5 591.89 PTS
+0.47 %
5 543.0
+0.52 %
SBF 120 PTS
4 464.22
+0.50 %
DAX PTS
12 998.83
+0.17 %
Dowjones PTS
24 886.81
+0.21 %
6 953.63
+0.00 %
Nikkei PTS
22 437.01
-1.11 %

Etats-Unis: une liste de proches de Poutine susceptibles d'être sanctionnés

| AFP | 243 | Aucun vote sur cette news
Le bâtiment du Département américain du Trésor, le 24 janvier 2017 à Washington
Le bâtiment du Département américain du Trésor, le 24 janvier 2017 à Washington ( PAUL J. RICHARDS / AFP/Archives )

Le département américain du Trésor a publié une liste d'officiels et d'hommes d'affaires russes, considérés comme proches de Vladimir Poutine et susceptibles d'être sanctionnés pour punir Moscou de son ingérence supposée dans la dernière présidentielle américaine.

Cette liste, très attendue, a été publiée dans la nuit de lundi à mardi. Elle compte plus de 200 noms, dont 114 officiels et 96 hommes d'affaires.

La publication de cette liste de sept pages, qui ne déclenche pas l'imposition de sanctions immédiates, comprend notamment le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le Premier ministre Dmitri Medvedev et de hauts responsables des services de renseignements russes. On y trouve également des dirigeants de grandes entreprises publiques, comme le géant de l'énergie Rosneft et la Sberbank.

Cette liste, qui risque de détériorer encore davantage les relations déjà tendues entre Washington et Moscou, fait peser sur les cercles les plus proches du président russe la menace de les couper de l'accès à la finance internationale.

"Nous devons d'abord analyser (la liste), cette publication est sans précédent", a déclaré lors d'un point-presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le 22 janvier 2018 à Moscou
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le 22 janvier 2018 à Moscou ( Alexander NEMENOV / AFP/Archives )

"Ce n'est pas d'hier que nous vivons dans des conditions de manifestations d'agressivité à notre encontre, c'est pourquoi il ne faut pas céder aux émotions, nous devons d'abord tout comprendre et ensuite formuler notre position", a-t-il ajouté.

Soulignant que le texte publié "n'est en aucun cas une sanction ou une restriction", il a cependant regretté que cette liste puisse "potentiellement déteriorer l'image et la réputation de nos entreprises, de nos hommes d'affaires, de nos responsables politiques et de nos dirigeants".

"Vous pouvez remarquer que de facto tout le monde est appelé +ennemi des Etats-Unis+", a-t-il affirmé.

De nombreuses voix en Russie ont réagi à la publication de cette liste. Le président de la Douma (chambre basse du Parlement), Viatcheslav Volodine, a estimé dans un communiqué que "de nouvelles sanctions contre la Russie vont mener à une cohésion plus grande de notre société".

"L'inclusion dans cette liste de sanctions virtuelles de toute l'élite dirigeante de notre pays signifie que nos relations (avec Washington) sont véritablement en train de se rompre", a jugé de son côté Vladimir Djabarov, vice-president du Comité des affaires étrangères du Conseil de la Fédération, cité par l'agence RIA Novosti.

Le Trésor américain avait jusqu'à lundi minuit pour publier cette liste, conformément à une loi adoptée l'an dernier par le Congrès.

Cette loi visant à punir la Russie notamment pour son attitude en Ukraine, adoptée à une écrasante majorité par les parlementaires, avait été promulguée le 2 août à contre-coeur par le président américain Donald Trump, qui en avait critiqué plusieurs dispositions-clés.

M. Trump est accusé par ses détracteurs d'avoir bénéficié du soutien de Moscou pour se faire élire en 2016, et d'être réticent à prendre des sanctions contre la Russie de Vladimir Poutine.

Le département d'Etat américain a estimé lundi que cette même loi avait eu pour effet d'amener des gouvernements étrangers à renoncer à des contrats d'armement avec des sociétés russes, et qu'il était donc à ce stade inutile d'imposer de nouvelles sanctions dans le domaine des ventes d'armes.

Dans une interview à la BBC lundi, le directeur de la CIA Mike Pompeo a estimé que les ingérences russes n'avaient pas cessé et que Moscou tenterait vraisemblablement d'influencer les élections législatives de novembre 2018 aux Etats-Unis.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

ÉVÈNEMENT

IMMERSION EXCLUSIVE AU COEUR DE LA BOURSE
DU 28 MAI AU 1erJUIN 2018

EN PARTENARIAT AVEC

INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT ! Cliquez ici

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/05/2018

Thales prévoit de recruter 5...

Publié le 24/05/2018

Natixis a annoncé les nominations au Comité exécutif d’Anne-Christine Champion, responsable mondiale de la Distribution et de la gestion du portefeuille de financements de Natixis, d’Olivier…

Publié le 24/05/2018

Kingfisher (+0,51% à 296,9 pence) échappe à la baisse du marché britannique malgré l'annonce d'une baisse plus forte que prévu de son activité au premier trimestre. Sur cette période de trois…

Publié le 24/05/2018

UBS relève fortement son objectif de cours de 37 à 58 euros sur le titre Faurecia afin de refléter la meilleure croissance des ventes, la première consolidation de la joint-venture chinoise et les…

Publié le 24/05/2018

Euronext pointe en nette hausse (+3% à 53,2 euros) en fin de matinée, soutenu par une note d'Exane BNP Paribas, qui estime désormais attractive la...