En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

USA: le juge Kavanaugh, accusé d'agression sexuelle, clame son innocence

| AFP | 904 | 4 par 4 internautes
Brett Kavanaugh a clamé son innocence et dénoncé une
Brett Kavanaugh a clamé son innocence et dénoncé une "honte nationale" ( Andrew Harnik / POOL/AFP )

Profondément meurtri mais résolu à ne pas retirer sa candidature à la Cour suprême, le juge Brett Kavanaugh a catégoriquement démenti jeudi les accusations d'agression sexuelle portées contre lui lors d'une audition historique au Sénat des Etats-Unis.

Visiblement très en colère, parfois submergé par l'émotion, le magistrat conservateur de 53 ans, choisi par Donald Trump pour entrer à la haute cour, a témoigné sous serment devant la commission judiciaire du Sénat, qui avait entendu juste avant son accusatrice.

Clamant son innocence avec véhémence, il a estimé que son processus de confirmation était devenu "une honte nationale". "Ma famille et ma réputation ont été détruites à jamais", a-t-il affirmé.

Dénonçant un "coup monté" politique, il a assuré qu'il ne céderait pas aux appels à se retirer. "Vous me vaincrez peut-être lors du vote final, mais vous ne me ferez jamais jeter l'éponge. Jamais."

Christine Blasey Ford, la femme qui accuse le candidat de Donald Trump à la Cour suprême d'agression sexuelle, entendu par la commission judiciaire du Sénat le 27 septembre 2018
Christine Blasey Ford, la femme qui accuse le candidat de Donald Trump à la Cour suprême d'agression sexuelle, entendu par la commission judiciaire du Sénat le 27 septembre 2018 ( SAUL LOEB / POOL/AFP )

Le juge joue gros à une époque marquée par une prise de conscience des dommages infligées aux femmes par les violences sexuelles. Le président Trump a fait savoir qu'il pourrait renoncer à son candidat et lui chercher un remplaçant si son accusatrice parvenait à le convaincre.

Celle-ci, Christine Blasey Ford, une universitaire de 51 ans, a témoigné avant le juge Kavanaugh pendant trois heures et demi.

"Terrifiée" mais habitée par le sens du "devoir", elle est revenue avec une émotion difficilement contenue sur cette soirée d'été entre lycéens, qui a "radicalement" changé sa vie, à 15 ans seulement.

- "Sûre à 100%" -

Selon elle, Brett Kavanaugh et son ami Mark Judge, "totalement ivres", l'ont isolée dans une chambre alors qu'elle se rendait aux toilettes. Après l'avoir poussée sur un lit, le futur juge se serait jeté sur elle, tentant de la déshabiller tout en la touchant partout sur le corps.

"Je croyais qu'il allait me violer", a-t-elle assuré.

La Cour suprême des Etats-Unis
La Cour suprême des Etats-Unis ( AFP / AFP )

Lorsqu'elle a tenté de crier, Brett Kavanaugh a voulu l'en empêcher en plaçant sa main sur la bouche, a-t-elle dit. "C'est ce qui a eu l'impact le plus durable sur ma vie. J'avais du mal à respirer et j'ai cru que Brett allait accidentellement me tuer".

Questionnée sur la possibilité qu'elle puisse se tromper d'agresseur, la professeure de l'université de Palo Alto en Californie, s'est dite "absolument" sûre qu'il s'agissait bien de Brett Kavanaugh. "A 100%".

Un autre souvenir restera "indélébile": "c'est le rire, le rire bruyant des deux" garçons.

"Je n'ai jamais agressé sexuellement quiconque, ni au lycée, ni à l'université", a rétorqué Brett Kavanaugh, réfutant point par point les accusations de Mme Blasey Ford et soulignant les imprécisions de son témoignage.

Certes, "j'ai probablement bu trop de bière à l'occasion", a-t-il concédé, mais "je n'ai jamais eu de trou noir".

- "Un enfer" -

Les sénateurs démocrates qui ont tous loué le "courage" de Mme Blasey Ford, ont passé le juge au gril de leurs questions, sur son amitié avec Mark Judge ou sa consommation d'alcool notamment.

"Nous ne sommes pas ici pour juger Mme Blasey Ford mais pour un entretien d'embauche du juge Kavanaugh", avait déclaré dès l'ouverture des débats la sénatrice démocrate Dianne Feinstein.

Les républicains, uniquement des hommes au sein de la commission, avaient eux délégué la tâche à une procureure spécialisée dans les affaires de violences sexuelles, Rachel Mitchell.

L'objectif était de ne pas reproduire l'effet désastreux d'une précédente audition, en 1991, où une femme, qui accusait de harcèlement sexuel un précédent candidat à la Cour suprême, n'avait été interrogée que par des hommes, sur un ton agressif.

L'un d'eux, Lindsey Graham, a toutefois pris la parole lors de l'audition du juge Kavanaugh pour lui apporter son soutien. "Vous vivez un enfer et vous n'avez pas à vous excuser de quoi que ce soit", lui a-t-il lancé.

Le juge Kavanaugh semblait il y a encore deux semaines en bonne voie d'obtenir le feu vert du Sénat pour faire son entrée au sein de la Cour suprême, chargée de vérifier la constitutionnalité des lois et d'arbitrer les questions de société les plus épineuses (droit à l'avortement, armes à feu, mariage homosexuel...).

Son image de conservateur, bon père de famille, a été sérieusement écornée par le témoignage de Mme Blasey Ford et de deux autres femmes sorties de l'ombre dans la foulée pour l'accuser de comportements sexuels inappropriés.

L'impact de ces accusations sur le vote des sénateurs pourrait être connu très prochainement. La commission judiciaire du Sénat a prévu de voter dès vendredi sur la candidature du juge Kavanaugh, avant un vote en séance plénière dans la foulée.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...