question des droits de l'Homme et de s'interroger sur la dégradation de la situation économique du pays.

La Turquie est "signataire de traités concernant les droits de l'Homme et les respecte", répond à l'AFP Servet Yardimci, pour qui "il est grand temps" pour la Turquie d'organiser l'Euro.

Mais d'après un expert proche de la confédération européenne, "pour 2024, l'UEFA ne veut prendre aucun risque et avec l'Allemagne il y a l'assurance que tout sera prêt à temps et fonctionnera parfaitement".

Pour ce spécialiste des droits TV qui a requis l'anonymat, "beaucoup de choses jouent en défaveur de la Turquie et les membres de l'UEFA vont probablement plus se prononcer contre la Turquie qu'en faveur de l'Allemagne".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Total a signé un accord pour la cession d'une participation de 4% dans le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) Ichthys en Australie au partenaire...

Publié le 13/12/2018

Partouche a affiché, au titre de son quatrième trimestre de son exercice, un chiffre d’affaires en repli de 2,9% à 99,2 millions d’euros. Sur la période, le Produit Brut des Jeux (PBJ)…

Publié le 13/12/2018

A l’occasion de son "Investor Day", Plastic Omnium a assuré qu'il portera au cours de la période 2019-2021 une attention particulière à la génération de free cash-flow. L’enveloppe…

Publié le 13/12/2018

TechnipFMC plc annonce que son Conseil d'administration a approuvé un programme additionnel de rachat d'actions de 300 millions de dollars qui sera...

Publié le 13/12/2018

Après la mise en examen le 25 avril 2018 de deux de ses dirigeants et donc de "manière purement mécanique" la holding Bolloré annonce avait été mise en examen hier "pour les mêmes motifs et…