En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 196.11 PTS
-
5 187.50
-
SBF 120 PTS
4 120.70
-
DAX PTS
11 423.28
-
Dowjones PTS
25 850.63
-0.40 %
7 035.16
-0.38 %
1.134
-0.00 %

Esport: les Bleus du football virtuel s'incrustent à Clairefontaine

| AFP | 95 | Aucun vote sur cette news
16 joueurs professionnels de efoot en compétitions pour désigner les 6 meilleurs français 2019 de la FIFA lors du camp de base à Clairefontaine, le 12 février 2019
16 joueurs professionnels de efoot en compétitions pour désigner les 6 meilleurs français 2019 de la FIFA lors du camp de base à Clairefontaine, le 12 février 2019 ( LUCAS BARIOULET / AFP )

Kylian Mbappé ou Paul Pogba y ont leurs habitudes, mais pendant deux jours, le mythique château de Clairefontaine a accueilli une autre équipe de France, celle des pros de la manette, réunis dans ce temple du football pour une compétition de jeux vidéo.

Au début, ils étaient seize des meilleurs joueurs français sur "Fifa 19". A la fin des deux jours du camp de sélection, six d'entre eux, "Rafsou", "Maestro", "Daxe", "Rocky", "Herozia" et "Dylo", âgés de 18 à 21 ans, ont été choisis pour intégrer l'équipe nationale de efoot pendant un an et représenter la France, non pas balle au pied mais sur Playstation.

"Ca fait marrant", confie Glenn Roussel, 19 ans, tenue officielle des Bleus sur le dos. "Je vois souvent des vidéos des joueurs de l'équipe de France à Clairefontaine. Donc d'être dans le même endroit qu'eux, c'est gratifiant", sourit le jeune Breton, qui a pu dormir dans la chambre de Blaise Matuidi.

"C'est un grand pas pour l'esport que la Fédération s'investisse dedans", ajoute Lucas Cuillerier, alias "DaXe", 18 ans. Lui a hérité de la chambre de Nabil Fekir.

La Fédération française de football (FFF) s'est lancée dans le football virtuel il y a un an en créant une équipe nationale, une première en Europe. L'an dernier, les Bleus ont affronté la Belgique, les Pays-Bas et la Norvège en matches amicaux, pour deux victoires et une défaite.

Une "parenthèse enchantée"

16 joueurs professionnels de efoot en compétitions pour désigner les 6 meilleurs français 2019 de la FIFA lors du camp de base à Clairefontaine, le 12 février 2019
16 joueurs professionnels de efoot en compétitions pour désigner les 6 meilleurs français 2019 de la FIFA lors du camp de base à Clairefontaine, le 12 février 2019 ( LUCAS BARIOULET / AFP )

Pour la deuxième année de suite, la FFF a organisé ce camp de sélection à Clairefontaine. Et comme pour les vrais Bleus, les petits nouveaux ont eu droit à leur bizutage en chanson.

Il y avait certes beaucoup moins de journalistes pour les accueillir au bas des marches du château mais dans cinq, dix ou quinze ans, les stars de l'esport attireront peut-être autant de médias que les champions du monde. C'est en tous cas ce dont rêve Fabien "Neo" Devide, le Didier Deschamps du efoot.

"L'esport (les compétitions de jeux vidéo, ndlr) est un tout jeune secteur avec une croissance exponentielle", explique-t-il. "On sait qu'on n'est pas un sport à part entière mais on va apprendre très vite. Le football virtuel a sa place au sein de la Fédération."

Après la "parenthèse enchantée" de la découverte de Clairefontaine, sa Coupe du monde géante, ses deux étoiles et ses terrains d'entraînement, place à la compétition sous les hauts plafonds du prestigieux salon Aimé-Jacquet.

Déjà pros

16 joueurs professionnels de efoot en compétitions pour désigner les 6 meilleurs français 2019 de la FIFA lors du camp de base à Clairefontaine, le 12 février 2019
16 joueurs professionnels de efoot en compétitions pour désigner les 6 meilleurs français 2019 de la FIFA lors du camp de base à Clairefontaine, le 12 février 2019 ( LUCAS BARIOULET / AFP )

Hyper concentrés à quelques centimètres de l'écran, les joueurs paraissent impassibles, jusqu'à ce que l'un lâche un cri de rage pendant que son adversaire jette sa manette, avant une poignée de mains expresse.

A côté, dans le salon Just-Fontaine, on débat système de jeu et composition des équipes. "J'ai tendance à être assez défensif", raconte Florian "RayZiaaH" Maridat. "Mais je varie aussi avec des attaques rapides et des passes courtes."

Un autre joueur discute de son prochain voyage à Singapour pour y disputer un tournoi professionnel. Car oui, ils sont bel et bien des professionnels.

"En un mois, j'ai fait Bucarest, Londres, Paris et je pars à Atlanta le week-end prochain", détaille DaXe, joueur du Paris Saint-Germain esport, actuellement élève en Terminale. "J'ai déjà pas mal voyagé à 18 ans."

Certains comme lui en vivent confortablement. "Aujourd'hui, si je ne vivais pas chez mes parents, je pourrais être autonome. Peut-être pas pour les tâches ménagères et tout ça mais financièrement, je pourrais", ajoute-t-il.

A 22 ans, RayZiaaH, originaire de la Nièvre, préfère lui assurer ses arrières en tentant de décrocher un Master en école de commerce. "Je ne veux pas arrêter mes études. L'avenir dans l'esport en tant que joueur est assez incertain. On ne sait pas combien de temps peut durer une carrière", dit-il, prudent.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

L'opération doit être finalisée en mars 2019....

Publié le 21/02/2019

Soft Computing enregistre un chiffre d'affaires de 47 millions d'euros (40,5 ME en 2017)...

Publié le 21/02/2019

14 véhicules des marques Peugeot, Citroën et DS ont été labellisés "Origine France Garantie"...

Publié le 21/02/2019

Cette acquisition d'actions Locindus s'inscrit dans le cadre de l'offre publique de retrait...

Publié le 21/02/2019

Après plusieurs mois de travail, Cecurity...